Publié le 24 juin 2020.
Par La Rédaction
App

StopCovid est restée 21 jours dans le top des téléchargements en France

Publié le 24 juin 2020.
Par La Rédaction

La plupart des applications COVID-19 dans le monde se sont classées en première position dans leurs catégories respectives d'appstores (soit Médical soit Santé et forme physique)

Afin de freiner la propagation de la pandémie COVID-19, les agences de santé publique et les gouvernements du monde entier ont lancé des applications de recherche de contacts sur smartphone. L’accélération mondiale du temps passé par utilisateur sur le mobile qui a augmenté de 20 %, passant à 4 heures 20 minutes en avril 2020 par rapport à 2019 est devenue une opportunité de s’engager auprès des citoyens et de compléter les efforts de traçage dans le monde entier.

Les données de classement des téléchargements de App Annie montrent un intérêt et une adoption précoces dans des régions telles que le Japon, l’Allemagne, l’Italie, l’Australie, la France, l’Inde, Singapour, la Corée du Sud et l’Autriche, pays qui ont tous lancé des applications de suivi COVID pour smartphones soutenues par le gouvernement.

Les applications COVID-19 Contact App au Japon, Corona-Warn-App en Allemagne, StopCovid France en France, Immuni en Italie, COVIDSafe en Australie, Aarogya Setu en Inde et TraceTogether à Singapour se sont classées en première position dans leurs catégories respectives d’appstores (soit Médical soit Santé et forme physique) par les téléchargements quotidiens de l’iPhone depuis leur lancement.

L’une des premières applications COVID-tracing à avoir été lancée, Aarogya Setu en Inde, s’est classée n°1 des applications Santé et Forme par les téléchargements quotidiens sur les iPhone et Google Play depuis son lancement le 2 avril 2020 à ce jour (23 juin 2020). L’application a également maintenu une position dans le top 10 du classement général des téléchargements quotidiens en Inde sur l’iPhone et dans le top 20 du classement général des téléchargements quotidiens sur Google Play.

Aux États-Unis, contrairement à ces marchés, il n’existe pas d’application nationale centralisée de traçage COVID. Les États ont plutôt créé des applications de traçage pour leurs habitants respectifs. L’Utah en est un exemple avec son application “Healthy Together” qui figure parmi les 110 meilleures applications de santé et de remise en forme téléchargées sur l’iPhone américain au 23 juin 2020, bien qu’elle n’ait été conçue que pour l’Utah (dont la population est inférieure à 1 % de la population américaine). À son apogée, l’application était classée 50e dans la catégorie “santé et forme physique” et 56e dans la catégorie “applications médicales” par les téléchargements quotidiens de l’iPhone, car l’application a changé de catégorie de magasin depuis son lancement.

Pour de nombreuses applications de traçage COVID-19, en plus des téléchargements initiaux, les consommateurs devront accepter de partager en permanence les données, y compris les résultats de tests positifs afin que le traçage soit le plus efficace possible.

Si les premiers classements des téléchargements montrent un début prometteur dans certaines régions, le succès continu de toute application de traçage COVID-19 dépendra à la fois des consommateurs et des gouvernements locaux. Les collectivités locales, comme tous les autres éditeurs d’applications, devront s’engager dans l’acquisition d’utilisateurs à grande échelle par le biais de formes d’acquisition d’utilisateurs (UA) d’abord mobiles comme l’optimisation des magasins d’applications (ASO) et les annonces payantes, ainsi que tirer parti des réseaux locaux comme les cabinets médicaux et les systèmes de distribution de santé publique pour favoriser une adoption significative et une utilisation durable.

StopCovid

Une conférence de presse a eu lieu le mardi 23 juin 2020 pour faire un point d’étape sur l’application StopCovid. Vous avez ci-dessous quelques chiffres sur l’app qui ont été dévoilés et sur le 1,8 million d’utilisateurs réguliers, 68 se sont déclarés positifs elle a remonté 205 contacts de proximité… dont à peine 14 ont donné lieu à des notifications de contact à risque !

La campagne de publicité et d’éducation aurait dû être pris à bras le corps par tous les opérateurs mobiles sur leur site Web, les campagnes de TV, installer sur tous les smartphones vendus avec l’app installé, push SMS en masse de proposition d’installation etc…

Lire aussi