Publié le 7 septembre 2011, modifié le 3 décembre 2014.
Par La Rédaction

La régie Adfonic annonce une levée de fonds 5,2M Euros, le DG France parle des objectifs…

Publié le 7 septembre 2011, modifié le 3 décembre 2014.
Par La Rédaction

La régie publicitaire basée à Londres annonce une levée de fonds, Frédéric Dumeny, son Directeur Général pour la France répond à nos questions 

 

Vous annoncez aujourd’hui une levée de fonds de 5,2 millions d’euros, pouvez-vous nous en dire plus sur les investisseurs et l’usage que vous ferez de cette somme ?

Ce tour de table, mené auprès des investisseurs historiques dont Gordon Shields, un entrepreneur important dans le monde des télécoms et du développement durable, est destine à soutenir notre croissance en Europe, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique. Nous devrions passer de 40 à plus de 100 personnes dans les 12 prochains mois.  

Pouvez-vous nous décrire plus en détails comment vous utiliserez cette somme pour votre développement ? 

Notre stratégie de croissance se concentre sur le développement à l’international, le perfectionnement de notre plate-forme et le recrutement sur les fonctions-clé. Nous ouvrirons plusieurs nouveaux bureaux en Europe, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique d’ici fin 2011. Le développement de notre plateforme technique continue d’être au coeur de notre stratégie pour accroitre la performance des campagnes et maximiser les revenus de nos éditeurs. De nouveaux outils seront également déployés rapidement. Enfin, nous recrutons d’ores et déjà sur des fonctions de support-client, de chefs de produit, d’ingénieurs et responsables marketing et commerciaux. L’objectif est de tripler la taille de l’équipe sur les 12 prochains mois.

Adfonic est une société agée de seulement deux ans. Comment vont les affaires ?

Ca va bien merci ! Les 12 dernier mois ont été incroyables. Des revenus multipliés par 10, un réseau de plus de 8000 éditeurs, plus de 15 milliards de requêtes publicitaires par mois sur l’ensemble de notre réseau. Plusieurs milliers de campagnes chaque mois pour des marques telles que Peugeot, La Redoute, Tesco, Skype, Groupon, Google et beaucoup d’autre qui s’adressent via Adfonic à plus de 100 millions de visiteurs uniques.


 

Pourquoi ce tour de table a-t’il lieu maintenant ?

La croissance de ce marché est incroyable et même si notre rythme est très soutenu, ce financement nous servira à assoir notre position sur le marché européen et à accélérer dans le reste du Monde 

Cela fait maintenant 3 ou 4 ans qu’on nous dit que le marché de la publicité mobile va décoller. Pourquoi serait-ce le cas l’année prochaine plus que cette année ? 

D’après Gartner, le marché a déjà doublé cette année pour s’établir à 3,3 milliards de dollars au niveau mondial. C’est donc déjà un vrai marché. Mais pour 2015, soit dans 4 ans seulement, les prévisions le placent à 20,6 milliards. Ce que nous voyons chez Adfonic c’est une multiplication par 10 en 1 an et l’arrivée massive des marques sur ce media. Ca ne ressemble pas à un marché hésitant ! 

Pensez-vous que le marché de la  publicité mobile puisse un jour  rivaliser avec les autres formes de publicité plus traditionnelles ? 

Il faut essayer de prendre un peu de recul : Les budgets publicitaires ont toujours suivi l’audience. Or l’audience digitale devient massivement mobile. Nous avons d'ailleurs publié il y a quelques mois une étude démontrant l’importance de ce media dans les habitudes de consommation. Les budgets sont passes du print à la TV, puis au digital à mesure que l’audience s’y déplaçait. Aujourd’hui, le temps passé sur un smartphone devient suffisamment significatif pour que les annonceurs s’y intéressent. Et pas seulement pour vendre des applications mobiles. Si ce marché  a pu donner l’impression d’être consanguin, chacun annonçant sur le site de son concurrent, tout ceci change. Nous recevons en permanence des pitches de grandes marques pour promouvoir leurs produits sur mobile.

D'après votre experience des autres marchés, que pouvez-vous nous dire sur l'évolution du marché publicitaire mobile en France dans les prochains mois ?

Depuis plusieurs années, le marché français suit la même évolution que le marché anglais avec 12 à 18 mois de décalage. Ceci est notamment dû au fait que de nombreuse agences digitales pan-européennes sont basées à Londres et qu'elles ont un peu d'avance en raison de la taille des budgets qui leur sont confiés. L'année dernière nous avons vu quatre phénomènes importants :

  1. Le search et le display (les bannières et intersticiels dans les apps et sur les sites) connaissent la plus forte croissance
  2. Le divertissement, la finance, les télécoms, les FMCG et le secteur automobile sont les plus gros annonceurs
  3. les modèles basés sur la facturation au clic (CPC) prennent la plus grosse part du marché
  4. La demande pour des campagnes rich-media arrive mais pour le moment on est plus dans le test que dans un marché massif 

Je pense que c'est à peu près ce que nous devrions voir arriver dans les 6 prochains mois en France

Vous nous avez dit vouloir vous développer en Europe, Asie-Pacifique et Amérique du Nord. Y êtes vous déjà actif ?

Bien sûr. D’abord notre offre de marketplace touche naturellement une audience globale. C’est donc de tous les pays que nous voyons arriver annonceurs et éditeurs. Au delà de notre siège à Londres, nous avons des bureau à Paris, en Espagne et aux US. Nous les développerons et ouvrirons des bureaux en Allemagne, en Italie, sur la côte oust américaine et à Singapour.

Pouvez-vous nous décrire Adfonic dans 1 an ?

Nous sommes déjà la plateforme européenne indépendante la plus importante. Dans un an nous serons dans le top 3 mondial.

 

Lire aussi