Publié le 12 juin 2024, modifié le 12 juin 2024.
Par Christophe Romei

Apple & OpenAI : un partenariat stratégique pour Siri aussi avec Google

Publié le 12 juin 2024, modifié le 12 juin 2024.
Par Christophe Romei

Apple avec le partenariat d'OpenAI pour renforcer Siri avec une IA avancée révèlent une dépendance envers les puces TPU de Google, soulignant une collaboration complexe entre concurrents. Une alliance stratégique pour combler le retard d'Apple en matière d'IA tout en utilisant les ressources de Google.

Lors d’une annonce récente, Tim Cook, PDG d’Apple, a révélé un partenariat avec OpenAI pour intégrer le modèle d’intelligence artificielle (IA) avancé de cette dernière dans Siri, l’assistant vocal d’Apple. Cependant, des détails techniques publiés par Apple après l’événement montrent que Google, via Alphabet, joue également un rôle crucial dans cette initiative. Pour développer ses modèles d’IA, Apple utilise un mélange de son propre cadre logiciel et de différents matériels, incluant ses propres unités de traitement graphique (GPU). Néanmoins, les ingénieurs d’Apple se tournent également vers les unités de traitement tensoriel (TPU) de Google, disponibles uniquement sur le cloud de ce dernier. Google développe des TPU depuis environ dix ans, et les versions de cinquième génération sont actuellement en usage, avec des performances comparables aux puces Nvidia H100 AI. Une sixième génération de TPU est prévue pour cette année.

L’optimisation IA Google sur appareil mobile

Les Tensor Processing Units (TPUs) de Google sont des accélérateurs matériels conçus spécifiquement pour optimiser les tâches d’apprentissage automatique. Bien qu’ils soient principalement utilisés dans les centres de données de Google pour des tâches comme l’entraînement de modèles d’IA à grande échelle, il est intéressant de noter leur potentiel et leur adaptation aux smartphones.

Voici quelques points clés concernant l’utilisation des TPU de Google dans les smartphones :

Les TPU de Google sont spécialement conçus pour exécuter des applications d’IA et former des modèles. Ils sont intégrés dans une plateforme de cloud computing comprenant à la fois du matériel et des logiciels. L’utilisation de ces puces par Apple implique généralement l’achat d’accès à travers la division cloud de Google, similaire à la manière dont les clients accèdent aux services de calcul sur AWS d’Amazon ou Azure de Microsoft. Apple n’a pas précisé dans quelle mesure elle dépend des puces et logiciels de Google par rapport à ceux de Nvidia ou d’autres fournisseurs. Ni Apple ni Google n’ont répondu aux demandes de commentaires.Les TPUs sont spécialement conçus pour améliorer les performances des applications d’intelligence artificielle (IA) sur les smartphones. Cela inclut des fonctionnalités telles que :

  • Reconnaissance vocale et traitement du langage naturel : amélioration de l’efficacité et de la précision des assistants vocaux comme Google Assistant.
  • Traitement d’image et vidéo : amélioration des capacités de traitement en temps réel pour les applications de photographie, comme la reconnaissance de scène et l’amélioration des photos.
  • Les TPUs sont optimisés pour offrir une puissance de calcul élevée tout en maintenant une consommation d’énergie faible, ce qui est crucial pour les appareils mobiles où l’autonomie de la batterie est une priorité.

Google utilise les TPUs pour optimiser les performances de ses logiciels, notamment en :

  • Améliorant les algorithmes d’apprentissage automatique : pour des applications plus rapides et plus intelligentes.
  • Optimisant les ressources : pour un fonctionnement plus fluide et une meilleure gestion des ressources matérielles.

Point de vue

Ce partenariat marque une étape significative pour Apple dans sa quête pour rattraper son retard en matière d’IA. L’intégration du modèle d’OpenAI dans Siri pourrait considérablement améliorer les capacités de l’assistant vocal, le rendant plus compétitif face aux alternatives de Google et Amazon. Cependant, la dépendance d’Apple envers les TPU de Google souligne une collaboration complexe entre concurrents technologiques majeurs. Cette situation illustre la dynamique actuelle où les entreprises sont à la fois partenaires et rivales, chacun cherchant à maximiser ses avantages dans le domaine en pleine expansion de l’IA.

Lire aussi