Publié le 7 mai 2024.
Par Christophe Romei

La surmédiatisation de la vie quotidienne avec son smartphone

Publié le 7 mai 2024.
Par Christophe Romei

Dans un monde où chaque instant peut être capturé et partagé en un clic, la distinction entre vivre pour soi et vivre pour être vu s'amenuise. L'ère numérique, avec ses smartphones toujours à portée de main, nous incite à documenter nos vies plutôt qu'à les expérimenter pleinement. Une étude montre que les gens vérifient leur téléphone 144 fois par jour !

L’ère numérique a transformé la manière dont nous vivons des événements, nous poussant à les documenter plutôt qu’à les vivre pleinement. Cette tendance est particulièrement visible chez les influenceurs qui exposent chaque instant de leur vie, y compris les moments intimes et personnels, pour le contenu et l’approbation en ligne. Cela s’étend même aux moments précieux de la vie de leurs enfants, les monétisant sans considération pour leur vie privée ou leur bien-être émotionnel. Cette obsession de documenter constamment avec son smartphone la vie pour les médias sociaux engendre une pression immense sur les jeunes, en particulier la génération Z, les faisant croire que s’ils ne partagent pas un événement, celui-ci n’a pas vraiment eu lieu.

Cette surmédiatisation crée non seulement du stress et de l’anxiété mais érode également l’authenticité et la qualité de la vie personnelle, poussant les gens à valoriser l’approbation externe plus que l’expérience personnelle et significative.

Le paradoxe des réseaux sociaux

Près de 70 % de la génération Z affirment que les réseaux sociaux les rendent stressés, anxieux et déprimés ; plus de la moitié aspirent à devenir influenceurs. On oublie facilement le coût émotionnel de partager continuellement leur vie, on oublie que ceux qui partagent compensent quelque chose. C’est pourquoi ont peux contester également l’idée reçue selon laquelle les personnes qui ne publient pas beaucoup sur les réseaux sociaux sont insécurisées, malheureuses ou cachent quelque chose. Souvent, c’est tout le contraire. C’est souvent ceux qui ont les meilleures relations qui en parlent le moins. Les personnes vraiment autonomes ne dépendent pas de la validation externe pour chaque sentiment, opinion ou décision.

Ce phénomène de documentation excessive est dévastateur. Il déplace l’importance de vivre réellement les moments pour soi vers une exhibition constante pour les autres. Cela entraîne une perte de l’intimité et de l’authenticité des relations et des expériences de vie. Encourager une approche plus réservée et personnelle de la vie, où l’on chérit les moments sans les partager systématiquement, pourrait aider à restaurer l’équilibre entre vie privée et vie publique, et à redécouvrir la joie des expériences véritablement personnelles et non scénarisées.

Impact des téléphones sur le plaisir des interactions sociales

Une recherche qui date de 2018 utilisant des expériences sur le terrain et un échantillonnage d’expérience a révélé que l’utilisation des téléphones mobiles peut diminuer le plaisir ressenti lors des interactions sociales réelles. Dans la première étude, plus de 300 participants, comprenant des membres de la communauté et des étudiants, ont été invités à partager un repas au restaurant avec des amis ou de la famille. Ils ont été aléatoirement assignés à deux groupes : l’un devait garder son téléphone visible sur la table, et l’autre devait le ranger. Les résultats ont montré que la présence visible du téléphone entraînait une plus grande distraction chez les participants, ce qui réduisait leur plaisir lors du repas partagé.

La deuxième étude a confirmé ces résultats en démontrant que les participants se sentaient plus distraits et éprouvaient moins de plaisir lorsqu’ils utilisaient leur téléphone pendant les interactions face à face, par rapport à ceux qui ne l’utilisaient pas. Ces études suggèrent que, bien que les téléphones puissent nous connecter avec des personnes à distance, ils peuvent nuire aux bénéfices des interactions directes.

Ces résultats soulignent une ironie significative dans l’utilisation des technologies modernes : elles peuvent à la fois enrichir et affaiblir la qualité de nos relations sociales. Depuis longtemps il est essentiel de repenser notre façon de gérer la présence des technologies dans nos espaces sociaux pour préserver l’intégrité et la qualité de nos interactions personnelles.

L’ascension exponentielle de la dépendance aux smartphones

En tant que société, nous avons abandonné les réveils pour nous réveiller ou un cahier pour écrire des choses. Lorsque nous obtenons un nouveau smartphone, ces applications sont déjà intégrées dans son interface. La dépendance que nous avons à l’égard d’un smartphone a également augmenté de façon exponentielle au cours de la dernière décennie. Une étude montre que les gens vérifient leur téléphone 144 fois par jour !

  • En 2023, des recherches ont montré que les Américains vérifiaient leurs téléphones 144 fois par jour.
  • Près de 90% de ces répondants vérifient leur téléphone dans les 10 premières minutes suivant le réveil.
  • Environ 75% de la population a déclaré avoir vérifié son téléphone quand elle était aux toilettes.
  • Au moins 60% des personnes de l’étude ont admis qu’elles dormaient avec leur téléphone la nuit.
  • Environ 57% des répondants ont reconnu être dépendants des appareils, selon résultats de Reviews.org.
Lire aussi