Publié le 19 mars 2021, modifié le 15 avril 2021.
Par La Rédaction
App

Près de 2 utilisateurs sur 5 disent qu’ils partageront leur IDFA

Publié le 19 mars 2021, modifié le 15 avril 2021.
Par La Rédaction
Creation : servicesmobiles©

Creation : servicesmobiles©

Dans un rapport, 70 % des gens disent que la confidentialité numérique est extrêmement importante pour eux, et 93 % déclarent que la confidentialité numérique est soit extrêmement importante, soit assez importante.

Tout le monde cherche à connaitre l’impact de iOS 14, c’est à ce moment-là que les nouvelles dispositions de confidentialité d’Apple seront pleinement mises en œuvre et que chaque nouvelle installation ou mise à jour d’application devra demander l’autorisation de suivi. Les annonceurs seront impactés dans les domaines du ciblage publicitaire et la mesure des publicités.

Dans une enquête réalisée par Singular en février, 38,5 % des propriétaires de smartphones disent qu’ils autoriseront le suivi sur mobile en appuyant sur “oui” dans l’invite Apple Tracking Transparency. Si cela se produit réellement, cela pourrait suffire à prendre des décisions éclairées sur les 61,5 % qui ne permettront pas le suivi. Ce que les gens disent faire sur une enquête et ce qu’ils font en réalité peut être très différent, mais cela donne une idée sur un panel auprès de 600 consommateurs.

Pour les personnes qui choisissent de se désinscrire, cela ne signifie pas qu’elles ne verront plus d’annonces, cela signifie simplement que les annonces qu’elles voient ne seront tout simplement pas personnalisées et potentiellement non pertinentes.

Il y a presque exactement un an, Singular a analysé les données de 390 millions d’appareils pour identifier combien de personnes mettaient en œuvre Limit Ad Tracking, l’ancienne version d’Apple de la protection de la vie privée contre le suivi sur iPhone et iPad. Ce qu’ils ont constaté, c’est que le suivi des publicités limité sur iOS atteignait 31,5 %. Si les résultats de l’enquête 2021 se vérifient dans le comportement des clients dans le monde réel, presque deux fois plus d’utilisateurs iOS seront essentiellement invisibles sur une base granulaire par appareil pour les spécialistes du marketing mobile.

Fait intéressant, les femmes et les hommes montrent des différences significatives dans le désir de confidentialité, ou du moins ne permettant pas le suivi. Alors que dans les deux cas une majorité ne permet pas le suivi, 67 % des femmes disent non tandis que seulement 55 % des hommes sont en désaccord.

Les personnes plus jeunes et plus âgées ont tendance à dire non au suivi plus que les personnes d’âge moyen et les plus jeunes sont les plus opposés. Près de quatre adolescents sur cinq âgés de 16 ou 17 ans disent qu’ils cliquent sur ne pas autoriser dans l’invite ATT, tandis que 71 % de ceux âgés de 54 ans et plus sont d’accord.

Premium Vs Freemium

73 % des consommateurs déclarent préférer avoir plus de confidentialité, même si cela signifiait devoir payer plus d’applications ou de services qu’ils ne le font actuellement. Seulement 27 % ont déclaré qu’ils sacrifieraient la confidentialité pour davantage d’applications et de services gratuits.

Il est vrai que les consommateurs ont choisi de plus en plus les services payants, souvent avec des abonnements, ces dernières années. Nous l’avons vu avec Netflix et Disney+, ainsi que dans les abonnements payants aux actualités, les abonnements aux jeux et même les méthodes émergentes d’achat et d’accès aux services de mobilité comme les voitures. Une question ouverte, cependant, est de savoir si cela se traduira par une croissance continue des abonnements mobiles dans l’économie mondiale des applications. Mais 40 % disent qu’ils ne paieraient pas 1 $ par an pour des applications, même massives et engageantes, comme Facebook ou Google.

Facebook gagne en moyenne 41 $ / utilisateur chaque trimestre pour les utilisateurs aux États-Unis et au Canada.

Éducation

Depuis des années que les applications existent, personne n’a pris en charge l’éducation, la formation des utilisateurs sur de nombreux sujets liés à l’usage de notre smartphone. La réalité de la confidentialité numérique, cependant, est que la plupart des gens ne comprennent pas vraiment quelles applications et quels sites Web et suivre.

75 % des personnes interrogées pensent qu’autoriser les applications à vous suivre signifie qu’elles “savent tout ce que vous faites en ligne”, ce qui est loin d’être la vérité, même pour les plus grandes plates-formes de la planète, et même pas dans la moyenne pour la plupart des mobiles de taille moyenne à petits éditeurs.

Et 64 % pensent qu’autoriser les applications à vous suivre signifie qu’elles peuvent suivre leurs emplacements, un malentendu regrettable étant donné que la signification du mot “suivi” peut souvent faire référence à l’emplacement physique. En réalité, bien sûr, seules les applications dotées de privilèges de localisation, pour lesquelles elles doivent demander l’autorisation séparément, peuvent directement savoir où vous vous trouvez.

Les consommateurs savent cependant que les spécialistes du marketing peuvent connecter l’activité hors ligne à l’activité en ligne. Mais seulement 30 % savent que le suivi numérique pour lequel Apple s’efforce d’obtenir l’autorisation des utilisateurs est en fait lié, plus que toute autre chose, à la mesure de l’efficacité du marketing.

Si la tendance mondiale est à plus de confidentialité, le SKAdNetwork sera probablement la méthodologie d’attribution par défaut pour 80 % ou plus d’installations d’applications iOS d’ici un an ou deux.

Lire aussi
Article abonné

Brèves nouvelles Apple S1821

Suivre le meilleur sur Apple - l'essentiel des news de l’écosystème business, retail, telco, services, matériels, innovations et iOS d’Apple,...