Publié le 8 juin 2021, modifié le 8 juin 2021.
Par La Rédaction
App

Vaincre la dépendance aux smartphones

Publié le 8 juin 2021, modifié le 8 juin 2021.
Par La Rédaction

C'est un sujet vaste, mais le monde des applications de 2007 n'est plus le même en 2021. Les applications et jeux sont devenus plus sophistiqués, capables d'étudier notre comportement. Elles sont devenues si douées pour capter et retenir notre attention !

La plupart d’entre nous en ont fait l’expérience de tomber dans l’écran, de glisser et de taper avec notre pouce jusqu’à ce que nous en ressortions enfin, hébété et se demandant comment les 30 dernières minutes ont disparu. Ce défilement inconscient nuit à notre productivité. Des études montrent que lorsque vous recevez une notification ‘ping’ (désactiver déjà le son) qui vous fait sortir de votre flux, cela peut prendre jusqu’à 25 minutes pour revenir dans le rythme. Cela nuit aussi à notre sommeil. Une étude publiée dans la revue Sleep Medicine a montré que plus les adolescents passaient de temps sur des activités sur écran, moins ils dormaient pendant la nuit. Ces problèmes de sommeil étaient liés à une augmentation des symptômes d’insomnie et de dépression.

La perte de productivité n’est qu’une partie du problème, le plus gros problème est l’effet réel que les médias sociaux et les applications de rencontres ont sur notre bien-être mental. D’ailleurs, par exemple pendant le confinement, qui d’entre nous n’a pas recherché sans relâche sur Internet du contenu lié au coronavirus pendant la pandémie de Covid-19 ? Il est peut-être temps de prendre du recul et de nous demander ce dont nous avons vraiment besoin de savoir 🙂 Doomscrolling et doomsurfing sont de nouveaux termes faisant référence à la tendance à continuer à surfer ou à faire défiler les mauvaises nouvelles, même si ces nouvelles sont tristes, décourageantes ou déprimantes. Le mobile a accéléré le phénomène !

Notre cerveau est en constante mutation. Le livre “Lâche ton téléphone” raconte comment nous pouvons, dans une certaine mesure, contrôler ce processus. Les chauffeurs de taxi londoniens en sont un des exemples les plus connus. Pour décrocher leur permis officiel, ils doivent mémoriser le nom et l’emplacement de 25 000 rues, 320 itinéraires fréquents à travers la ville ainsi que les lieux importants ou sites remarquables qui se situent dans un rayon de 800 mètres en chaque point de ces trajets. L’examen d’obtention du précieux sésame est si difficile et exhaustif qu’on l’appelle simplement « The Knowledge (la connaissance) ». (Eh oui, cette formation est toujours d’actualité à l’ère des smartphones.

En 2000, une équipe de chercheurs de l’University College de Londres dirigée par Eleanor Maguire a eu l’idée de comparer les cerveaux des chauffeurs de taxi londoniens à ceux de non-initiés 49. Ils ont découvert que la zone responsable de la mémoire spatiale (l’hippocampe) était significativement plus développée chez les cabbies. Le temps passé à étudier la carte de Londres avait eu un impact physique sur leur cerveau. En outre, plus les chauffeurs étaient en activité depuis longtemps plus ils avaient passé de temps à mettre en pratique leur savoir, plus le changement était manifeste. Arrêtez-vous un instant pour prendre toute la mesure de cette découverte, puis rapprochez-la des quatre heures quotidiennes que nous passons sur nos smartphones… Consacrez quatre heures par jour à n’importe quelle activité, et vous finirez par y exceller.

En fait, 57 % de toutes les personnes souhaitent réduire l’utilisation de leur smartphone, selon une étude de Bank My Cell. Ils se sont rendu compte que la vérification et le défilement sans fin sur les applications smartphone omniprésent entravent souvent notre travail et nous rendent moins heureux.

Startup

Plusieurs applications essayent d’apporter une aide, comme Opale qui a développé un assistant de bien-être numérique pour iOS qui vous permet de bloquer les sites Web et les applications gênants, de définir des horaires d’utilisation des applications, de verrouiller les applications pour des périodes de silence plus strictes et plus ciblées.

Unpluq a une approche complètement différente avec une application et d’une clé USB jaune vif qui se branche sur le smartphone. Dans l’application, les utilisateurs désignent deux modes, un mode normal où toutes les applications sont accessibles et un mode sans distraction où certaines applications sont masquées, y compris toutes les notifications. Afin de fonctionner en mode normal et d’accéder à ce qu’ils ont considéré comme des applications « distrayantes », l’utilisateur doit brancher la clé USB jaune. La « clé » physique d’Unpluq est essentielle et l’action de brancher la clé rend le comportement conscient. Le fait d’oublier la clé permet de vous concentrer pleinement.

Les utilisateurs d’Unpluq passent en moyenne 69 minutes de moins par jour sur leur smartphone. Unpluq n’est disponible que sur Android, car la plate-forme est open source et permet le blocage d’applications, mais l’équipe travaille dur sur une version iPhone.

 

Lire aussi