Publié le 14 février 2024.
Par La Rédaction

Apple obtient une exemption de règle de l’UE pour iMessage

Publié le 14 février 2024.
Par La Rédaction

Découvrez comment Apple a réussi à décrocher une exemption exceptionnelle des règles de l'UE pour son service iMessage : un véritable tour de force !

L’Union européenne met fin à son investigation DMA concernant les services iMessage d’Apple ainsi que Edge, Bing et les publicités de Microsoft, et ne contraindra donc pas iMessage d’Apple à abandonner la pratique de la « bulle verte » stigmatisant les utilisateurs Android. La Commission européenne (CE) a mis fin à plusieurs mois de spéculation en annonçant que le service iMessage d’Apple ne relèverait pas des nouvelles réglementations du Digital Markets Act (DMA). Ces règles auraient contraint la firme de Cupertino à faire de nombreux compromis en matière d’interopérabilité.

Dans un communiqué, la CE a dévoilé les résultats d’une enquête de cinq mois visant à déterminer si iMessage pouvait être considéré comme un service de base géré par un “gatekeeper” (gardien de porte) en vertu du DMA. L’investigation, qui a commencé en septembre 2023, a été menée en réponse aux arguments d’Apple et de Microsoft selon lesquels les services examinés ne devraient pas être qualifiés de plateformes de base.

Définition d’un “Gatekeeper” selon la CE

Les “gatekeepers” sont définis par la CE comme étant de grandes plateformes en ligne qui assurent un lien important entre les entreprises et les consommateurs grâce à leurs services de base, tels que définis par le régulateur. L’objectif du DMA est de prévenir les comportements non compétitifs liés spécifiquement à ces plateformes de base. Il est à noter que :

  • Apple a le statut de “gatekeeper” en ce qui concerne iOS, son App Store et son navigateur Safari.
  • D’autres entreprises considérées comme telles sont Meta Platforms, Microsoft, Alphabet, Amazon et ByteDance, la société mère de TikTok.

Outre iMessage, la CE a également décidé que le moteur de recherche Bing de Microsoft, le navigateur Edge et le service de publicité en ligne Microsoft Advertising n’étaient pas soumis aux règles du DMA, suite à des enquêtes sur ces services. En décembre 2023, Bloomberg a rapporté que la CE était d’avis provisoire qu’iMessage n’était pas une passerelle importante pour les utilisateurs professionnels. Il est donc probable qu’Apple parvienne à éviter de le voir soumis aux règles du DMA.

Analyse

Dans cette partie de poker réglementaire, Apple et Microsoft viennent de réaliser un bluff magistral, évitant les contraintes potentiellement lourdes de l’UE. Cependant, cette décision soulève des questions sur l’efficacité des mesures visant à encadrer le pouvoir des géants du numérique. Est-ce un aveu que la régulation peine à suivre le rythme effréné de l’innovation, ou simplement une reconnaissance de la complexité du marché numérique ? Une chose est sûre, le jeu continue et les prochains coups seront décisifs.

Les nouvelles règles entreront pleinement en vigueur le 7 mars, marquant un nouveau chapitre dans la saga de la régulation des géants de la tech. La partie n’est pas terminée, mais une chose est sûre : dans le match serré entre régulateurs et titans technologiques, chaque manœuvre compte.

Lire aussi