BN TechBusiness

Brèves Nouvelles S11

Par le

SAMSUNG

Annoncés le 25 février 2018, les Galaxy S9 et S9+ sont par ailleurs compatibles avec Samsung Pay, qui sera disponible avant l’été pour les clients des banques Caisse d’Epargne et Banque Populaire. Tous les salariés titulaires de cartes Tickets Restaurant Edenred pourront utiliser Samsung Pay pour régler leurs repas. Le service sera étendu à d’autres partenaires au cours du deuxième semestre 2018. Il sera notamment disponible sur les nouveaux Galaxy S9 et Galaxy S9+, mais aussi sur le Galaxy Note8, les Galaxy S8, les Galaxy S7 et le Galaxy A8.

Si vous possédez plusieurs cartes de paiement, celles-ci peuvent toutes être enregistrées dans Samsung Pay. Le plafond de paiement est lié à la carte bancaire de l’utilisateur et ne se limite pas aux 30€ du paiement sans contact. Samsung Pay va au-delà de la solution de paiement et intègre également les cartes de fidélité de plus de 500 enseignes en France. Tout le parcours d’achat est donc géré directment depuis son smartphone.

En plus de l’identification requise pour utiliser le service, Samsung Pay est sécurisé par la plateforme Samsung Knox ainsi que par un système de cryptage des données bancaires de l’utilisateur. Un cryptogramme unique est ainsi créé à chaque transaction. La protection des données personnelles faisant partie intégrante de Samsung Pay, les données de la carte ne sont stockées ni dans l’appareil ni sur les serveurs de Samsung.


DRIVE TO STORE

Si l’émergence du digital a profondément changé les habitudes des consommateurs vers l’ultra-personnalisé, l’approche de la promotion des grandes surfaces alimentaires et spécialisées a peu évolué. Les catalogues promotionnels et prospectus continuent d’encombrer les boites aux lettres des clients proposant, à tous, les mêmes produits avec les mêmes remises. Les enseignes dépensent ainsi chaque année plus de 5 milliards d’euros dans des outils au retour sur investissement et au taux de fidélisation clients de plus en plus faibles.

Face à cette problématique, Loyalty Challenge, est une solution de personnalisation promotionnelle visant à augmenter la fidélité et le panier moyen des consommateurs en magasin. Fondée sur les technologies du Big Data et de l’Intelligence Artificielle, elle donne aux enseignes les moyens de faire de la promotion ultraciblée pour chacun de leurs clients.

Fruit de 2 années de développement, la technologie proposée par UntieNots s’appuie sur des algorithmes d’Intelligence Artificielle qui exploitent toutes les données des cartes de fidélité, de géolocalisation et de navigation web des consommateurs pour créer des campagnes de promotion ciblée en fonction des marqueurs d’affinités identifiés entre un client et une marque.Grâce à UntieNots et sa solution Loyalty Challenge, les enseignes proposent à chacun de leurs clients des offres promotionnelles sur leurs marques et produits préférés. Deux ans et demi après sa création, la start-up s’appuie d’ores et déjà sur l’analyse de plus de 8 millions de consommateurs, soit l’équivalent de 40% des ménages français, pour identifier les affinités marque-client.

Pour capter l’attention des consommateurs et créer de nouvelles opportunités relationnelles, UntieNots associe à sa technologie unique un mécanisme de gamification. A partir d’une plateforme digitale dédiée et disponible sur tous les supports (PC, tablette, smartphone), les acteurs de la grande distribution peuvent lancer des campagnes de défis aux consommateurs pour leur permettre de gagner des réductions sur leurs marques préférées. Un défi consiste à dépenser sur plusieurs semaines un montant donné sur une marque donnée pour gagner une récompense.

Le dispositif ne demande pas aux consommateurs de dépenser plus mais il rémunère ceux qui concentrent leurs achats au sein d’une même enseigne (aujourd’hui les consommateurs fréquentent en moyenne 3 enseignes différentes). Ainsi, grâce à UntieNots, les grands retailers innovent dans la relation avec leurs clients à travers une mécanique promotionnelle ludique et originale améliorant sensiblement l’expérience shopping.

BANQUE

Un nouveau Lab à Paris à ouvert par le Groupe HSBC vient s’ajouter à un autre Laboratoire d’innovation situé à Singapour et qui travaille plus particulièrement sur les problématiques de paiements et de trésorerie. HSBC souhaite investir dans les fintechs et a débloqué à cette fin une enveloppe de 250 millions de dollars US. 60 millions ont d’ores et déjà été investis dans 8 fintechs, dont entre autres :
– le consortium R3, à l’origine de la plateforme Corda avec laquelle HSBC a annoncé tester dans les prochains jours les premières opérations de Trade sur la Blockchain,
– Kyriba, le leader mondial en solutions de gestion de trésorerie pour les entreprises,
– Tradeshift, une plateforme mettant en contact les fournisseurs et les acheteurs et qui
connecte aujourd’hui plus de 800 000 entreprises dans 190 pays.

Utiliser les dernières évolutions technologiques, oui, mais concrètement, de quoi s’agit-il ?

L’Open-Banking offre la possibilité de faire évoluer certains systèmes, selon ses besoins, par la simple connexion d’API (Application Programming Interfaces) développées par nombre de start ups. Dans ce contexte de profonde transformation, HSBC a choisi de travailler aux côtés de fintechs, en particulier pour le traitement des opérations d’affacturage et de financement international, puisque ces activités nécessitent encore aujourd’hui une gestion administrative importante, dans un cadre réglementaire complexe et impliquant de nombreux intervenants.

Dans un mode agile, permettant des délais de tests réduits et des prises de décision rapides, l’Innovation Lab de HSBC cherche à répondre à ces problématiques en utilisant plus particulièrement certaines innovations technologiques comme la Blockchain, l’Intelligence Artificielle ou encore le Big Data. Apres analyse des besoins exprimés par les clients, certaines solutions sont expérimentées en live auprès des partenaires, comme par exemple le suivi des opérations de Commerce International en temps réel sur une application mobile, la sécurisation des documents d’assurance export ou encore l’optimisation du suivi des trajets maritimes partout dans le monde, projet mené conjointement avec la fintech Semsoft (voir son témoignage ci-dessous).

Cette approche Test and Learn permet des processus de développement plus courts et moins onéreux et le système de Proof Of Concept (POC), d’avoir des business cases plus rationnels et une expérience à petite échelle du projet, qui facilitent les décisions (puisque l’on connait les couts, les bénéfices, les problématiques). Le POC est l’échantillon qui aide à modéliser et rationnaliser un concept, pour atteindre plus rapidement la mise en place à l’échelle industrielle de la solution concrète. A ce jour, 12 POC sont en cours au sein du Lab.

GDPR

Alors que la date fatidique d’application de GDPR se rapproche, de nombreuses entreprises se posent encore des questions quant à la façon dont elles doivent s’organiser, aux processus qu’elle doivent mettre en œuvre.L’infographie ci-dessous est construite sous forme de Quizz, elle permet aux entreprises, en un coup d’œil de comprendre si elles doivent ou non faire réaliser une Étude d’Impact sur la Vie Privée (EIVP).