Publié le 11 décembre 2023, modifié le 11 décembre 2023.
Par Christophe Romei

Révolution réglementaire en UE : l’Europe forge les premières règles mondiales sur l’IA

Publié le 11 décembre 2023, modifié le 11 décembre 2023.
Par Christophe Romei
DALL-E : Voici une illustration colorée qui symbolise la création par l'Union Européenne de règles robustes et globales sur l'intelligence artificielle. Cette image représente la force et l'innovation, avec des éléments visuels tels que des engrenages, des réseaux numériques et un maillet pour représenter la réglementation et son application.

DALL-E : Voici une illustration colorée qui symbolise la création par l'Union Européenne de règles robustes et globales sur l'intelligence artificielle. Cette image représente la force et l'innovation, avec des éléments visuels tels que des engrenages, des réseaux numériques et un maillet pour représenter la réglementation et son application.

Les négociateurs de l'Union européenne ont finalisé un accord établissant les premières règles mondiales en intelligence artificielle, pavant le chemin pour une régulation légale de cette technologie. L'UE devient le tout premier continent à établir des règles claires pour l'utilisation de l'IA mais pour qui ? qu'en pense ChatGPT, nous lui avons posé 5 questions :

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l’UE ont surmonté des divergences significatives sur des questions délicates telles que l’IA générative (medias sociaux, moteurs de recherche) et l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police, aboutissant à un consensus politique provisoire pour la Loi sur l’Intelligence Artificielle. La législation envisagée, qui sera soumise au vote en 2024, pourrait être mise en œuvre dès 2025. Elle prévoit des sanctions financières rigoureuses pour non-conformité, avec des amendes allant jusqu’à 35 millions d’euros (environ 38 millions de dollars) ou 7% du revenu global des entreprises . Thierry Breton dans une interview à la tribune rappel “Ce n’est que lorsqu’ils deviennent systémiques, c’est-à-dire au-dessus de 10 puissance 25 flops [une unité de mesure de la puissance informatique, ndlr], qu’ils seront soumis à des règles précises de prévention des risques. Aujourd’hui, seuls GPT4 d’OpenAI et peut-être Gemini de Google, atteignent cette puissance.”

De telles régulations de l’UE pourraient servir de modèle influent pour d’autres gouvernements envisageant de réglementer l’IA. En parallèle, la France a plaidé pour une auto-régulation pour soutenir les entreprises locales européennes spécialisées dans l’IA générative, face à la concurrence de géants américains comme Microsoft et des milliers d’autres entreprises développées entre 2013 et 2022. Les États-Unis et la Chine mènent en termes d’investissements dans l’IA, avec respectivement 250 milliards de dollars dans 4 643 entreprises et 95 milliards de dollars dans 1 337 entreprises.

Les entreprises d’IA devront fournir une documentation technique détaillée et respecter la législation européenne sur les droits d’auteur pour les contenus utilisés dans la formation de leurs modèles. Enfin, l’Europe a également atteint un compromis sur la reconnaissance faciale et l’utilisation de plateformes biométriques à distance pour des raisons de sécurité après des négociations intenses.

Reste à voir qui suivra le modèle réglementaire européen en matière d’IA.

La régulation est-elle un frein ?

Une réglementation bien pensée et équilibrée peut jouer un rôle crucial dans le développement sain et responsable de l’IA, en assurant à la fois la sécurité, l’éthique et l’innovation dans ce domaine.

  • Amélioration de la sécurité et de la fiabilité : Des réglementations bien conçues peuvent aider à garantir que les systèmes d’IA sont sûrs, fiables et résilients aux erreurs ou aux abus. Cela est particulièrement crucial dans des domaines comme la santé, les transports et la finance où les erreurs peuvent avoir des conséquences graves.
  • Protection de la vie privée et des données : Des réglementations autour de la collecte, du stockage et de l’utilisation des données personnelles peuvent aider à protéger la vie privée des individus. Cela est essentiel compte tenu de la capacité de l’IA à analyser et à exploiter de grandes quantités de données.
  • Promotion de l’éthique et de la transparence : Les réglementations peuvent encourager le développement d’une IA éthique et transparente, en exigeant par exemple que les algorithmes soient explicables et non discriminatoires. Cela aide à construire la confiance du public et à assurer une utilisation équitable de l’IA.
  • Prévention des abus et des dérives : La réglementation peut limiter les abus potentiels de l’IA, tels que la surveillance excessive, la manipulation de l’information, ou les applications militaires non éthiques.
  • Stimulation de l’innovation responsable : En établissant des normes claires, la réglementation peut également stimuler l’innovation en orientant les efforts de recherche et de développement vers des solutions respectueuses des normes éthiques et sociales.
  • Harmonisation des standards internationaux : Des réglementations cohérentes à l’échelle mondiale peuvent aider à harmoniser les standards, facilitant ainsi la collaboration internationale et le commerce dans le domaine de l’IA.
  • Protection contre les impacts économiques négatifs : Les réglementations peuvent aider à atténuer les impacts négatifs de l’IA sur l’emploi et l’économie, par exemple en encourageant la formation et la reconversion professionnelle dans les secteurs touchés par l’automatisation.

