Publié le 9 avril 2020.
Par Morgan Fromentin

Covid-19 : la Commission Européenne définit des règles quant au tracking de la mobilité

Publié le 9 avril 2020.
Par Morgan Fromentin
satellite data Europe

satellite data EuropeCC

La pandémie de Covid-19 qui frappe actuellement la planète soulève un certain nombre de questions, remet certains usages en question et en introduit de nouveaux. Certains souhaiteraient pouvoir suivre la mobilité des habitants pour mieux évaluer la propagation du virus.

La Commission Européenne (CE) enjoint ses états membres à utiliser ses récentes recommandations concernant l’utilisation d’applications et de données mobiles pour concevoir un ensemble d’outils visant à aider la lutte contre le nouveau coronavirus. Dans un communiqué, la Commission déclare que ces recommandations visent à permettre le développement de méthodes coordonnées pour des applications d’information sur des sujets comme la distanciation sociale mais aussi pour déployer des systèmes de tracking.

La Commission européenne donne ses recommandations

La Commission Européenne est aussi, évidemment, parfaitement au courant de la nécessaire protection de la vie privée. Elle propose d’ailleurs en ce sens un guide officiel pour “modéliser et prédire l’évolution du virus via des données de localisation mobiles anonymisées”. Thierry Breton, commissaire européen chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l’espace, déclarait que les technologies et applications numériques ainsi que les données mobiles “ont un potentiel énorme pour aider à comprendre comment le virus se propage, et pour mettre en place une réponse efficace.” Les états membres doivent rendre compte de leurs actions avant le 31 Mai et rendre celles-ci accessibles à une revue publique par les autres états membres et la Commission. Cette revue globale devrait se tenir en Juin.

quant au tracking de la mobilité par les états membres pour lutter contre le Covid-19

Des gardes-fou doivent aussi être mis en place pour empêcher ces données de localisation d’être “dé-anonymisées”, avec des garanties tant sur les données en elle-même que sur leur stockage. Toute information obtenue pour des besoins de tracking devra ainsi être supprimée après 90 jours ou dès que la pandémie est sous contrôle. Tout détail qui pourrait permettre d’identifier une personne doit être immédiatement supprimé. Et la Commission Européenne assure qu’aucune de ces données ne seront transmises à des tierces parties. La Commission a publié ses recommandations au lendemain de la demande expresse du Contrôleur européen de la protection des données de gérer la vie privée sur ce sujet très sensible.

Lire aussi