Publié le 22 mai 2024.
Par Christophe Romei

Directive Européenne USB-C : une menace pour le reconditionnement en france ?

Publié le 22 mai 2024.
Par Christophe Romei

La nouvelle directive européenne imposant les ports USB-C sur tous les appareils électroniques à partir de 2024 pourrait sévèrement impacter le secteur du reconditionnement en France. Si l'objectif de réduction des déchets électroniques est louable, les implications pour cette industrie émergente sont préoccupantes.

Attirés par des prix attractifs, jusqu’à 70% moins chers que le neuf, les consommateurs se tournent de plus en plus vers le reconditionné. Cette alternative économique permet d’acquérir des produits de qualité, smartphones, ordinateurs ou tablettes, tout en réduisant son impact environnemental. Selon le cabinet d’études IDC, le marché européen du reconditionné devrait atteindre 22,6 milliards d’euros en 2024, soit une croissance de 17,9% par rapport à 2023. Le marché du reconditionné en France est en plein essor, avec une croissance attendue de 20% par an d’ici 2026. Les motivations d’achat pour le reconditionné sont principalement économiques et environnementales.

Une harmonisation aux conséquences inattendues

La directive (UE) 2022/2380, qui imposera l’usage des ports USB-C pour tous les nouveaux appareils électroniques vendus en Europe dès le 28 décembre 2024, vise à réduire les déchets électroniques en standardisant les ports de chargement. Cependant, cette mesure présente des défis considérables pour le secteur du reconditionnement en France. Actuellement, environ 60 % des smartphones et tablettes reconditionnés vendus en France sont importés de l’étranger, principalement des États-Unis et de la Chine. Avec l’entrée en vigueur de cette directive, l’importation de ces appareils non conformes deviendra illégale, mettant en péril de nombreuses entreprises locales.

Les défis pour le secteur du reconditionnement

L’impact de cette directive est multiple :

  • Écoulage des stocks : Les reconditionneurs devront disposer de leurs stocks actuels avant de pouvoir se conformer à la nouvelle norme, ce qui demandera du temps.
  • Concurrence déloyale accrue : Les vendeurs étrangers pourront continuer à écouler leurs stocks non conformes sur des plateformes internationales, exacerbant ainsi la concurrence déloyale envers les entreprises françaises respectueuses de la directive.
  • Réduction du choix pour les consommateurs : Une application immédiate de la directive pourrait drastiquement réduire l’offre de produits reconditionnés, forçant les consommateurs à acheter des produits neufs, plus chers et moins écologiques.

Un appel à une transition différenciée

QuelBonPlan, acteur majeur du reconditionné en France, reconnaît les avantages écologiques de cette directive, notamment la réduction des déchets par l’imposition d’un standard unique de chargeurs. Cependant, l’application simultanée aux produits neufs et reconditionnés est jugée problématique. QuelBonPlan propose une solution pragmatique : une période de transition différenciée pour les produits reconditionnés, avec une extension de la date limite jusqu’en 2028. Cette prolongation permettrait aux reconditionneurs de s’adapter progressivement sans subir un choc brutal, assurant ainsi une concurrence plus équitable tout en continuant à soutenir l’économie circulaire.

Depuis 20 ans, je constate que les législations, bien que nécessaires pour une innovation durable, doivent prendre en compte les réalités économiques des différents secteurs, ce n’est pas toujours le cas. Une transition douce pourrait harmoniser les objectifs environnementaux avec les impératifs commerciaux, garantissant un avenir durable et équitable pour tous les acteurs.

Lire aussi