Les pays vont-ils adhérer aux réglementations ?

La coopération internationale et les efforts pour harmoniser les réglementations de l’IA soient essentiels, il est probable que des différences persistront entre les pays dans leur approche de la réglementation de l’IA, en raison de divers facteurs politiques, économiques, technologiques et sociaux.

  • Différences dans les priorités politiques et économiques : Chaque pays a ses propres priorités politiques et économiques, qui peuvent influencer sa volonté d’adopter des réglementations sur l’IA. Certains pays pourraient privilégier le développement économique rapide et l’innovation technologique sans contraintes réglementaires, tandis que d’autres pourraient mettre l’accent sur la sécurité, la vie privée et les normes éthiques.
  • Capacités de réglementation : La capacité de réglementer efficacement l’IA dépend aussi des ressources et de l’expertise disponibles dans chaque pays. Les pays ayant des infrastructures réglementaires plus développées et des ressources plus importantes seront mieux équipés pour mettre en œuvre et faire respecter les réglementations.
  • Coopération internationale : La coopération internationale peut jouer un rôle clé. Les organisations internationales et les accords multilatéraux peuvent encourager une approche plus harmonisée de la réglementation de l’IA. Cependant, les tensions géopolitiques et les intérêts nationaux divergents peuvent parfois entraver cette coopération.
  • Pressions de la société civile et des entreprises : La pression exercée par les citoyens, les groupes de défense des droits et les entreprises peut influencer la manière dont les pays abordent la réglementation de l’IA. Dans certains cas, cela peut conduire à une réglementation plus stricte, tandis que dans d’autres, à une approche plus libérale.
  • Évolution des normes et des technologies : La nature en rapide évolution de l’IA elle-même rend la réglementation difficile. Les pays doivent constamment adapter leurs réglementations pour suivre le rythme des innovations technologiques, ce qui peut entraîner des disparités dans la manière dont l’IA est réglementée à travers le monde.

Une IA à plusieurs vitesses ?

Une “IA à plusieurs vitesses” est une possibilité réelle en raison des facteurs ci-dessous, il est également important de reconnaître les efforts internationaux visant à minimiser ces écarts, par le biais de coopérations, d’accords, et de transferts de connaissances et de technologies. Toutefois, les disparités en termes de capacités, de réglementations et d’investissements peuvent conduire à un développement inégal de l’IA à travers le monde.

  • Disparités technologiques et économiques : Les pays ayant des ressources économiques et technologiques plus importantes peuvent développer et adopter l’IA plus rapidement et efficacement. Cela peut entraîner un écart croissant entre les nations technologiquement avancées et celles en développement.
  • Réglementations divergentes : Comme discuté précédemment, des réglementations variées peuvent influencer la vitesse à laquelle l’IA est développée et déployée dans différents pays. Des réglementations strictes peuvent ralentir l’innovation dans certains endroits, tandis que des environnements moins réglementés pourraient accélérer le développement, mais au risque de négliger les aspects éthiques et de sécurité.
  • Accès aux talents et à la formation : Les pays ayant un meilleur accès à l’éducation et à la formation en IA, ainsi qu’aux talents dans ce domaine, progresseront probablement plus rapidement dans le développement de l’IA.
  • Collaborations internationales : Les pays qui participent activement aux collaborations internationales peuvent bénéficier de transferts de connaissances et de technologies, ce qui peut aider à réduire les disparités.
  • Priorités sociopolitiques : Les priorités sociopolitiques, y compris l’accent mis sur les questions de vie privée, de sécurité, et d’éthique, varieront d’un pays à l’autre, influençant ainsi l’adoption et l’application de l’IA.
  • Investissements publics et privés : Les niveaux d’investissement dans la recherche et le développement de l’IA, tant du secteur public que privé, sont également des facteurs déterminants.

