Publié le 19 février 2021.
Par Christophe Romei

A votre avis, quel est l’avenir du RCS ?

Publié le 19 février 2021.
Par Christophe Romei

Le passage au RCS étend la messagerie des opérateurs mobiles de l'analogique au numérique.

Voici un rappel rapide que vous pouvez lire dans plusieurs posts sur la création du RCS que nous avons publiés. Les opérateurs et les agences gouvernementales de l’industrie mobile dont la GSMA ont développé le protocole RCS (Rich Communication Services) qui est conçu comme une approche moderne des textos et qui intègre les fonctionnalités de Facebook Messenger, iMessage et WhatsApp en une seule plate-forme. Disons que les opérateurs avec le format universel du SMS qui marche sur n’importe quels smartphones souhaitent faire de même avec la messagerie et rattraper le retard qu’ils ont sur les grandes plates-formes de messageries depuis des années, d’autant que le SMS est resté avec sa limite de 160 caractères.

En 2020, il y a désormais 5,12 milliards d’utilisateurs uniques de SMS, ce qui en fait le plus grand canal de messagerie.

Un départ complexe

Apple n’est pas encore pleinement engagé envers le RCS ce qui est tout de même un problème pour les utilisateurs et les marques.

En novembre dernier d’ailleurs, Google a annoncé le déploiement de RCS en tant que principale plate-forme de messagerie texte d’Android pour quiconque utilise l’application Android Messages et de nombreux téléphones Android sont livrés avec Android Messages installé. Bien qu’apparemment certains smartphones Pixel chez certains opérateurs ne prennent pas en charge le RCS ! Il y a aussi des partenariats à mettre en place comme celui entre Google et Samsung qui permet aux fonctionnalités RCS de fonctionner de manière transparente entre les applications Samsung Messages et Android Messages, les applications SMS par défaut sur leurs appareils.

Nous ne sommes qu’au début du voyage du RCS, mais il attire déjà de grandes marques comme McDonald’s, Subway, Disney, Virgin Trains, Pizza Hut…

Quelques chiffres

Selon Mobilesquared, le trafic total de la messagerie professionnelle – couvrant à la fois A2P et P2A via SMS, RCS et WhatsApp – s’élevait à 1,64 billion en 2019 et devrait plus que doubler d’ici la fin de 2024. Les SMS représentaient 99,2 % des trafics totaux de la messagerie professionnelle en 2019, mais sa part de marché devrait chuter à 59,3 % en 2024, l’application WhatsApp Business augmentant à 15,8 % du total, l’API WhatsApp Business à 13,7 % et le RCS à 11,3 %.

Entre décembre 2019 et décembre 2020, les utilisateurs de SMS ont augmenté de 2,7 %. Au cours de la même période, à titre de référence, WhatsApp a augmenté de 13,6 % et Facebook Messenger de 6,9 %, mais les utilisateurs de RCS ont augmenté de 189,5 % et se rapprochent désormais de 800 millions d’utilisateurs.

Entreprises

En 2020, le marché de la messagerie d’entreprise, c’est environ 18 milliards de dollars. Plus de 99 % de ces dépenses concernent les SMS A2P, un canal dominé par les opérateurs mobiles.

Avec l’introduction de RCS, une entreprise peut tirer parti de diverses interfaces API pour s’intégrer pleinement à ses opérations, offrant ainsi une différenciation que l’on ne trouve pas aujourd’hui. L’intégration peut se produire entre les opérateurs mobiles (infrastructure réseau et bases de données) et les actifs de l’entreprise tels que le CRM. Les entreprises peuvent améliorer leur infrastructure de communication en fournissant une interface unique à partir de laquelle les utilisateurs peuvent lancer des sessions vocales, vidéo et de messagerie.

Le RCS permet d’accéder à ces fonctionnalités directement à partir du carnet d’adresses d’un appareil, qu’il s’agisse d’un smartphone, d’un portable, d’une tablette ou d’un PC. En plus des informations de contact traditionnelles (nom, numéro, adresse e-mail, identité de réseau social), le carnet d’adresses RCS amélioré identifie positivement les utilisateurs et identifie si l’appareil de chaque contact peut rejoindre une discussion, lancer un appel vidéo ou envoyer un fichier.

Il n’est pas nécessaire d’attendre que chaque opérateur mobile accepte le RCS. Chaque message RCS que vous envoyez à des clients qui ne peuvent pas encore le recevoir revient au format SMS, selon les plates-formes.

Il y aura une valeur significative via l’intégration API ouverte pour diverses applications RCS d’entreprise à valeur ajoutée. L’une des solutions de retour sur investissement les plus élevées que nous voyons est ce que nous appelons un tableau de bord d’entreprise (CED). Le CED fournit une application clé aux clients (entreprises) les plus appréciés des transporteurs afin d’améliorer les communications internes. En outre, RCS représente une opportunité pour les entreprises de fournir un CRM amélioré via des médias mixtes et un contact client de marque, ce qui est très important dans le monde des appels automatisés indésirables.

CPaaS

Il y a une solution alternative de communication en temps réel basée sur IP, le WebRTC (Web Real-time Communications) qui fournit un cadre, des protocoles et une API qui facilitent la voix, la vidéo et les données interactives en temps réel via un navigateur Web. Les solutions, services et applications pris en charge par le WebRTC sont en concurrence directe avec le RCS. Par conséquent, WebRTC peut être très perturbateur pour les modèles commerciaux des fournisseurs de services de communication, représentant à la fois une opportunité et une menace. Le WebRTC est pris en charge par Android, Chrome, Firefox, iOS, Opera.

Les deux technologies font partie de ce que l’on appelle désormais une plate-forme de communication en tant que service (CPaaS). De nombreuses marques considèrent déjà le CPaaS comme la clé de l’excellence du CX, c’est pourquoi les dépenses devraient quadrupler d’ici 2022. Le CX est sûrement le grand différenciateur entre vous et vos concurrents dans ce type de technologie.

En fait, les deux technologies ont toutes les fonctionnalités d’une application, sans application !

Lire aussi
Article abonné

Brèves nouvelles Tech S0321

Voici notre veille Tech qui couvre les grandes marques, les paiements, la publicité, les smartphones, les applications, la réalité augmentée,...