Publié le 20 janvier 2020.
Par La Rédaction

Reconnaissance faciale révolutionne les fermes indiennes !

Publié le 20 janvier 2020.
Par La Rédaction

La reconnaissance faciale n'est pas qu'un problème d'identification d'humain, les startups agricoles et les géants de l'industrie agroalimentaire ont vu le potentiel d'utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour suivre les animaux.

La reconnaissance faciale n’est pas qu’un problème d’identification d’humain, les startups agricoles et les géants de l’industrie agroalimentaire ont vu le potentiel d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour suivre les animaux.

Par exemple dans l”agriculture qui demeure un pilier de l’économie Indienne, contribuant à environ 18% du PIB et employant plus de la moitié de la population, la tech peut apporter des bienfaits. L’industrie est très fragmentée, avec des infrastructures obsolètes et une logistique médiocre contribuant à une perte de 13,1 milliards de dollars après la récolte chaque année, selon l’environnement indien et le magazine scientifique Down to Earth, l’industrie agro-industrielle en plein essor de l’Inde espère changer tout cela avec quelques idées nouvelles autour de la technologie.

Au milieu d’une vague de suicides d’agriculteurs lourdement endettés et de manifestations de masse réclamant de meilleurs prix des récoltes, des secours en cas de sécheresse et des dérogations aux prêts. Le Premier ministre Narendra Modi a promis d’augmenter les revenus des agriculteurs et a lancé en 2018 le programme “DigiGaon” ou Digital Village, qui vise à connecter plus de 100 000 villages à Internet afin que les résidents puissent accéder à des services tels que les services bancaires, les soins de santé et l’éducation en ligne.

Du coup, il y a environ 450 startup dédié aux technologies agricoles dans tout le pays, selon Nasscom, ce chiffre devrait augmenter de 25% par an. Autant vous dire que le smartphone est la plateforme de l’usage dans le pays ! Environ 25 start-up dans ce secteur se sont développées à l’international, et près de 10 fois ce nombre pensent qu’elles peuvent atteindre le statut de licorne avec une valorisation d’au moins 1 milliard de dollars américains au cours des trois prochaines années. Les fonds d’investissement étrangers font la queue pour financer les startups qui sont sur un marché agricole diversifié avec une variété de besoins.

Startup

CropIn, une start-up de quelques années basée à Bangalore qui a été soutenue par la Fondation Bill et Melinda Gates, est révélatrice de la tendance. Ils ont augmenté de 300% au cours des 15 derniers mois grâce à la fourniture aux agriculteurs de données agriscientielles en temps réel auxquelles ils peuvent accéder à l’aide de leurs smartphones. La startup collecte un éventail d’informations, allant des conditions météorologiques aux registres fonciers et aux rendements des cultures, qui sont ensuite rassemblées et présentées sur une seule plateforme connectée qui ajoute de la valeur pour chaque partie prenante. En allant de l’agriculteurs, aux banques, les compagnies d’assurance, les négociants en matières premières, les agences gouvernementales, les entreprises agricoles ou le client final.

Stellapps, startup IoT qui se concentre sur l’augmentation de la productivité dans la chaîne d’approvisionnement laitière. Il déploie des capteurs portables, attachés aux pattes des vaches, pour fournir des données sur l’activité, la santé et les modes de reproduction de chaque animal. Selon la startup les informations ont aidé les agriculteurs avec lesquels il travaille à multiplier par cinq leurs bénéfices !!

Stellapps est également aux premiers stades du développement d’un système de reconnaissance faciale pour les vaches qui promet de révolutionner l’industrie laitière indienne. La solution vise à renforcer les données numériques liées aux animaux qui seront utilisées par les compagnies d’assurance, les prestataires de nutrition et les institutions financières offrant des prêts sur le bétail. Comme beaucoup de pays, les moyens d’identification existants pour les bovins sont soit des marques auriculaires, soit des puces radiofréquence. Ce sont des éléments qui sont très vulnérables au vol d’identité et à la manipulation. La reconnaissance facial réduira considérablement la manipulation car il documente les identifications des bovins en utilisant l’image du visage, la structure du corps et les dents.

Ce système de reconnaissance faciale commence à exister dans d’autres pays comme le logiciel de Cainthus qui permet de fournir des données sur la température, l’appétit, la consommation d’eau et d’autres aspects comportementaux des animaux. Le contrôle régulier du troupeau est l’un des aspects les plus importants de l’élevage laitier, car la santé et le bien-être général des vaches ont un impact énorme sur la qualité du lait qu’elles produisent . Un changement d’appétit ou d’activité peut signaler un problème avec la vache, comme une maladie. Si, par exemple, la consommation d’eau est faible, l’approvisionnement en eau potable des vaches peut avoir besoin d’être rafraîchi. Si la température des vaches augmente, il peut faire trop chaud dans l’étable. Dans ces deux cas, la production laitière globale est menacée. Chaque caméra est capable de capturer des images sous plus de 40 angles afin de créer un modèle de vache 3D. Les caméras sont si rapides qu’elles peuvent capturer des images à 360 degrés de près de 50 vaches par jour.

Comme dans certains pays d’Afrique, la mise en œuvre de technologies avec le smartphone pour automatiser les processus et améliorer les rendements pour les petits agriculteurs, et la simplification du système de chaîne d’approvisionnement devrait permettre aux agriculteurs d’obtenir un prix plus équitable pour leurs produits, et dans le cas de la reconnaissance faciale des données pour réagir plus vite…

Lire aussi