Publié le 13 juin 2024.
Par Christophe Romei

Points saillants du rapport 2024 de l’Arcep sur la 5G en France

Publié le 13 juin 2024.
Par Christophe Romei

Pour en savoir plus sur les dernières tendances et développements dans l'industrie du mobile, ne manquez pas notre newsletter complète. Découvrez comment les opérateurs adaptent leurs stratégies à l'ère de la 5G privée, l'émergence d'un nouveau géant dans les infrastructures de tours, et les innovations autour des stations de base et des drones.

Voici les principaux aspects du rapport de l’ARCEP sur la 5G notamment les déploiements, les obligations, les innovations et les défis futurs pour la connectivité mobile en France.

Déploiement de la 5G en France

  • Depuis fin 2020, les quatre opérateurs de réseaux mobiles (Bouygues Telecom, Orange, SFR, Free Mobile) ont lancé des offres commerciales 5G et déployé des sites en bande 3,5 GHz.
  • Les fréquences plus basses ont également été utilisées en complément : Bouygues Telecom, Orange et SFR utilisent la bande 2,1 GHz, tandis que Free Mobile utilise la bande 700 MHz​​.

Obligations de déploiement

  • Les opérateurs doivent suivre une trajectoire exigeante pour déployer des équipements en bande 3,4 – 3,8 GHz : 3 000 sites en 2022, 8 000 sites en 2024, 10 500 sites en 2025.
  • D’ici 2030, tous les sites devront fournir un service 5G​​.
    25 % des sites à déployer d’ici fin 2024 et fin 2025 doivent être dans des zones peu denses et des territoires d’industrie​​.

Couverture et performance

  • Au 31 décembre 2023, les opérateurs avaient mis en service entre 8 800 et 18 600 sites 5G, dont 5 500 à 8 700 sites en bande 3,5 GHz​​.
  • 75 % des sites doivent offrir un débit d’au moins 240 Mbit/s dès fin 2022, et cette obligation sera généralisée à tous les sites d’ici 2030​​.
    Innovations et expérimentations :

L’Arcep délivre des autorisations pour des usages expérimentaux des bandes de fréquences 26 GHz et 3,8 – 4,0 GHz, avec 92 autorisations délivrées en 2023​​. La mutualisation de réseau est étendue à la 5G sans mutualisation des fréquences, avec une nouvelle densification du réseau mutualisé et augmentation du nombre de nouveaux sites​​.Des obligations de couverture des axes routiers sont prévues : couverture des axes de type autoroutier (16 642 km) d’ici 2025 et des routes principales (54 913 km) d’ici 2027​​. Depuis 2018, ce programme vise à généraliser une couverture mobile de qualité en France métropolitaine avec des obligations de couverture et des solutions de couverture mobile voix et SMS à l’intérieur des bâtiments​​.

  • La couverture mobile a progressé significativement, avec une réduction des zones blanches de 12 % en 2018 à moins de 2 % fin 2023​​.
  • Des défis restent à relever, notamment l’extension de la couverture mobile dans les zones littorales et la sécurisation des baux télécoms​​.

La suite dans la newsletter

Les infos importantes

  • Le rôle des opérateurs à l’ère de la 5G privés
  • Un nouveau géant dans l’infrastructure des tours
  • Monétiser les stations de base en plates-formes de livraison par drones

Les autres infos de la semaine

  • Samsung et Verizon même combat
  • Contrer les pannes de réseau avec le FWA
  • Les entreprises de Chipset s’engage dans le contenu !
  • Partenariat novateur avec une Université Indienne
  • Les usages du spectre terahertz
  • Microsoft revoit ses plans pour la réalité mixte
  • Tableau de bord pour répondre et contrôler le RAN ouvert
  • La 5G stimule une production économique de 788 milliards de dollars
  • Innovateurs en IA pour les télécommunications
  • Rapport ARCEP sur les territoires connectés
  • Transition du 5G Advanced vers la 6G
Lire aussi