Publié le 23 février 2021.
Par Christophe Romei
App

Intégrer les gestes de type mobile first dans vos apps comme l’Instagramification

Publié le 23 février 2021.
Par Christophe Romei
Creation : @servicesmobiles

Creation : @servicesmobiles

Le m-commerce a atteint de nouveaux sommets durant l'année 2020. Pour cause, la crise sanitaire qui a poussé de nombreux magasins à fermer leurs portes puis à réguler l’accueil des clients.

Topshop, enseigne iconique de la mode londonienne, a récemment été rachetée pour 331 millions d’euros par la désormais célèbre plateforme Asos, 70 points de vente fermeront. Les marques qui ont dominé les centres commerciaux pendant des décennies sont récemment devenues des cibles pour le commerce électronique. Son rival Boohoo a accepté d’acheter la marque Debenhams pour 63 millions d’euros. Étant donné que les détaillants en ligne ne s’intéressent guère à la gestion de magasins physiques, cela entraîne la perte de milliers d’emplois dans un secteur qui a déjà supprimé plus de 100 000 postes l’année dernière.

Ces rachats ne font que confirmer l’entrée dans une nouvelle ère, celle du m-commerce. En France, la fin des soldes a récemment été reportée pour la plus grande joie des consommateurs mais aussi des marques, qui ont à cœur d’atténuer l’impact de la crise sanitaire sur leurs ventes. La pandémie a accéléré un changement qui s’observe dans les comportements d’achat des consommateurs, ils se tournent de plus en plus vers le digital. Selon App Annie, le temps passé sur ces applications shopping (hors Chine) a progressé de 45 % d’une année sur l’autre. Pour certains pays, où le m-commerce commence seulement à rentrer dans les habitudes d’achat, le pic de fréquentation n’a jamais été aussi élevé. Ainsi, la Russie a progressé de 54 %, le Mexique de 65 % et l’Indonésie de 85 %.

Nouveau paysage

Il est plus qu’évident que les consommateurs adoptent de nouvelles habitudes d’achat en transférant du temps de shopping physique vers les applications mobiles. Selon eMarketer, les consommateurs américains ont dépensé près de 709,78 milliards de dollars dans le e-commerce en 2020 (en hausse de 18,0 %) contre 4 184 milliards de dollars dans les achats en magasin (en baisse de 14,0 %). Dans certains secteurs, le changement a été encore plus marqué.

Ce changement considérable a fait des applications de shopping les grandes gagnantes de l’année 2020, la marque SHEIN en est l’exemple parfait. La marque chinoise a passé l’année 2020 à étendre ses activités hors de ses frontières. Le temps passé sur l’application a augmenté de 170 % au Mexique, 440 % en Australie, 490 % au Royaume-Uni, 530 % en France, 550 % au Canada et 5525 % au Brésil. La société prévoyait d’atteindre un chiffre d’affaires de 10 milliards de dollars en 2020.

Instagramification

SHEIN s’inspire des méthodes des influenceurs sur les réseaux sociaux tels qu’Instagram comme les placements de produits et les possibilités de ”liker” les produits, et utilise ces méthodes pour penser ses canaux digitaux. Une véritable communauté s’est créée autour de la marque, les consommateurs ont notamment la possibilité de publier leurs contenus.

La marque pousse l’initiative encore plus loin en incluant des sondages qui permettent de tester les produits, d’alimenter les recommandations autour des produits et d’obtenir un engagement plus fort, à l’image des pratiques des influenceurs.

Intégrer des gestes de type ‘mobile first’ est une façon efficace de s’inscrire dans les habitudes existantes d’utilisateurs comme la Gen Z. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les éditeurs devraient regarder au-delà de leur groupe immédiat de concurrents pour connaître les nouvelles tendances en matière de téléphonie mobile et les meilleures pratiques du secteur. L’“instagramification” d’une application shopping est un moyen puissant de cultiver l’intérêt des consommateurs. Au lieu d’une application traditionnelle servant simplement de boutique en ligne, il s’agit d’un exemple d’application shopping intégrant une véritable stratégie engagement.

Autres tendances

Deux d’entre elles se distinguent : le social commerce et l’achat en direct. Les grands réseaux sociaux expérimentent depuis des années l’ajout de boutons d’achat à leurs opérations. Ce n’est qu’en 2020 que les options d’achat ont commencé à gagner du terrain.

Pinterest fait partie des plates-formes qui ont rapidement adopté ces tendances. Depuis l’introduction des “pins” commerciaux en 2015, l’application n’a cessé d’accroître son soutien aux commerçants. Pinterest a augmenté ses téléchargements mondiaux de 50 % sur 12 mois. Pendant ce temps, Instagram sur la même lancée, a vu ses téléchargements augmenter de 20 %. Alors que les consommateurs affluent pour trouver des inspirations, Pinterest a fait état d’une croissance de 76 % de ses revenus au quatrième trimestre 2020, ce qui indique une demande croissante d’expériences au-delà des réseaux sociaux.

Les achats en direct ont connu une année 2020 tout aussi impressionnante. Un procédé hérité des chaînes de télé-achat mais cette fois-ci sur mobile. Les marques et les influenceurs présentent leurs produits en direct, et les mobinautes cliquent pour acheter en temps réel. Le shopping en direct, comme tant d’autres phénomènes mobiles, a commencé en Chine. En effet, TaoBao Live a doublé ses téléchargements annuels, passant de 3,9 millions à 7,87 millions en 2020.

Mais la rubrique prend son envol ailleurs. Des marques connues telles qu’Amazon, Youtube et Facebook ont toutes lancé des offres de shopping en direct. Mais elles sont en concurrence avec des start-ups comme NTWRK et Grip, dont les applications ont été téléchargées 690 000 fois aux États-Unis et 895 000 fois en Corée du Sud en 2020. Bien qu’en dehors de la Chine, l’industrie en soit encore à ses débuts, nous pensons que le commerce social et les séances de live shopping continueront à afficher une croissance impressionnante, représentant un marché mondial de 2 000 milliards de dollars d’ici 2024.

Lire aussi