Publié le 11 mai 2020.
Par Christophe Romei

Le modèle coréen de traçage des contacts, le temps est compté !

Publié le 11 mai 2020.
Par Christophe Romei

La Corée du Sud fait partie des premiers pays à maîtriser l'épidémie du coronavirus, en s'appuyant fortement sur la technologie et sa société hyper-connectée. Nous sommes dans une longue guerre avec le coronavirus, le temps est compté pour sauver des vies !

L’objectif est de relancer la quatrième économie d’Asie et de la faire fructifier en s’appuyant sur le succès du pays en identifiant et en suivant les cas sans imposer le confinement obligatoire ni obliger les entreprises à garder les employés travaillant à domicile. Ils ont réussi à maintenir leurs usines en activité dans une large mesure. Un système de traçage des contacts efficace est un élément crucial pour vaincre la pandémie du Covid-19 qui consiste à identifier les points chauds de l’infection et à rompre le cercle vicieux de l’infection.

La stratégie de la Corée du Sud s’appuie sur une campagne intensive de recherche et de dépistage des contacts qui, selon les experts, a contribué à découvrir des réseaux d’infections qui, autrement, n’auraient pas été détectées. Outre les kits de test (en moyenne, 15 000 tests (maximum 20 000) peuvent être effectués par jour) et les techniques de traçage qui ont déjà été déployés, la Corée du Sud prévoit de créer une base de données sur les villes intelligentes et d’amener les contrevenants à la quarantaine à accepter d’utiliser des bracelets de suivi. Les bracelets ne seraient utilisés que si les patients le souhaitent.

 

Le suivi des contacts est globalement divisé en 4 étapes :

  1. Enquête
  2. Évaluation des risques d’exposition
  3. Classification des contacts
  4. Gestion des contacts

Base de données

La base de données a été conçue pour partager des informations entre les villes sur des sujets comme le trafic et la pollution. Les autorités sanitaires prévoient d’exploiter ce réseau pour réduire le temps nécessaire à la recherche et à l’isolement des cas d’infection au nouveau coronavirus.

La base de données sera exploitée par les Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC), qui fourniront aux enquêteurs épidémiologiques des données en temps réel sur les patients, notamment leur localisation, les heures passées à des endroits spécifiques, les séquences de vidéosurveillance et les transactions par carte de crédit. Par mesure de sécurité, seuls les enquêteurs épidémiques du KCDC peuvent accéder aux informations de localisation et une fois l’épidémie de Covid-19 terminée, les informations personnelles utilisées pour la recherche des contacts seront purgées.

Cela pourrait réduire le temps nécessaire pour retracer les mouvements d’un patient d’environ un jour à une dizaine de minutes

Les informations téléchargées par le KCDC sont compilées avec les données de la National Police Agency, du Credit Finance Association Korea, de trois opérateurs de télécommunications et de 22 sociétés de cartes de crédit. Les enquêteurs devront obtenir l’approbation de la police pour voir les informations, et l’accès à la base de données sera limité à un petit nombre d’utilisateurs autorisés, garantissant la confidentialité des informations personnelles.

Une coalition de 17 groupes de défense des droits humains a exprimé des inquiétudes concernant la confidentialité de l’adoption des bracelets de suivi pour les personnes qui violent les quarantaines, invoquant une discrimination potentielle contre les patients.

Infecté

Pour les personnes qui entrent en contact avec une personne infectée, le KCDC informe le centre de santé publique local près de la résidence du citoyen infecté et le centre de santé leur envoie la notification. S’ils sont positifs, ils sont hospitalisés dans les installations spéciales Covid-19. Les personnes sans symptôme sont priées de rester en quarantaine pendant 14 jours.

Au niveau citoyen, la pratique du port du masque et de l’éloignement social doit être fortement encouragée pour prévenir l’infection tandis que le gouvernement tente d’aplatir la courbe. Actuellement, il y a un sentiment de normalité qui revient en Corée du Sud. Aucune ville n’est en confinement, les restaurants, les églises, les bars, les gymnases et les instituts d’apprentissage sont autorisés à ouvrir s’ils respectent les directives du gouvernement en matière de quarantaine, les trains et les bus circulent, les épiceries sont bien approvisionnées et le pays vient d’organiser avec succès des élections législatives mi-Avril.

L’approche de la Corée du Sud en mettant l’accent sur la technologie est apparemment un modèle, le seul ?

