Publié le 10 novembre 2021, modifié le 11 novembre 2021.
Par La Rédaction

Niantic révèle sa vision d’un “métavers du monde réel”

Publié le 10 novembre 2021, modifié le 11 novembre 2021.
Par La Rédaction

Niantic, mieux connu pour son jeu Pokémon GO, a annoncé aujourd'hui le lancement de Lightship, un kit de développement AR (ARDK) qui rendra la création d'expériences de réalité augmentée plus accessible.

Le métavers ne sera pas attaché qu’à une seule technologie comme la VR, AR, XR – une nouvelle expérience immersive comme le métavers va devoir avoir des ponts vers le monde réel. En tout cas, Niantic et Apple le pensent, Meta aussi, mais mise davantage sur la VR sans délaisser l’AR avec aussi un kit de développement. Niantic imagine une alternative : un métavers qui rassemble les gens en personne plutôt que dans un monde virtuel. Les jeux existants de Niantic mettent l’accent sur les activités de plein air et la rencontre de nouvelles personnes. Avant de faire des ajustements à l’ère de la pandémie pour jouer à distance, certains aspects de Pokémon GO, tels que les batailles de raid légendaires, n’étaient jouables que si suffisamment de joueurs travaillaient ensemble simultanément. Les communautés Discord locales ont alors vu le jour autour de la sortie de batailles de raid légendaires comme en 2017 aidant les gens à coordonner des rencontres dans le monde réel.

En publiant le Lightship ARDK, les développeurs peuvent utiliser la base de jeux comme Ingress, Pokémon GO et Pikmin Bloom pour créer de nouveaux projets. La société ouvre également un fonds Niantic Ventures de 20 millions de dollars, qui investira dans des entreprises qui s’alignent sur la vision de Niantic. Au lancement, Niantic s’est déjà associé à des marques telles que Coachella, Historic Royal Palaces, Universal Pictures, la PGA of America et plus encore, qui ont utilisé son ARDK.

Le kit de développement logiciel aidera les développeurs à créer des expériences pour iOS et Android en s’intégrant à Unity, un logiciel utilisé pour créer des expériences 3D, 2D, VR et AR. Il offre les trois principales fonctionnalités d’AR de Niantic, cartographie en temps réel, segmentation sémantique et capacité multijoueur rendant ainsi les outils que Niantic a développés depuis des années disponibles pour tout créatif en herbe.

Le métavers cauchemar dystopique

L’expression vient d’un post sur le blog de Niantic du fondateur, John Hanke car il a une autre vision que Meta : “En tant que société, nous pouvons espérer que le monde ne devienne pas le genre d’endroit qui pousse les héros de science-fiction à s’échapper dans un espace virtuel – ou nous pouvons travailler pour faire en sorte que cela ne se produise pas. Chez Niantic, nous choisissons ce dernier. Nous pensons que nous pouvons utiliser la technologie pour nous pencher sur la « réalité » de la réalité augmentée, en encourageant tout le monde, y compris nous-mêmes, à se lever, à sortir et à se connecter avec les gens et le monde qui nous entoure… La technologie devrait être utilisée pour améliorer ces expériences humaines fondamentales, et non pour les remplacer”.

Une vision qui rejoint celle d’Apple, des logiciels et du contenu, imaginer un avenir de mondes pouvant se superposer au monde réel. La construction du métaverse dans un monde réel qui se situe à l’intersection de deux entreprises techniques majeures : synchroniser l’état de centaines de millions d’utilisateurs dans le monde (ainsi que les objets virtuels avec lesquels ils interagissent) et lier précisément ces utilisateurs et objets au monde physique. Le premier existe aujourd’hui dans la plate-forme Niantic Lightship, qui sous-tend Pokémon GO et leurs produits qui prennent en charge des centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde. Cela signifie que ces millions d’utilisateurs peuvent créer, modifier et interagir avec des objets numériques dans le monde physique et que cette expérience est cohérente et partagée par tous. Dans le monde du logiciel, nous appelons cela un “état partagé” — nous voyons tous la même chose, les mêmes améliorations du monde. Si vous changez quelque chose, cela se reflète dans ce que je vois et vice versa.

OVR

OVR est une plate-forme de pointe alimentée par la blockchain Ethereum. Toute personne possédant un appareil mobile ou des lunettes intelligentes peut vivre une expérience de réalité augmentée interactive adaptée à votre position GPS actuelle dans le monde réel. OVR établit une nouvelle norme dans le secteur de la réalité augmentée.

Niantic n’est pas tous seule sur cette vision, un autre Metavers OVR qui est une plate-forme décentralisée pour les expériences de réalité augmentée et de réalité virtuelle géolocalisées, avec la vision de fusionner les mondes physique et virtuel via l’AR. OVR pense que les NFT sont les éléments constitutifs du métaverse ouvert, créant des actifs numériques permanents qui peuvent interagir et exister dans plusieurs métaverses. Les OVRLand NFT sont les éléments constitutifs du métaverse AR, créant un pont entre le monde numérique et le monde physique grâce à des coordonnées géographiques. OVR souhaite apporter des coordonnées géographiques dans le métaverse ? Et si nous pouvions numériser et apporter une structure 3D du monde physique sur la blockchain ?

Avec OVR Land Mapping. Grâce aux pouvoirs de l’IA, nous pouvons désormais générer une carte 3D du monde physique. Simplement en prenant des photos (pas besoin de lidar ou autre matériel coûteux), nous n’avons besoin que du smartphone dans votre poche. Tous les utilisateurs d’OVR peuvent potentiellement contribuer à la création de la plus grande carte 3D détaillée du monde réel. Un OVRLand scanné aura une précision de localisation jusqu’à 20 cm ! Cela ouvre un tout nouveau domaine d’opportunités dans la création d’expériences de RA qui n’étaient pas techniquement réalisables auparavant.

Il ne s’agit pas seulement de précision AR et de créer un pont plus large entre le monde physique et numérique, il s’agit de créer de nouvelles économies pour l’OVR.

Lire aussi