Publié le 3 juillet 2023, modifié le 3 juillet 2023.
Par Christophe Romei

Plus de 100 pays devraient lancer des CBDC

Publié le 3 juillet 2023, modifié le 3 juillet 2023.
Par Christophe Romei

En juin 2021, seuls six pays avaient adopté ce type de monnaie numérique, qui était toute des îles des Caraïbes.

En juin 2023, 11 pays avaient adopté devises numériques de la banque centrale (CBDC), 53 autres étant à des stades de planification avancés et 46 recherchant le sujet. Selon les données du Conseil atlantique, la première version numérique d’une monnaie fiduciaire émise par une banque centrale est le dollar de sable des Bahamas introduit en 2019. L’ajout le plus récent aux pays émettant un CBDC est la Jamaïque avec JAM-DEX, qui a été ajoutée au fournisseur de paiement mobile Lynk en juillet 2022. Aux Bahamas, la première mise en œuvre officielle d’un CBDC n’a conduit qu’à un taux d’adoption de 8% et à une circulation d’environ 300 000 dollars.

Le Nigéria a introduit l’eNaira en octobre 2021, avec quatre autres États insulaires des Caraïbes jusqu’en juillet 2022. La mise en œuvre de la CBDC n’est cependant pas limitée par les frontières nationales. Les programmes transfrontaliers notables de la phase pilote comprennent mBridge, un projet de banque à banque comprenant les banques centrales de Chine, de Thaïlande, de Hong-Kong et des Émirats arabes unis, ainsi que l’euro numérique, pour lequel l’Union européenne met actuellement en place un cadre juridique et dont la poursuite serait décidée par la Banque centrale européenne en octobre 2023.

Par rapport aux crypto-monnaies régulières comme le Bitcoin et même les écuries alignées sur une monnaie fiduciaire traditionnelle, les transactions avec les monnaies numériques des banques centrales ne sont pas nécessairement effectuées sur un protocole décentralisé par une entité privée, mais supervisé par l’autorité d’émission. Au lieu d’avoir un compte courant auprès d’une banque ordinaire, les citoyens du pays pouvaient échanger leur monnaie fiduciaire contre des jetons numériques émit par la banque centrale correspondante et réclamée sur celle-ci. Donc, contrairement au Bitcoin, à Ethereum et à d’autres jetons numériques, CBDC n’est pas destiné à servir de moyen de spéculation financière, mais plutôt, par exemple, offrir un meilleur accès non bancaire et sous-bancaire à l’argent et rendre les paiements numériques plus économiques.

Les infos importantes de la 34e newsletter sur le Web3

  • Plus de 100 pays devraient lancer des CBDC
  • Le Web3 peut changer le modèle économique de la TV
  • La blockchain, un outil médico-légal

Les autres infos de la semaine :

  • Polkadot Decoded
  • Le CEO de Magic Eden parle d’extension multi-chaînes
  • Un système d’exploitation Blockchain
  • La blockchain Tezos Foundation fête ses 5 ans !
  • Authentifier une collection de sneakers
  • La banque est désormais un logiciel
  • Comprendre la blockchain et l’IA
  • 17 M$ en 30 minutes pour un nouveau projet NFT
  • Placer la confiance au centre des actifs numériques
  • Les essais d’Adidas dans le Web3
  • L’événement Forge HV-MTL
  • Le collectif PartyDAO
Lire aussi
Cryptos

Enjeux des ETF sur les cryptomonnaies

Les ETF sur les cryptomonnaies lient finance traditionnelle et actifs numériques, offrant un accès simplifié sans détenir l'actif. Ils suivent...