Comment sont traités les problèmes de confidentialité concernant la collecte et l’utilisation des données personnelles par les enquêtes épidémiologiques ? (FAQ du KCDC sur le Covid-19)

Les données sensibles à la confidentialité telles que les journaux GPS cellulaires, les journaux de transactions par carte de crédit et les séquences vidéo ne sont PAS collectées pour chaque patient Covid-19 confirmé. La nécessité de collecter ces données est soigneusement évaluée sur la base du résultat de l’enquête préliminaire à travers des entretiens avec les patients. Les enquêteurs ont constaté que certains patients fournissent des informations inexactes ou partielles lors de l’entretien, involontairement ou délibérément, tandis que d’autres ont du mal à se souvenir de chaque endroit qu’ils ont visité de leur mémoire.

Pour certaines maladies infectieuses, de telles lacunes dans les informations peuvent nuire aux efforts de lutte et mettre la population générale en grand danger. Les enquêteurs font de leur mieux pour recueillir autant d’informations que possible en interrogeant d’abord les patients, leur famille et/ou les professionnels de santé. Si, malgré leurs efforts, il n’y a toujours pas suffisamment d’informations pour identifier la source d’infection et/ou les contacts, les données personnelles pertinentes sont collectées si elles sont disponibles. Les informations recueillies au cours de l’enquête épidémiologique sont gérées de la manière la plus sûre possible avec des mesures de sécurité strictes et sont détruites lorsque l’enquête est terminée, comme l’exige la loi.

Copy Cat

Un copycat, c’est une startup qui a copié une startup implantée dans un pays pour la développer sur un nouveau marché géographique. La question de la faisabilité et de la pérennité d’un tel modèle se pose. Peut-on vraiment implanter un copycat facilement ? Ce qui marche à l’étranger marche-t-il toujours chez nous ? Il y a deux formes de copycats. Le copier / coller (ctrl+c ctrl+v), qui consiste à tout imiter au pixel près et le copier / modifier, qui s’inspire d’une idée et l’adapte à un marché, comme PriceMinister (Rakuten) avec le copycat de half.com.

Pourquoi ne pas copier un modèle de traçage qui marche et l’améliorer ? Cette pandémie a montré l’inefficacité mondiale des nations à faire bloc avec une solution unique, conçue par la diversité des pays.

L’Inde

L’histoire raconté sur le début de l’épidémie est riche d’enseignement sur l’efficacité des équipes d’enquêteur et de suivre l’historique du GPS dans les téléphones. Le 29 Février, une famille de trois personnes était arrivée dans l’État indien du Kerala en provenance d’Italie, où ils vivaient. Le trio a sauté un dépistage volontaire de Covid-19 à l’aéroport et a pris un taxi à 125 miles (200 kilomètres) jusqu’à leur domicile dans la ville de Ranni. La famille n’a pas voulu venir s’expliquer aux enquêteurs sanitaires. Ils étaient isolés à l’hôpital du district mais ne voulaient pas déclarer l’ampleur de leurs mouvements. C’était comme s’ils étaient gênés.

À ce stade, 31 personnes avaient été testées positives au Covid-19 à travers le pays. C’était un petit nombre, mais le virus évoluait rapidement. En moyenne, on pensait qu’une personne en infectait deux à trois autres.

Il ont fait venir 50 policiers, ambulanciers paramédicaux et bénévoles et les ont répartis en équipes sur le lieu ou habite la famille. Puis ils ont envoyé une équipe pour retracer les mouvements de la famille au cours de cette semaine cruciale. Ils avaient donné aux officiers de district quelques informations mais le groupe de travail l’a élargie considérablement, en utilisant des données GPS extraites des téléphones portables de la famille et des images de surveillance prises depuis l’aéroport, les rues et les magasins.

En quelques heures, ils en avaient appris beaucoup plus sur les mouvements de la famille qu’on ne leur avait dit et ce qu’ils ont trouvé les a alarmés. Au cours des sept jours qui ont suivi son arrivée au Kerala, la famille était passée d’un endroit densément peuplé à un autre. Ils avaient visité une banque, un bureau de poste, une boulangerie, une bijouterie et quelques hôtels. Ils sont même allés à la police pour obtenir certains pays.

Le 9 Mars, environ 48 heures après le test positif de la famille, les équipes avaient une carte et un organigramme répertoriant chaque endroit où ils s’étaient rendus, quand et depuis combien de temps. L’information a été diffusée sur les réseaux sociaux et les gens ont été invités à appeler une hotline s’il était possible qu’ils aient interagi avec la famille. Le bureau a été inondé d’appels : la famille a rencontré près de 300 personnes depuis son arrivée en ville.

Lire aussi