Publié le 5 juillet 2024.
Par La Rédaction

Ariane 6 : un nouveau départ pour la souveraineté spatiale Européenne ?

Publié le 5 juillet 2024.
Par La Rédaction

Le 9 juillet, l'Europe assistera au premier vol du nouveau lanceur Ariane 6. Ce lancement crucial marque le retour de l'Europe à une autonomie spatiale indispensable pour ses ambitions en matière de défense, d'exploration lunaire, d'observation de la Terre et de télécommunications.

Défis de souveraineté des données spatiales

L’événement soulève une question majeure : la souveraineté. En effet, malgré les efforts européens, la maîtrise des données spatiales reste un défi de taille, surtout face à la domination des GAFAM sur les données terrestres. Actuellement, plus de 95 % des données spatiales européennes transitent par des infrastructures américaines, ce qui pose de sérieux enjeux de sécurité et de souveraineté pour l’industrie spatiale française et européenne. La principale cause de cette dépendance réside dans le manque de financement des infrastructures de segment sol, les antennes au sol nécessaires pour récupérer les données des satellites.

Skynopy : vers une souveraineté spatiale complète ?

Pierre Bertrand, cofondateur de Skynopy, une start-up française spécialisée dans la connectivité des satellites, explique : « Le spatial se décompose en trois piliers : les fusées, les satellites et les stations sols pour redescendre de la donnée. Aujourd’hui, nous disposons de fusées françaises qui vont envoyer des satellites français en orbite, c’est très bien. Mais ces satellites créent de la donnée. Or cette donnée, française, on ne la maîtrise pas. Elle nous échappe et arrive dans du cloud américain. »

La startup fondée en 2023, Skynopy vise à remédier à ce problème en fournissant des services d’infrastructure pour le segment sol, transformant le modèle économique en un service « as-a-service ». Cette approche permet aux opérateurs de satellites de contrôler leurs appareils aussi facilement qu’un téléphone portable. Avec un réseau mondial d’antennes déjà en place, Skynopy sert ses premiers clients, comme Hemeria, en optimisant la connectivité des satellites en orbite basse. Elle effectue des tests en utilisant environ quinze antennes réparties à travers le monde, ce qui lui permet de télécharger des volumes importants de données provenant de satellites en orbite, qu’ils appartiennent à la NASA, à l’Agence spatiale européenne ou à des entités privées. Pour cela, l’entreprise développe des connecteurs universels capables d’interagir avec les réseaux existants de stations au sol.

Le lancement d’Ariane 6 représente une étape cruciale pour l’autonomie spatiale européenne. Cela  pourrait effectivement marquer un nouveau départ pour la souveraineté spatiale européenne en renforçant son indépendance technologique, sa compétitivité économique et sa capacité à mener des missions spatiales de manière autonome.Toutefois, la souveraineté des données reste un défi. Les initiatives comme Skynopy sont essentielles pour assurer une véritable indépendance en maîtrisant l’ensemble de la chaîne de valeur spatiale.

Le vol d’Ariane 6 est un pas vers l’autonomie spatiale européenne. Cependant, la souveraineté des données doit être priorisée pour éviter une dépendance continue vis-à-vis des infrastructures américaines. Les start-ups comme Skynopy jouent un rôle clé dans cette transition, apportant des solutions innovantes pour un contrôle total des données spatiales.

Ariane 6 a aussi le potentiel de rivaliser avec SpaceX sur certains aspects, notamment en termes de fiabilité et de capacités de lancement, mais elle fait face à des défis importants en matière de coût et de réutilisabilité. L’Agence spatiale européenne et ses partenaires devront continuer à innover et à améliorer l’efficacité pour rester compétitifs face à SpaceX, qui reste un leader du marché en raison de sa capacité à offrir des lancements à bas coût grâce à la réutilisabilité de ses lanceurs.

 

Lire aussi