Publié le 15 janvier 2021, modifié le 20 janvier 2021.
Par Christophe Romei

Qui a le plus de sites 5G installé en France et avec quels débits ?

Publié le 15 janvier 2021, modifié le 20 janvier 2021.
Par Christophe Romei
Creation : servicesmobiles©

Creation : servicesmobiles©

L’observatoire de l'Arcep présente une série d’indicateurs relatifs aux sites 5G ouverts commercialement par opérateur et par type de bandes de fréquences.

Des 4 opérateurs mobiles français, c’est Free qui, avec 5 640 sites déployés sur toute la France, tient la tête, contre 1 500 pour Bouygues, 793 pour SFR et 742 pour Orange à la date du 15/12/2020. Le paradoxe de tout cela, c’est que nous avons pour certains d’entre nous des smartphones 5G dans certaines zones, comme moi à Nantes mais impossible d’avoir accès à ce réseau, pourquoi ? Parce que la ville organise des temps de dialogue entre acteurs économiques, associatifs ou encore institutionnels sur cette technologie qui servira de cadre à un débat public début février 2021. Certains diront : “rien de très grave”, ce qui est en partie vrai car nos réseaux 4G sont suffisants à ce jour pour faire ce que nous faisons de futile avec nos smartphones.

Ce qui est peut-être plus embêtant, c’est de freiner les écosystèmes 5G qui doivent mener et construire l’innovation qui par ailleurs garantir certainement les conditions du progrès social et écologique ! Ci-dessous, un chercheur se tient devant une vue aérienne de Seongnam, en Corée du Sud, en 2018, explorant la transformation que la 5G apportera à la vie urbaine dans la région. L’anticipation est bien meilleure dans la transformation numérique des villes ce qui a permis à la Corée en 2013 de créer le Forum 5G en tant que groupe de réflexion public-privé sur la promotion de la 5G en diffusant une vision nationale et une stratégie de communication mobile 5G.

L’Europe est en retard, sauf l’Angleterre qui construit un écosystème fort. Les pays en avance sur le déploiement et l’usage de la 5G sont la Chine, la Corée, le Japon et les États-Unis. Par exemple, T-Mobile couvre désormais 280 millions de personnes avec son spectre à bande basse de 600 MHz (commercialisé sous le nom de “Extended Range 5G”). Il couvre également 106 millions de personnes avec son spectre de 2,5 GHz à bande moyenne (commercialisé sous le nom de «ultra capacity 5G»). T-Mobile dispose également de licences bande C et mmWave qu’il peut intégrer dans son réseau de couverture. T-Mobile, pour son offre “Extended Range 5G – 600MHz”, culmine à environ 225 mégabits par seconde (Mbps), ce qui est six à sept fois plus rapide que les vitesses 4G courantes aux États-Unis aujourd’hui.

La fréquence détermine la vitesse et la puissance de la 5G

Toutes les ondes radio voyagent à la vitesse de la lumière, mais toutes les ondes ne réagissent pas avec l’environnement de la même manière ou ne se comportent pas de la même manière que les autres ondes. C’est la longueur d’onde d’une fréquence particulière utilisée par une tour 5G qui a un impact direct sur la vitesse et la distance de ses transmissions.

Fréquence plus élevée
Des vitesses plus rapides
Des distances plus courtes

Basse fréquence
Des vitesses plus lentes
Des distances plus longues

Les opérateurs ont adopté une stratégie 5G à plusieurs niveaux qui utilise trois types de signaux radio pour fournir un service cellulaire aux appareils 5G. Les opérateurs en France ont acheté, comme les opérateurs dans le monde, différentes fréquences.

L’enchère qui a été menée par l’Arcep à partir du 29 septembre 2020 concerne la bande 3,5 GHz »(la bande de fréquences 3,4 à 3,8 GHz). La bande 700 MHz avait déjà été attribuée aux opérateurs en France métropolitaine fin 2015 et la bande 26 GHz fera l’objet d’une attribution ultérieure.

  • 700 MHz = bande basse, elle offre de bonnes propriétés de propagation pour la couverture à l’intérieur des bâtiment et zone rurale.  Peut couvrir des centaines de kilomètres carrés avec un service 5G dont la vitesse varie de 30 à 250 Mbps.
  • 3 400-3 800 MHz = souvent identifiée comme la bande cœur 5G couvre un rayon de plusieurs kilomètres avec la 5G qui varie actuellement de 100 à 900 Mbps.
  • 26 GHz = bandes millimétriques qui permettront des débits très importants dans des cellules de petite taille dans un rayon de 1/2 KM ou moins en offrant des vitesses d’environ de  1 à 3 Gbps.

