Business

Les fintechs en ébullition sur le Web Summit

Par le

C’est surement le domaine des fintechs avec le plus de Startups (218) présentent et cela confirme, le troisième trimestre de 2019 qui a été marqué par des changements passionnants sur un certain nombre de segments importants des marchés de la Fintech et des paiements.

“Last year, during my trip to Web Summit in Lisbon, it became very clear to me that Portugal was fully embracing all the benefits that financial technology has to offer.” Nik Storonsky, CEO Revolut

[Si vous êtes intéressé par une restitution du web summit, envoyez

moi un email à christophe (servicesmobiles dot fr) ]

Il y a eu une augmentation de la proportion d’appareils iOS utilisés pour le paiement, qui reflète notamment un nombre plus élevé d’iPhones utilisés pour les paiements que ceux publiés précédemment. Cela a entraîné une baisse de près de 9% du nombre d’appareils non iOS utilisés pour les paiements sans contact, mais  l’utilisation globale sans contact restera similaire à celle qui avait été prédit.

Des changements ont eu lieu aussi dans le domaine des transferts d’argent mobile national par une augmentation de 4% en 2019. La valeur des transactions a également augmenté de 10,9%, sous l’effet de la révision des taux d’adoption et des niveaux de transaction. dans les marchés émergents, notamment en Afrique et au Moyen-Orient.

À lire : Web Summit, les fintech posent la question, l’argent est-il mort ?

Tout le monde y va !!

Cela ne vous aura pas échappé tout le monde souhaite avoir des services financiers, être une porte direct vers ses clients, les GAFA avec en tête Apple qui lance une carte de paiement, les opérateurs qui investissent massivement dans l’acquisition comme Orange Bank. En Amérique du nord c’est 13 milliards de dollars, des fonds du capital-risque qui ont été investi dans des sociétés américaines de fintech jusqu’à présent en 2019, contre 12 milliards de dollars investis en 2018.

Cette semaine, Uber, l’une des plus grandes entreprises à émerger de l’écosystème technologique de la Silicon Valley, a présenté son équipe axée sur le développement de nouveaux produits et technologies financiers .  Voici donc Uber Money qui s’attachera à générer des revenus en temps réel pour les conducteurs accessibles via le compte de débit et la carte de débit Uber, lesquels verront eux-mêmes de nouvelles fonctionnalités, telles que 3% ou plus de remises en essence. Grâce à la nouvelle carte de crédit Uber, les détenteurs recevront 5% en Uber Cash sur leurs dépenses sur la plate-forme Uber, notamment les vélos et scooters Uber Rides, Uber Eats et JUMP.

Uber Wallet, un portefeuille numérique permettant aux conducteurs de suivre plus facilement leurs revenus, sera lancé dans les semaines à venir également. Certains chauffeurs Uber envoient jusqu’à 25% de leurs revenus dans leur pays d’origine. Grâce à la présence internationale d’Uber (opérations de trésorerie mondiales), l’entreprise est bien placée pour fournir des services de transfert d’argent directement via l’application du conducteur. Les prêts ne figuraient pas sur la feuille de route, mais que l’entreprise testait des microcrédits.

Ce n’est pas la première incursion majeure d’Uber dans les fintechs. La principale caractéristique de la société a toujours été ses capacités de paiement sans frictions, qui encouragent les consommateurs et les consommateurs à faire des achats rapidement et simplement. Ce n’est un secret pour personne, la société poursuit des objectifs plus ambitieux dans le domaine des technologies financières et, avec 100 millions de consommateurs actifs de plates-formes actives via Uber comme Uber Eats et compagnies..

Uber Money réussira là où d’autres fintechs ont échoué parce qu’il a un modèle d’entreprise et c’est stratégiquement bien vu comme Apple.

2 tendances

L’informatique sans écran se développe dans le secteur bancaire sur deux fronts:

1) les applications bancaires intégrées à d’autres applications destinées aux consommateurs ou aux utilisateurs.
Par exemple, un des produits de JPMorgan donnerait aux entreprises Tech la possibilité de fournir des millions de clients à des comptes bancaires virtuels et d’offrir des avantages tels que des prêts-auto ou des réductions sur la location de maisons. Plus les clients utilisent leurs comptes virtuels pour payer des services, moins les entreprises devraient dépenser en frais de traitement de paiement à des tiers tels que JPMorgan.

2) les applications bancaires intégrées aux systèmes et applications bancaires internes

Uber Money bénéficie des deux fronts, il est fort à parier que l’application Uber Driver est fréquemment utilisée par les conducteurs et le sera encore plus avec les nouvelles fonctionnalités. Les autres fintechs et banques cherchant à servir les consommateurs de l’économie de marché sont désavantagés si elles ne sont pas intégrées aux applications fréquemment utilisées (par exemple, Fiverr, SpareHire, Care.com).

Uber a déjà une opération de trésorerie mondiale qui gère et déplace de l’argent dans le monde entier. L’intégration de ces capacités internes dans l’application de transfert d’argent vers l’utilisateur donnera à Uber un avantage sur les autres fournisseurs.