Les défis des startup sont-ils complexes ?

Les startups vont devoir faire face à des défis spécifiques dans un environnement mondial inégalement réglementé, mais elles disposent également de qualités uniques qui peuvent favoriser l’innovation. Leur flexibilité, leur capacité à cibler des niches spécifiques, et leur potentiel pour des collaborations stratégiques sont des atouts clés. Cependant, les contraintes réglementaires et les limitations de ressources dans certains environnements peuvent effectivement représenter des obstacles significatifs.

  • Contraintes réglementaires : Les startups dans des régions avec des réglementations strictes pourraient trouver plus difficile d’innover rapidement en IA, en raison des contraintes légales et bureaucratiques. Cela pourrait potentiellement ralentir leur croissance et limiter leur capacité à expérimenter avec de nouvelles technologies.
  • Accès aux ressources : Les startups dans les économies développées avec un meilleur accès aux capitaux, talents, et infrastructures technologiques peuvent avoir un avantage significatif dans le développement de l’IA. À l’inverse, celles dans les pays en développement pourraient se heurter à des limitations en termes de ressources et de soutien.
  • Concurrence avec les grandes entreprises : Les startups peuvent se trouver en concurrence avec de grandes entreprises qui ont plus de ressources pour investir dans l’IA. Cependant, les startups ont souvent l’avantage d’être plus agiles et innovantes, ce qui peut leur permettre de développer des solutions uniques et de niche.
  • Collaborations et partenariats : Les startups peuvent bénéficier de collaborations avec des universités, des instituts de recherche, et d’autres entreprises pour surmonter les barrières à l’innovation. De telles collaborations peuvent fournir un accès à des connaissances, des technologies et des financements.
  • Marchés de niche et personnalisation : Les startups peuvent se concentrer sur des marchés de niche ou des solutions personnalisées, où elles peuvent innover sans nécessiter d’énormes investissements en R&D comparables à ceux des grandes entreprises.
  • Adaptabilité et flexibilité : Les startups ont souvent une structure organisationnelle plus flexible, ce qui leur permet de s’adapter rapidement aux changements réglementaires et aux évolutions du marché.
  • Défis éthiques et de sécurité : Les startups doivent également naviguer dans les défis éthiques et de sécurité liés à l’IA, ce qui peut nécessiter des investissements supplémentaires en termes de conformité et de gouvernance.

L’Europe est-elle trop rapide ?

L’évaluation de la rapidité de l’action européenne dépend de nombreux facteurs, y compris les perspectives sur l’équilibre entre innovation et réglementation, la manière dont les réglementations ont été élaborées, et les défis uniques posés par l’IA.

  • Nécessité d’une réglementation : L’IA progresse rapidement et a un impact significatif sur de nombreux aspects de la société. Il peut être argumenté que des réglementations sont nécessaires pour s’assurer que l’IA est développée et utilisée de manière éthique, sûre et responsable.
  • Équilibre entre innovation et réglementation : Une préoccupation clé est de trouver le bon équilibre entre encourager l’innovation et imposer des réglementations. Trop de réglementations pourraient entraver l’innovation, tandis que trop peu pourraient conduire à des abus ou des négligences en matière d’éthique et de sécurité.
  • Pression compétitive internationale : L’Europe, en tant qu’entité, est en compétition avec d’autres grandes puissances comme les États-Unis et la Chine, qui progressent rapidement dans le domaine de l’IA. La rapidité de la mise en place de réglementations peut être vue comme une réponse à cette pression compétitive.
  • Consultation et délibération : Il est également important de considérer le processus par lequel ces réglementations ont été élaborées. Si elles ont été formulées à la suite d’une consultation approfondie avec des experts, des entreprises et des citoyens, cela peut indiquer une approche plus mesurée et réfléchie.
  • Réactivité aux risques emergents : Face à des risques émergents rapides liés à l’IA, comme les problèmes de confidentialité, de biais et d’autonomie des armes, une action rapide peut être justifiée pour prévenir des conséquences potentiellement graves.
  • Capacité d’adaptation des réglementations : Enfin, l’efficacité de ces réglementations dépendra aussi de leur capacité à évoluer avec la technologie. Des réglementations trop rigides ou obsolètes peuvent être contre-productives.
Lire aussi