Publié le 26 mai 2023, modifié le 27 novembre 2023.
Par Christophe Romei

Semi-conducteurs : Puissance technologique et tensions géopolitiques

Publié le 26 mai 2023, modifié le 27 novembre 2023.
Par Christophe Romei

L'objectif de l'UE d'avoir 20 % de part de marché mondial dans la production de puces d'ici à 2030 est-elle une chimère folle ?

L’industrie des semi-conducteurs remonte à deux percées scientifiques qui se sont produites peu après la Seconde Guerre mondiale. Le premier jalon a été l’invention du transistor en 1947, qui a remplacé le tube à vide en tant que composant principal des ordinateurs ; le second a été l’avènement du circuit intégré en 1958, qui a emballé plusieurs transistors sur un seul bloc de silicium. Les développements ultérieurs ont permis aux fabricants de puces de réduire la taille des transistors, ce qui était crucial : plus les transistors étaient petits, plus ils devenaient rapides et économes en énergie, et le plus pourrait être pressé dans un espace donné. Avant longtemps, la course était en marche pour entasser de plus en plus de transistors dans de moins en moins d’espace. Cela a donné lieu à Loi de Moore !

Les fabricants de puces basés aux États-Unis ont de quoi célébrer cette semaine cette Loi Moore. Applied Materials a annoncé des plans pour une installation de centre de recherche pour 4 milliards de dollars près de Santa Clara, en Californie, accessible aux fabricants de puces et aux universités. Il s’agit du premier projet de semi-conducteurs de cette taille dans la Silicon Valley depuis des décennies. L’entreprise parie sur les talents technologiques à proximité pour stimuler l’innovation et compenser les coûts de main-d’œuvre supplémentaires. Cette semaine également, Apple a annoncé un nouvel accord de plusieurs milliards de dollars avec Broadcom pour développer des composants de radiofréquence 5G aux États-Unis. Pendant ce temps, la startup de puces de la Silicon Valley, Ayar Labs, a levé 25 millions de dollars supplémentaires, citant une demande croissante pour un calcul plus rapide et plus économe en énergie pour les applications d’IA.

Dans le même temps, NVIDIA vient d’ajouter 220 milliards de dollars de capitalisation boursière après avoir publié des prévisions de bénéfices monstres, ce qui en fait la 6e entreprise la plus précieuse au monde et se rapproche d’une valorisation de 1 000 000 $. C’est un bond de 25 % en quelques heures en bourse…

Les enjeux

Si vous voulez mieux comprendre certaines des dynamiques en jeu, vous pouvez lire le livre de Chris Miller “Chip War” qui montre que les semi-conducteurs sont le socle de la société moderne, dictant tout, de la puissance de traitement de votre smartphone aux tensions géopolitiques entre les grandes puissances. Il s’agit également de l’une des technologies les plus complexes jamais construites, nécessitant la collaboration de milliers d’entreprises ultra-spécialisées au sein d’une chaîne d’approvisionnement déconcertante. C’est un véritable miracle que cette industrie de 65 ans puisse fabriquer des puces de la taille d’un ongle contenant des milliards de transistors miniatures (chacun plus de 10 000 fois plus mince qu’un cheveu humain), tout en les rendant suffisamment abordables pour alimenter des appareils grand public comme votre smartphone.

Étonnamment, pour une industrie d’une telle importance, il existe très peu de livres offrant une vue d’ensemble complète du domaine. L’exception notable est Chip War de l’historien de l’Université Tufts, Chris Miller. Profondément documenté et incisif, c’est le premier livre à montrer comment les forces technologiques, économiques et géopolitiques ont façonné l’industrie des puces depuis ses débuts jusqu’à nos jours. C’est également peut-être l’introduction la plus accessible et convaincante à la chaîne d’approvisionnement des semi-conducteurs. Miller apporte une clarté immense à un sujet qui a non seulement captivé l’intérêt du public ces derniers temps, mais qui détermine également de plus en plus les priorités de sécurité nationale des États-Unis et de ses alliés. Avec la montée des tensions entre les États-Unis et la Chine concernant Taiwan, Chip War pourrait bien être le meilleur livre de l’industrie, et le plus opportun, depuis The Prize de Daniel Yergin, lauréat du prix Pulitzer (publié à l’origine en 1990), qui offrait le compte rendu définitif de l’industrie pétrolière mondiale.

Europe

Il convient de noter dans ce contexte que les subventions mondiales pour la production de puces totalisent plus de 700 milliards de dollars. Avec ses 43 milliards d’euros, l’UE ne fait malheureusement pas grand-chose. La réponse de l’UE a été d’assouplir les règles en matière d’aides d’État et de mobiliser des milliards d’euros de subventions pour les entreprises technologiques. Les responsables soutiennent qu’ils n’ont pas le choix : les États-Unis incitent les fabricants de puces et les sociétés d’énergie propre avec un large éventail d’incitations financières, et si l’Europe n’agit pas, elle risque de perdre la course à la technologie du futur. Par exemple, en Allemagne, où le niveau de soutien de l’État commence à atteindre des niveaux que même les partisans d’un investissement accru dans les puces trouvent cela excessifs. Intel, par exemple, devait recevoir € 6,8 milliards de dollars de soutien gouvernemental pour sa nouvelle usine dans la ville de Magdebourg, en Allemagne de l’Est. Pourtant, il exige maintenant environ € 10 milliards. Les critiques se demandent pourquoi il devrait obtenir autant d’aides d’État, surtout quand il y a si peu de demande intérieure pour les puces de pointe qu’il prévoit de produire en Allemagne.

Les nouvelles demandes d’Intel en espèces ont déclenché un débat houleux parmi les économistes sur la question de savoir si c’est la meilleure utilisation de l’argent des contribuables.

Lire aussi