Publié le 8 juillet 2020, modifié le 8 juillet 2020.
Par La Rédaction

Une pression mondiale forte sur Huawei autour du déploiement de la 5G

Publié le 8 juillet 2020, modifié le 8 juillet 2020.
Par La Rédaction

Les États-Unis et la Chine sont enfermés dans une guerre commerciale qui a perturbé le reste du monde pour le déploiement de la 5G. Est-ce que Huawei peut se passer de plusieurs continents qui déploient la 5G ?

En mars, l’administration US a signé une loi bipartite pour établir un fonds d’un milliard de dollars pour aider les petits fournisseurs de télécommunications à remplacer les équipements de réseau non sécurisés d’entreprises comme Huawei et ZTE qui sont considérées comme un risque pour la sécurité nationale.

En juin, le géant chinois des équipements de télécommunications Huawei a perdu face à Nokia et Ericsson dans la construction des principaux réseaux 5G de Singapour, mais pourrait être impliqué dans l’écosystème plus large à une capacité réduite. En octobre dernier, l’IMDA a clairement énoncé les exigences de Singapour en termes de performances, de sécurité et de résilience que les opérateurs de télécommunications locaux doivent garantir à leurs réseaux 5G, selon le ministre des communications et de l’information du pays, S Iswaran. Il a déclaré que Singapour n’a pas empêché Huawei de participer à l’infrastructure 5G de la ville-état. Il a souligné que peu de sociétés de télécommunications envisageaient de travailler avec la société chinoise ainsi qu’avec son rival basé à Shenzhen, ZTE, sur certaines parties des réseaux.

Cette semaine, la Rural Wireless Association (RWA) aux US a déclaré qu’elle était “stupéfaite” par la décision de la FCC d’interdire immédiatement aux fournisseurs de services d’utiliser les fonds du service universel (USF) pour les équipements de télécommunications de Huawei. Les opérateurs ruraux américains qui ont déployé des équipements ou des services Huawei ou ZTE dans leurs réseaux n’auront plus la capacité de prendre en charge leurs réseaux critiques qui desservent des centaines de milliers d’Américains ruraux et ceux qui voyagent à travers l’Amérique rurale.

Selon la dernière mise à jour de la GSA, à la fin de 2019, 62 opérateurs de télécommunications dans 34 pays avaient officiellement annoncé la sortie commerciale de la 5G, et 41 d’entre eux sont pris en charge par Huawei.

IMPACTS

Les sanctions US ont eu un impact «sévère» sur l’entreprise chinoise et un rapport Anglais préparé par le National Cyber ​​Security Center du GCHQ conclut que les nouvelles sanctions américaines contre Huawei forceront l’entreprise à utiliser une technologie non fiable qui pourrait rendre le risque impossible à contrôler.

Début juillet, le Daily Telegraph nous apprend que le Premier ministre britannique Boris Johnson devrait commencer à supprimer progressivement l’utilisation de la technologie du géant chinois Huawei dans le réseau 5G britannique dès cette année. Des responsables élaborent des propositions pour arrêter l’installation de nouveaux équipements Huawei Technologies dans le réseau 5G en aussi peu que six mois et pour accélérer le retrait de la technologie déjà en place.

Les opérateurs mobiles britanniques BT, Vodafone et Three utilisent l’équipement de Huawei dans leurs réseaux. BT avait déclaré qu’une décision du gouvernement en janvier de limiter la participation de Huawei à la 5G lui coûterait 500 millions de livres (600 millions de dollars).

En France, l’Agence nationale de sécurité des systèmes informatiques (Anssi) a demandé a restreindre les autorisations d’exploitation des opérateurs s’équipant chez Huawei. Le gouvernement français ne mettra pas en œuvre une interdiction totale de l’utilisation d’équipements du fournisseur chinois Huawei dans le déploiement des réseaux 5G, mais il encouragera les opérateurs locaux à ne pas utiliser de tels équipements, a rapporté le journal français Les Echos. Orange, contrôlée par l’État, a déjà sélectionné les fournisseurs européens Nokia et Ericsson pour le déploiement des réseaux 5G. Bouygues et SFR utilisent déjà Huawei.

EUROPE

Au cours des 3 dernières années en Europe, les opérateurs mobiles ont acheté des équipements RAN pou 8.75 milliards environ 2,9 milliards de dollars par an. 40% de cet équipement a été acheté auprès de Huawei et de ZTE. Une estimation prudente suggère que le remplacement des équipements Huawei et ZTE achetés depuis 2016 (qui “probablement” peuvent être mis à niveau vers la 5G) coûtera 3,5 milliards de dollars. Ce montant se compare à 14 mois d’achats totaux de réseaux d’accès radio européen (RAN), un petit nombre à la fois pour l’Europe et le monde.

Fin 2017, 85% de la population européenne (465 millions de personnes) étaient abonnés aux services mobiles. Le coût réel de remplacement de l’équipement chinois est de 3,5 milliards de dollars pour l’équipement non évolutif. Le coût est égal à un «coût unique» de 7$ ou 6,50€ par abonné mobile.

Un rapport décrit les quantités respectives d’équipements de Huawei, ZTE et des fournisseurs non chinois sur les réseaux mobiles européens et leur part dans les équipements du réseau d’accès radio 4G (RAN). Voici les points saillants du rapport mis à jour.

  • Dans 3 pays, 100% des équipements 4G RAN proviennent de fournisseurs chinois.
  • Dans 16 des 31 pays, plus de 50% des équipements 4G RAN proviennent de fournisseurs chinois.
  • 13 des 42 groupes d’opérateurs utilisent uniquement des équipements RAN chinois.
  • 48% des équipements 4G RAN dans les 31 pays proviennent de fournisseurs chinois.
  • Certains des plus grands opérateurs européens achètent la plupart de leurs équipements auprès de fournisseurs chinois.
  • Il y a peu de transparence sur la quantité d’équipements chinois dans les réseaux européens.
  • Le rapport fournit des informations détaillées sur les équipements réseau chinois et non chinois au niveau de l’UE, du pays, du groupe d’opérateurs, de l’opérateur et du client.
Lire aussi