Expert

Façonner son chatbot avec les technologies Open Source

Par le

L’open source a le vent en poupe dans les entreprises. En fait, il est partout. Si vous téléchargez une application sur votre smartphone, partagez une actualité sur facebook, regardez une vidéo sur youtube, ou achetez un jouet sur Amazon, vous utilisez des technologies open source. Linux, Redhat, WordPress, Ubuntu, Apache, Firefox, Android, Mozilla, Symfony … on ne compte plus ces succès qui ont façonné l’univers du logiciel et définissent son avenir.
Il n’est donc pas étonnant de voir le logiciel libre investir aujourd’hui l’univers des interfaces conversationnelles (AKA. chatbot, voicebot).

La plupart des gens l’ignorent, mais le meilleur de la recherche en AI conversationnelle est en fait publié, accessible, et gratuit. C’est grâce aux contributions des géants de l’Internet, des communautés de développeurs et de chercheurs indépendants. Une équipe technique dotée de quelques compétences en machine learning et en développement backend, peut construire, en partant de zéro, un chatbot avec les technologies Open Source doté d’intelligence artificielle. Il suffit de puiser dans le réservoir des composants NLP (natural language processing) disponibles : rasa, spacy, NLTK, Stanford CoreNLP, Duckling, Keras, etc.

Intéressant, mais pourquoi, au juste, est-il judicieux de faire le choix de l’Open Source pour construire ses chatbots ? Les utilisateurs non-développeurs ont souvent des difficultés avec latechnologie open-source. Cette dernière n’offre que très rarement du support. Si on rencontre un problème, il est probable que l’on doive se débrouiller seul avec quelques documents. N’est il pas plus simple de porter son choix sur la solution fermée d’un éditeur. Elles offrent des outils qui semblent comparables en terme de performance et simplifient grandement la tâche des équipes en charge de créer des chatbots.


L’open source offre des garanties inestimables qui invitent à dépasser ces limitations.

– Indépendance : le logiciel libre affranchit l’entreprise de toute dépendance à un prestataire. Que se passerait-il si dans quelques mois, la société éditrice d’une solution sur laquelle vous avez construit l’automatisation de votre service client multipliait ses prix ou pire mettait la clé sous la porte. Il est très compliqué voire impossible de migrer vers une autre solution.
– Confidentialité des données : que ce soit pour des questions réglementaires ou stratégiques, vous avez la possibilité de garder une maîtrise complète sur vos données clients avec l’open source. Voudriez-vous prendre le risque de voir des informations sensibles sur vos clients ou votre business se balader sans votre contrôle sur la toile ?
– Personnalisation : l’open source, parce qu’il est ouvert, permet un plus grand niveau d’adaptation. On pourra par exemple facilement entraîner un chatbot à comprendre du vocabulaire spécifique et des jargons métiers. Une solution standard sur étagère permet-elle vraiment de répondre aux spécificités de votre projet et de votre entreprise ?

Plateforme conversationnelle Open Source

Partant de ces constats, de très nombreuses sociétés font aujourd’hui le choix de l’open source pour leur stratégie conversationnelle. Elle re-créent plus ou moins toutes en interne une plateforme à partir des mêmes composants, et ce faisant, elles investissent plus de temps à faire l’outil qu’à faire le produit lui même. Comme un menuisier plus occupé à construire son rabot, ses scies, son équerre qu’à créer l’armoire dont son client lui a passé commande. La plupart de ces initiatives vont échouer. C’est un projet d’entreprise en soit de concevoir, développer et maintenir ce type de plateforme. Beaucoup en font amèrement l’apprentissage par l’expérience.

Alors, sommes-nous condamnés à un curieux dilemme. Recourir à la plateforme d’un tiers en perdant liberté, contrôle et solution sur mesure. Où investir beaucoup d’argent et d’énergie à construire des outils condamnés à être rapidement dépassés et obsolètes.

Pas nécessairement. De nouveaux acteurs émergent sur le marché du software, et évitent d’avoir à faire ce mauvais choix. Ils s’appuient sur cette idée du recours au potentiel de l’open-source, mais en le proposant aux entreprises sous une forme plus facile à consommer.

Ils intègrent ces nombreuses librairies disparates (souvent des projets bruts) et les offrent en tant que services prêts à l’emploi, en monétisant sur le déploiement/hébergement, le support utilisateur et le développement de fonctionnalités sur mesure. Pour leurs clients, la dépendance est faible. C’est dans cette logique que Botfront a été créé. Il s’agit d’une plateforme ouverte construite sur le meilleur de l’open source conversationnel qui s’adresse à des clients désireux de se concentrer sur leur coeur de métier, et non plus sur des problématiques IT.