Business

[MWC19] Le démarrage relativement lent de l’Europe avec la 5G

Par le

Le démarrage relativement lent de l’Europe avec la 5G est motivé par un ensemble de facteurs complexe. D’une part, sa croissance économique a été plus lente que celle des États-Unis et de la Chine depuis 2008. De plus, ses marchés sont plus petits et plus fragmentés, ce qui nuit à la capacité de rentabiliser rapidement les investissements importants. Les prix relativement bas de l’accès sans fil fixe jouent également un rôle, réduisant les possibilités d’expansion. En réalité, c’est le manque de spectre, les frais élevés en matière de spectre et une réglementation parfois lourde qui bloquent les progrès. Pour preuve, les ventes aux enchères de spectre n’ont même pas encore eu lieu dans la plupart des pays européens.

Pendant ce temps, pour les États-Unis et la Chine, des technologies telles que la 5G et l’ intelligence artificielle sont des champs de bataille essentiels. Les grands opérateurs de chacun de ces pays font donc des paris avancés.Ericsson on été les premiers à avoir déployé des réseaux commerciaux aux États-Unis et ils ont déjà déployé des réseaux 5G opérationnels basés sur des équipements commerciaux en Europe, en Australie et en Asie. Par exemple, le 10 septembre 2018, AT & T a annoncé qu’Ericsson était l’un de ses fournisseurs de technologie pour le réseau national 5G de l’opérateur.

[À ce jour, Ericsson ont annoncé publiquement des contrats 5G avec 10 clients nommés, ce qui est plus que tout autre fournisseur, ainsi que 42 protocoles d’accord. Le matériel Ericsson Radio System est prêt pour la 5G depuis 2015 et peut également être utilisé pour la 5G NR avec une installation logicielle à distance. Cela signifie qu’ils ont déjà livré plus de 3 millions de radios prêtes pour la 5G à nos clients dans le monde entier.]

McKinsey a interrogé par téléphone et en ligne 46 responsables de la technologie de grandes entreprises de télécommunication dans le monde et a mené des entretiens ciblés. L’échantillon comprend principalement des opérateurs historiques et des joueurs disposant à la fois de capacités fixes et mobiles. 20% des personnes interrogées sont des opérateurs de premier plan et 22% ne sont que des players mobiles. Sur le plan géographique, les répondants sont variés: 25% sont des opérateurs multirégions, 25% en Europe, 20% en Amérique du Nord, 20% en Asie et le reste au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Afrique.

Ce qui suit est une sélection des résultats :

– Bien que de nombreux opérateurs déclarent publiquement qu’ils considèrent l’IoT comme une priorité de la 5G, notre enquête montre qu’ils voient vraiment cette dernière avancée sans fil comme une opportunité de renforcer, d’acquérir ou de reprendre le leadership du réseau. Le positionnement concurrentiel est la priorité numéro un de la 5G. La deuxième priorité est l’expérience client et la troisième est la capacité, environ un tiers des opérateurs citant cela comme leur deuxième objectif pour la 5G.

– L’élan vers la 5G repose toujours sur les CTO. Environ un tiers des opérateurs interrogés ont mis en place des stratégies pilotes 5G et ont fini de définir leurs stratégies technologiques. l’équipe technologique dirige l’équipe commerciale car c’est généralement l’inverse, avec une analyse de rentabilité ou un rendement financier dictant le lancement d’un nouveau service ou d’une nouvelle technologie.
– Le retour sur investissement est floue pour les deux tiers des opérateurs déclarant avoir encore des questions sur le financement de celle-ci et environ 60% des personnes interrogées indiquant qu’elles rencontrent des difficultés avec l’analyse de rentabilisation. Cet élément seul pourrait éventuellement retarder de véritables déploiements à grande échelle. les opérateurs nord-américains s’aligne sur leur volonté de se lancer dès maintenant et sur le renforcement de la structure de leur marché, ils foncent ! tandis que l’Europe reste sceptique quant aux nouveaux cas d’utilisation.
– 61% des opérateurs ayant répondu anticipant un déploiement maximum entre 2020 et 2022, environ 30% seulement des opérateurs envisagent de déployer la 5G à grande échelle en 2020, environ la moitié d’entre eux sont déjà engagés ou ont achevé des projets pilotes 5G


– Les incertitudes économiques de la 5G incitent les opérateurs télécoms à envisager des modèles commerciaux alternatifs. Jusqu’à présent, du moins en public, la plupart des opérateurs ont été réticents à se demander s’ils souhaitaient collaborer encore plus avec d’autres fournisseurs pour partager l’infrastructure de réseau ou s’ils avaient l’intention d’utiliser des “hôtes neutres” tiers disposant de leurs propres serveurs ou alors partagée l’infrastructure 5G dans certaines régions ou dans certains bâtiments. Pourtant, dans le sondage, 93% des personnes interrogées ont déclaré s’attendre à ce que le partage de réseau augmente avec les efforts déployés pour amener la 5G dans des zones où il n’est pas logique de disposer de plusieurs réseaux.

À l’échelle mondiale, l’enquête suggère de nouvelles tendances en matière de leadership régional. Bien que l’Amérique du Nord soit en tête et que les deux plus grands opérateurs lancent déjà commercialement la 5G, l’Asie suit le rythme. En Europe, cependant, la 5G suscite de plus en plus de doutes, ce qui constitue une rupture nette par rapport à certains déploiements antérieurs, tels que la 2G et la 3G, lorsque le continent avait dirigé l’introduction de la technologie.