Publié le 6 février 2024.
Par La Rédaction

Quels sont les impacts de l’hyper-usage des écrans

Publié le 6 février 2024.
Par La Rédaction

Près de 60% des Français admettent une dépendance aux smartphones, avec des impacts négatifs sur la santé, la productivité et la sécurité. L'hyperconnexion engendre anxiété, phubbing et risques au volant.

Dans un monde où la technologie occupe une place centrale dans nos vies, les smartphones sont devenus des compagnons omniprésents, du lever au coucher. En France, une étude récente menée par l’Observatoire Santé PRO BTP, en collaboration avec le Centre de Recherche de l’Institut Rafaël, révèle un tableau préoccupant de notre relation avec ces appareils. Près de 60 % des utilisateurs admettent une dépendance à leur smartphone, signalant un usage problématique qui transcende les générations et les catégories socioprofessionnelles. Cette hyperconnexion est devenue une norme, avec la moitié des personnes interrogées avouant que consulter leur portable est la première chose qu’elles font le matin, et 15 % s’endorment même à ses côtés. Le temps libre est largement consommé par l’écran, une personne sur deux passant plus de 1h30 par jour sur son smartphone, un chiffre qui s’élève à plus de 3 heures chez un quart des 18-39 ans. Cette immersion digitale, censée nous rapprocher, a parfois l’effet inverse. Le “phubbing” ou l’acte d’ignorer son interlocuteur au profit de l’écran, touche 14 % des sondés, reflétant une déconnexion sociale inquiétante.

La peur de manquer

L’angoisse de se séparer de son écran est également répandue, avec 39 % des utilisateurs qui, malgré leur désir de décrocher, échouent dans leurs tentatives. La peur de manquer quelque chose, ou FoMo, et la nomophobie, l’angoisse d’être sans son smartphone, affectent 60 % des utilisateurs, révélant une anxiété profonde liée à notre connectivité. L’athazagoraphobie, la peur d’être oublié ou ignoré, est un symptôme plus sévère qui touche 7 % des utilisateurs, exacerbant le sentiment d’isolement.

L’impact de cette dépendance sur la productivité et la sécurité est tout aussi alarmant. Plus de la moitié des utilisateurs reconnaissent une baisse de productivité due à l’usage excessif des écrans, et la jeune génération va jusqu’à décrire le smartphone comme une “Clef USB mentale”, illustrant notre dépendance cognitive à ces appareils. Les comportements à risque ne se limitent pas à l’espace numérique ; 44 % des conducteurs admettent utiliser leur smartphone au volant, et le phénomène des “Smombies“, ces piétons absorbés par leur écran au mépris de leur environnement, souligne un danger croissant dans nos rues.

Un désir de changement

Au-delà de ces statistiques inquiétantes, l’étude met en lumière un désir de changement. Deux tiers des utilisateurs regrettent le temps passé sur leur smartphone, reconnaissant qu’ils pourraient s’adonner à des activités plus enrichissantes. La communication numérique prend le pas sur les interactions réelles, avec 26 % des personnes préférant envoyer des messages plutôt que de parler directement aux gens, et 70 % se contentant de suivre passivement les activités en ligne des autres.

Ces constats appellent à une réflexion profonde sur notre rapport aux technologies et les mesures à adopter pour en maîtriser l’usage. La prise de conscience est le premier pas vers un équilibre plus sain entre notre vie numérique et notre bien-être physique et mental. Il est impératif de développer des stratégies individuelles et collectives pour contrer les effets néfastes de l’hyperconnexion, favorisant ainsi un usage des écrans qui enrichit plutôt qu’il ne diminue notre qualité de vie.

Lire aussi