Pour le moment, et pour quelques années encore en France, la 5G fonctionnera avec un cœur de réseau 4G : on parle alors de 5G NSA. Pour accéder à la 5G, il faut donc être dans une zone couverte par la bande 5G, mais aussi couverte par la bande 4G portant la signalisation. Cette bande 4G « de pilotage » est appelée bande d’ancrage.

L’observatoire de l’Arcep sur la répartition des fréquences actives n’est pas des plus transparents – mais celui qui déploie pour plus de débit entre 100 à 900 Mbps, c’est Orange. Free, lui, est en tête pour couvrir des centaines de kilomètres carrés avec 30 à 250 Mbps.

 


700 MHz : est-ce une bande 4G ou 5G ?

À l’origine, la bande de 700 MHz était envisagée comme étant appropriée pour fournir une capacité 4G supplémentaire et était considérée comme particulièrement utile à cette fin dans les zones rurales ou pour palier les limites des cellules. Cependant, les décideurs politiques ont supposé (explicitement ou implicitement) que la bande de 700 MHz fournira la couche de couverture étendue pour la nouvelle NR 5G. La Commission européenne a un objectif de la “5G partout” d’ici 2025 qui, pour être réalisable, devrait faire un usage intensif du spectre des basses fréquences (et donc de la bande 700 MHz).

La bande de spectre 700 MHz est de plus en plus accessible aux opérateurs de réseaux mobiles en Europe. Le groupe est idéal pour créer une couverture 5G rentable à long terme. Cependant, réserver le spectre pour la couverture 5G limitera la disponibilité d’options d’extension 4G LTE désespérément nécessaires dans les années à venir. Les opérateurs doivent maintenant décider si la bande est utilisée pour la 4G LTE ou pour fournir une couche de couverture pour la 5G. Le spectre de 700 MHz est idéal pour créer une couverture 5G rentable à long terme, et peut-être la seule bande basse disponible.

Certains analystes pensent que compte tenu du développement de l’écosystème 5G, l’impact de la 5G ne se réalisera pas immédiatement et en France, c’est certain. Donc les avantages du déploiement du LTE sur cette bande sont immédiats, car il peut déjà fournir une capacité supplémentaire aux zones avec le LTE à bande basse, ce que fait Free y compris avec le potentiel de “mises à niveau” ultérieures vers la 5G NR, à un coût relativement faible.

Les lancements vers la 5G NR dépendront de l’infrastructure 4G LTE existante en mode non autonome (NSA), avant la maturation du mode autonome (SA) 5G. De plus, le spectre peut être partagé dynamiquement entre la 4G LTE et la 5G NR.

Les choix des fréquences dans les pays en tête

Attribution du spectre 5G en Chine

Attribution du spectre 5G en Corée

La Corée du Sud a choisi le spectre 3,5 GHz comme réseau principal pour les services 5G plutôt que le spectre 2,5 GHz. Le ministère de la Science et des TIC (MSIT) prévoit de déployer 28 GHz principalement pour les hotspots et les services B2B. Après avoir lancé le déploiement de la 5G avec la norme Non-Standalone en 2019, le pays déploie également la norme Standalone.

Attribution du spectre 5G au Japon

 

Attribution du spectre 5G aux US

T-Mobile : utilise un spectre à bande basse (600 MHz) ainsi qu’un spectre de 2,5 GHz.
Sprint : prétend avoir plus de spectre que tout autre opérateur aux États-Unis, avec trois bandes de spectre : 800 MHz, 1,9 GHz et 2,5 GHz. (Une partie de cela est actuellement en cours de réutilisation pour le réseau de T-Mobile depuis qu’ils ont fusionné en une seule entreprise.)
Verizon : leur réseau 5G Ultra Wideband utilise des ondes millimétriques, en particulier 28 GHz et 39 GHz.
AT&T : utilise le spectre d’ondes millimétriques pour les zones denses et le spectre moyen et faible pour les zones rurales et suburbaines.

____

Notre NewsLetter sur la 5G

Lire aussi