Publié le 27 mai 2024.
Par La Rédaction

Construction d’un centre de données géothermiques au Kenya

Publié le 27 mai 2024.
Par La Rédaction

Microsoft s'associe à G42 pour lancer un projet colossal d'1 milliard de dollars : un centre de données écologique au Kenya ! Alimenté par le potentiel inexploité des 10 gigawatts d'énergie géothermique du Kenya, le méga centre de données est le premier de son genre

Une alliance inédite pour une initiative énergétique durable

Dans le cadre d’un plan audacieux visant à intensifier les services de cloud computing en Afrique de l’Est, Microsoft et G42, une entreprise basée aux Émirats Arabes Unis, ont décidé de joindre leurs forces. Ils ont annoncé un investissement conjoint d’un milliard de dollars pour la construction d’un centre de données géothermiques au Kenya. Les deux entreprises vont continuer d’étendre son travail pour fournir un accès Internet sans fil au dernier kilomètre à 20 millions de personnes au Kenya et à 50 millions de personnes en Afrique de l’Est d’ici la fin de 2025.

Un engagement commun pour la préservation de l’environnement

Non content d’utiliser l’énergie géothermique, une source d’énergie renouvelable, le centre de données sera également équipé de la toute dernière technologie en matière de conservation de l’eau. Cette combinaison permettra de minimiser l’impact environnemental du centre. G42 pilotera l’investissement initial et supervisera la construction de ce centre de données écologique. La région d’Olkaria possède d’abondantes ressources géothermiques, et la Kenya Electricity Generating Company, exploite quatre centrales géothermiques dans la région, avec une capacité installée de plus de 700MW.. Il aura une capacité initiale de 100 MW, cela pourrait éventuellement atteindre 1 GW, ont indiqué les sociétés.

Une collaboration de grande envergure pour le développement numérique du Kenya

Ce partenariat ne consiste pas seulement à ériger une infrastructure numérique; c’est la base d’un écosystème complet qui comprend des services cloud et de l’intelligence artificielle, répondant à la population dynamique et jeune du Kenya. Le Memorandum of Understanding (MoU) entre ces géants s’étend au-delà de l’infrastructure, visant à inaugurer une ère de cloud computing et de services d’IA. Ceux-ci comprennent :

  • La recherche et le développement d’un modèle d’IA en langue locale,
  • La formation aux compétences numériques,
  • Et la création d’un laboratoire d’innovation.

Brad Smith, vice-président et président de Microsoft, a déclaré que cette collaboration représente “l’investissement numérique le plus important et le plus étendu de l’histoire du Kenya”. Une affirmation qui souligne l’ampleur et l’importance de ce partenariat non seulement pour les deux entreprises, mais aussi pour le développement numérique du Kenya.

Un partenariat fortifié par des investissements mutuels

Il convient de noter que le lien entre Microsoft et G42 a été renforcé par un récent investissement de 1,5 milliard de dollars de Microsoft pour une participation minoritaire dans G42. Cet arrangement a permis à Microsoft d’obtenir un siège au conseil d’administration de l’entreprise d’IA. De plus, un protocole d’accord doit être signé le 25 mai par les entreprises et le Président kenyan William Ruto lors de sa visite aux États-Unis. Le centre de données devrait être opérationnel dans les deux ans suivant la signature des accords définitifs.

Les avantages et les inconvénients

Avantages

  • Énergie durable et abondante : La géothermie utilise la chaleur de la Terre, une source d’énergie quasi inépuisable. L’énergie géothermique génère très peu d’émissions de gaz à effet de serre par rapport aux énergies fossiles.
    Stabilité de l’Alimentation Énergétique :
  • Stabilité de l’alimentation énergétique : Contrairement à l’énergie solaire ou éolienne, l’énergie géothermique n’est pas intermittente et est disponible en continu. Les coûts d’exploitation des sources géothermiques sont relativement stables, car ils ne sont pas soumis aux fluctuations des prix des combustibles fossiles.
  • Économie des coûts d’exploitation : Les centres de données géothermiques peuvent utiliser directement la chaleur extraite pour le refroidissement des serveurs, réduisant ainsi les besoins en systèmes de refroidissement traditionnels. La production d’énergie sur site réduit la dépendance aux réseaux électriques externes et peut réduire les coûts d’électricité.
  • Impact écologique positif : L’utilisation de l’énergie géothermique réduit la nécessité de recourir aux énergies fossiles, diminuant ainsi l’empreinte écologique globale.

Inconvénients

  • Coûts initiaux élevés : La construction de centrales géothermiques et l’infrastructure nécessaire pour les centres de données géothermiques impliquent des coûts initiaux élevés.  Les coûts d’exploration et de forage pour trouver des sources géothermiques viables peuvent être prohibitifs.
  • Limitations géographiques : Les ressources géothermiques ne sont pas uniformément réparties et sont principalement disponibles dans certaines régions géothermiquement actives. La nécessité de situer les centres de données à proximité des sources géothermiques peut limiter les choix de localisation.
  • Impact environnemental local : Le forage géothermique peut induire une activité sismique dans certaines régions. Les centrales géothermiques produisent souvent des eaux usées qui doivent être correctement traitées pour éviter la contamination des nappes phréatiques.
  • Compléxité technique : Les systèmes géothermiques peuvent être complexes à entretenir et nécessitent une expertise technique spécifique. L’intégration des systèmes de refroidissement géothermique avec les infrastructures de centres de données existants peut poser des défis techniques.
Lire aussi