Publié le 29 janvier 2024.
Par La Rédaction

Quand Google s’invite à l’hôpital : l’IA plus empathique que les médecins ?

Publié le 29 janvier 2024.
Par La Rédaction

Une étude révèle qu'un système d'IA, baptisé AMIE, élaboré par Google, excelle dans les entretiens médicaux, surpassant même des médecins dans le diagnostic de maladies respiratoires et cardiovasculaires. Toutefois, cette technologie, encore expérimentale, soulève des questions d'éthique et d'équité.

C’est une révolution médicale à l’horizon, imaginez un monde où votre interlocuteur médical n’est autre qu’une intelligence artificielle (IA), et ce, sans même vous en apercevoir ! Cette scène, digne d’un film de science-fiction, pourrait bientôt devenir réalité. L’étude menée par l’équipe de Google Health, non encore évaluée par des pairs, met en lumière un système d’IA, nommé AMIE, capable de mener des entretiens médicaux avec une précision impressionnante. Alan Karthikesalingam, chercheur chez Google Health, affirme : “C’est la première fois qu’un système de conversation en IA est optimisé pour le dialogue diagnostique”. Mais n’oublions pas, AMIE n’a été testé que sur des acteurs simulant des patients, pas sur de réels cas médicaux.

L’IA (Bots) a dépassé les performances des médecins dans 24 des 26 indicateurs de qualité de la communication, notamment en matière de courtoisie, d’explication de la maladie et du traitement, en se montrant honnête, ainsi qu’en faisant preuve de soin et d’implication.

Plus qu’un simple chatbot

Une prochaine étape cruciale pour la recherche, consiste à réaliser des études plus approfondies afin d’identifier d’éventuels biais et de garantir l’équité du système pour diverses populations. Par ailleurs, l’équipe de Google entame l’examen des critères éthiques nécessaires pour expérimenter ce système sur des personnes réelles souffrant de problèmes médicaux.  AMIE ne se contente pas de poser des questions, il diagnostique avec une précision étonnante des maladies respiratoires et cardiovasculaires, dépassant même des médecins chevronnés. Là où ça devient fascinant, c’est dans son approche :

  • Acquisition d’informations : Comparable à celle des médecins
  • Empathie : Plus élevée que chez les humains
  • Diagnostic : 2gale ou surpasse les médecins dans six spécialités médicales

Entraînement hors du commun

L’équipe de Google a dû faire preuve d’ingéniosité pour former AMIE, faute de données réelles suffisantes. Leur solution ? Faire jouer à l’IA plusieurs rôles : patient, médecin et critique. Cet entraînement a permis à AMIE d’améliorer son interaction et son empathie. Cependant, Adam Rodman, médecin à la Harvard Medical School, rappelle : “La médecine, c’est bien plus que la collecte d’informations”. L’aspect relationnel reste crucial.

AMIE, à imiter les compétences diagnostiques d’un médecin. Ces systèmes sont entraînés à recueillir et utiliser les antécédents médicaux d’un patient pour établir un diagnostic, une compétence essentielle et complexe dans la formation des médecins, selon Rodman. Pour cela, les bases de données des modèles de langage incluent des ensembles de données réels, tels que les dossiers de santé électroniques et les conversations médicales transcrites. En plus de simuler l’interaction médecin-patient, ces systèmes assument également le rôle d’un critique. Ils évaluent les échanges entre le médecin et le patient, fournissant des retours pour améliorer cette interaction, ce qui permet d’affiner davantage le modèle de langage.

Pour tester l’efficacité de ces systèmes, les chercheurs ont mené une expérience où 20 personnes formées ont simulé être des patients lors de consultations textuelles en ligne, interagissant à la fois avec le modèle AMIE et 20 cliniciens certifiés. Ces participants ne savaient pas s’ils communiquaient avec un humain ou un bot, permettant ainsi une évaluation objective de la performance du système.

Entre espoirs et préoccupations

La performance d’AMIE suscite de l’espoir pour une médecine plus accessible etpourrait révolutionner notre approche des soins de santé, mais la prudence est de mise. Elle soulève aussi des inquiétudes :

  • Éthique : Comment garantir l’équité et l’absence de biais ?
  • Vie privée : La sécurité des données des utilisateurs reste une préoccupation majeure.
  • Remplacement des médecins : Ce n’est pas l’objectif, l’humain doit rester au cœur de la médecine.

Analyse

L’avènement d’AMIE marque un tournant dans l’utilisation de l’IA en médecine. Si son efficacité et son empathie sont impressionnantes, il est crucial de garder en tête les enjeux éthiques et humains. L’IA ne devrait pas remplacer le médecin, mais plutôt agir comme un outil complémentaire, renforçant l’accès et la qualité des soins pour tous. La vraie question reste : sommes-nous prêts à confier une part de notre santé à des algorithmes ?

Lire aussi