Publié le 24 janvier 2019, modifié le 11 avril 2019.
Par La Rédaction

Révolution des smartphones en Inde pour le meilleur et le pire !

Publié le 24 janvier 2019, modifié le 11 avril 2019.
Par La Rédaction

Pour la plupart des Indiens, le smartphone est leur premier appareil photo, leur premier téléviseur, leur premier appareil vidéo, leur premier Walkman et leur premier lecteur MP3

Imaginez que vous vivez dans un petit village de l’Inde rurale. Votre revenu annuel est d’environ 1 800 $. Vous n’avez jamais possédé (ni même utilisé) d’ordinateur, d’Internet ou de l’électronique faisant partie de la vie quotidienne des pays occidentaux. Soudain, vous avez accès à un smartphone.

“Pour la plupart des Indiens, le smartphone est leur premier appareil photo, leur premier téléviseur, leur premier appareil vidéo, leur premier Walkman et leur premier lecteur MP3. C’est peut-être même leur premier réveil et calculatrice”, a déclaré Ravi Agrawal, rédacteur en chef de Foreign Policy et ancien chef du bureau de CNN New Delhi. L’utilisation généralisée des smartphones présente des avantages évidents: améliorations de l’éducation, meilleur accès à l’information, productivité accrue, efficacité accrue. Mais il y a un côté sombre. L’utilisation de l’appareil se répand comme une traînée de poudre dans une population qui n’a peut-être pas été préparée de manière adéquate pour gérer la technologie mobile avec sagesse et en toute sécurité.

En 2000, environ 2% à 3% seulement de la population du pays possédait un ordinateur personnel et un téléphone fixe. Dix ans plus tard, 100 millions d’Indiens étaient en ligne, beaucoup achetant un ordinateur ou visitant un cybercafé. Aujourd’hui, quelque 465 millions d’Indiens sont en ligne, sur une population de 1,3 milliard d’habitants, et ce nombre augmente à un taux époustouflant de trois personnes par seconde.

[le rapport de Cisco révélant que le trafic de données mobiles indien s’élevait à 148,9 pétaoctets par mois en 2015 , soit l’équivalent de 37 millions de DVD par mois ou de 410 millions de SMS par seconde. Ce chiffre réaliste devrait atteindre un maximum de 1,7 exaoctet par mois d’ici à 2020.]

Bien que la plupart des Indiens n’aient pas les moyens d’acheter un iPhone (ils coûtent environ 1 200 $ dans ce pays, ce qui représente la part du lion du salaire d’un citoyen moyen), des sociétés telles que Xiaomi, Samsung, Micromax et Reliance Jio leur proposent des téléphones abordables.

les smartphones ont brisé la barrière de la langue. La plupart de la population ne parle pas anglais et l’anglais était une nécessité pour utiliser Internet. Mais les smartphone ont changé tout cela. Maintenant, si vous parlez hindi, bengali ou l’une des nombreuses autres langues de l’Inde, un logiciel multilingue vous permet de taper, de rechercher et de lire en ligne. Même les personnes analphabètes, il y en a près de 300 millions en Inde peuvent apprendre à utiliser le dispositif.

Inquiétudes

– L’un des problèmes est la prolifération de “fausses nouvelles”, qui a suscité des lynchages à motivation religieuse et d’autres violences.
– L’Inde a également connu plus de coupures d’internet que n’importe quel autre pays – suivi de la Syrie et de l’Irak
– Une explosion de la pornographie
– La nomophobie, la peur d’être séparé de son téléphone ou de perdre de l’énergie de sa batterie, une tendance à la hausse en Inde.

Usages

– En Inde, 70% des trajets Uber sont payés en espèces. Pourquoi? Les Indiens ne font pas confiance aux cartes de crédit. Ils ne croient tout simplement pas en ce système, pas encore. De même, Flipkart, le principal concurrent d’Amazon en Inde, a mis en place un système dans lequel le destinataire paie son article à la livraison.
– Les Indiens possédant une double carte SIM dans leur smartphone, autre chose que la plupart des Occidentaux n’ont pas. “Disons que vous avez Airtel et Vodafone, vous êtes en quelque sorte en train de couvrir vos mises, car Airtel pourrait fonctionner un jour, Vodafone pourrait fonctionner l’autre jour, alors vous voulez vous assurer que vous avez les deux options.
– Le contenu vidéo représentera la moitié du trafic de données mobiles en Inde d’ici 2017, et ce chiffre devrait atteindre 72% d’ici 2020.

Source

Lire aussi