Business

Le marché de la micro-mobilité va-t-il exploser ou s’effondrer ?

Par le

Plus du quart de la population mondiale vit dans des villes de plus d’un million d’habitants. La vitesse de circulation des véhicules dans beaucoup de ces centres urbains ne dépasse pas 15 kilomètres à l’heure en moyenne. Cela peut être une expérience frustrante et stressante. La micro-mobilité offre à certains citadins une échappatoire au stress : vitesses moyennes plus élevées, temps d’attente ou de stationnement moins long, coût de possession moins élevé, et avantages du plein air pour la santé. Là ou Lift met 61 semaines pour acquérir 1 millions d’utilisateurs, Lime à mis 31 semaines et à atteint 6 millions d’utilisateurs en 58 semaines… Ils ont compris ! Uber a acheté Jump Bikes et investi dans Lime. Selon certaines rumeurs, il aurait récemment négocié une entente d’acquisition avec Bird, tandis que Lyft a acheté Citi Bike et a déjà lancé ses propres scooters électriques.

Le buzz autour de la micro-mobilité partagée dépasse-t-il son potentiel réel ? Ce modèle d’entreprise a récemment suscité une attention considérable, alors que l’intérêt grandissait et que de nouveaux investissements investissaient de plus en plus dans l’espace. Mais des questions concernant la taille et la portée ultimes du marché partagé de la micromobilité ont également émergé.Les parties prenantes ont investi plus de 5,7 milliards de dollars dans des start-ups en micromobilité depuis 2015, dont plus de 85% sont destinées à la Chine. Le marché a déjà attiré une base de clientèle solide et l’a fait environ deux à trois fois plus rapidement que le covoiturage ou la conduite en voiture. En quelques années, par exemple, plusieurs start-up de micromobilité ont amassé des évaluations dépassant le milliard de dollars.

Des sociétés comme Ofo et Mobike en Chine et Citi Bike et Jump Bikes aux États-Unis offrent aux consommateurs des options pratiques pour le transport sur le dernier kilomètre. En outre, de nouvelles entreprises de scooters électriques dans le  monde entier ont vue le jour – Skip, Spin, Scoot, PopScoot, Beam, Tier Mobility, Wind Mobility, Voi Technology, Vogo, Dott  ont toutes annoncé récemment d’importantes augmentations de capital. Rien qu’en Europe, cinq entreprises de scooters électriques ont vu le jour et ont levé plus de 150 millions de dollars de capital depuis le début de 2018.

Depuis que Bird a lancé les premiers scooters électroniques dans les rues au début de 2018, la grande majorité des scooters partagés a été fabriquée par Segway, une filiale du fabricant chinois de matériel informatique Xiaomi, et InMotion. Quasiment tous les constructeurs planchent où on comme Volkswagen et Ford fait des prototypes

Deux circonstances ont entraîné cette expansion accélérée

Premièrement, la plupart des lancements de micromobilité partagée ont lieu dans des environnements propices. Les consommateurs urbains apprécient déjà et utilisent des solutions de mobilité partagée, telles que le partage de voiture, le covoiturage et la messagerie électronique. De plus, la micromobilité semble rendre les gens heureux – c’est plus rapide que les déplacements en voiture, et les utilisateurs disent souvent que la liberté de voyager à l’air libre pour se rendre à leur destination tout en évitant les embouteillages leur donne le sourire. La micromobilité est perçue comme une «mobilité intuitive» de par sa conception – elle est facile et libère le buzz à travers le trafic. C’est très simple : les gens se sentent rajeunis et l’expérience les ramène à leur première expérience de vélo ou de scooter.

Deuxièmement, les aspects économiques de la micromobilité partagée sont largement favorables aux participants du secteur. Les entreprises trouvent beaucoup plus facile de développer les actifs de micromobilité (par exemple, les vélos électriques) par rapport aux solutions de partage basées sur la voiture. Par exemple, les coûts d’acquisition actuels d’un scooter électrique sont d’environ 400 dollars, comparés aux milliers de dollars nécessaires pour acheter une voiture. Ainsi, alors que les solutions d’autopartage actuelles ont besoin de plusieurs années pour devenir économiquement viables, une estimation hors bilan du chef de file de la mobilité partagée montre qu’un scooter électrique pourrait atteindre son seuil de rentabilité en moins de quatre mois.

Le marché

Quelle est sa taille ? La micromobilité pourrait théoriquement englober tous les voyages de moins de 8 kilomètres (5 miles), ce qui représente 50 à 60% du nombre total de kilomètres-passagers parcourus aujourd’hui en Chine, dans l’Union européenne et aux États-Unis. Par exemple, environ 60% des déplacements en voiture font moins de 8 kilomètres et pourraient bénéficier de solutions de micromobilité, qui pourraient également couvrir environ 20% des déplacements en transports en commun (en plus de combler le fossé entre le premier et le dernier kilomètre), ainsi que Tous les trajets en vélo privé, cyclomoteur, scooter ou à pied aujourd’hui. Source et suite