Publié le 16 avril 2020.
Par La Rédaction

La télémédecine enregistre un boom du financement

Publié le 16 avril 2020.
Par La Rédaction

Le financement par capital-risque des sociétés de télémédecine a bondi au premier trimestre de 2020 pour atteindre 788 millions de dollars. Les visites de télésanté sont en plein essor !

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2019, la moitié de la population mondiale n’a pas accès aux soins de santé de base, tandis que 100 millions de personnes sont toujours plongées dans l’extrême pauvreté en raison des dépenses de santé. Le nombre de personnes de plus de 60 ans va plus que doubler pour atteindre 2,1 milliards d’ici 2050 et les dépenses de santé dans le monde augmenteront en moyenne de 5,4% par an. D’ici 2030, le monde aura besoin de 80 millions de médecins et d’infirmières, mais on prévoit une pénurie de plus de 15 millions de personnels de la santé. Qui comblera cette lacune ?

La télémédecine en cette époque de pandémie mondiale devient un usage courant et plus important un réflexe en cas de symptômes. L’industrie de la santé s’appuie vraiment sur les technologies de santé numériques, en particulier les solutions de télésanté pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Les startups du secteur de la santé, prêtes à soutenir des solutions de riposte à une pandémie, ont vu leur financement augmenter dans les premières semaines de 2020.

L’adoption de la télémédecine devrait atteindre le milliard de dollars d’ici la fin de l’année, selon les analystes de Forrester Research. Les analystes s’attendent désormais à ce que les visites de soins médicaux généraux atteignent 200 millions cette année, en forte hausse par rapport à leur attente initiale de 36 millions de visites pour toute l’année 2020.

Les sociétés classées dans le domaine de la télésanté, qui comprend la télémédecine et la technologie de surveillance à distance des patients, ont obtenu un total de 930 millions de dollars sur 35 transactions au premier trimestre. Au premier trimestre 2020, il y a eu 41 opérations de fusions et acquisitions impliquant des entreprises de santé numérique.

Cela n’a pas échappé aux investisseurs dont le niveau de financement dans ce secteur est plus du triple des 220 millions de dollars que les entreprises de télémédecine ont levés au premier trimestre de 2019. Le financement de la télémédecine a bondi de 258% d’une année à l’autre. Mercom Capital a rapporté un financement record de 3,6 milliards de dollars dans 142 transactions, contre 1,7 milliard de dollars en 142 transactions au quatrième trimestre 2019. Le financement en capital-risque pour la santé numérique au premier trimestre 2020 a augmenté de 79% par rapport au même trimestre de l’année dernière, où 2 milliards de dollars avaient été levés dans 149 transactions.

L’incertitude des marchés financiers entraînera très probablement une réorientation du flot de transactions, les investissements dans l’innovation en matière de santé favorisant les entrepreneurs dont les solutions ont soit un impact direct sur une riposte à une pandémie, soit une pertinence dans un monde en mutation.

STARTUPS

Qare a levé 20 millions de dollars pour permettre aux médecins de consulter à distance. Grâce à la vidéo, Qare permet aux patients de consulter d’où qu’ils soient un professionnel parmi plus de 30 spécialités disponibles, et aux professionnels d’améliorer le suivi médical de leurs patients. La plateforme a réalisé 80 000 téléconsultations en 2019.

La startup suédoise Joint Academy présente au monde une nouvelle façon de traiter les douleurs articulaires chroniques. L’arthrose est un problème croissant à travers le monde : la moitié de la population mondiale âgée de 65 ans ou plus souffre de troubles articulaires. Joint Academy, anciennement Arthro Therapeutics, a créé une plateforme numérique pour traiter ces millions de personnes souffrant de douleurs articulaires chroniques, tout en réduisant les chirurgies coûteuses et dangereuses. Une application peut-elle vraiment aider à soulager les douleurs articulaires ? Un entraînement spécifique améliore la stabilité de l’articulation et la protège des dommages. L’application vous permet de vous connecter facilement à un physiothérapeute agréé, d’obtenir des rappels et de suivre vos progrès. Cela stimule la motivation et améliore les résultats du traitement.

Cecelia se donne une mission audacieuse: améliorer la vie des 30 millions d’Américains aux États-Unis et d’un demi-milliard de personnes dans le monde qui souffrent de diabète. La plupart des patients qui quittent le cabinet du médecin, qu’ils viennent de recevoir un diagnostic de diabète ou qu’on leur demande de changer de médicament, sont souvent complètement dépassés. Ils ne savent pas quoi faire. Ils ont peur, car ils ont connu un membre de leur famille décédé du diabète. 50% d’entre eux n’initient pas ou ne continuent pas de prendre leurs médicaments. Ce sont des gens qui ne vont pas télécharger une application pour s’autogérer. Ils ont besoin de quelqu’un qui leur fasse confiance, pénètre dans leur monde, comprend leur vie de tous les jours et les aide à résoudre ces défis chaque jour.

Contrairement à un centre d’appels, la startup a découvert que l’utilisation d’éducateurs certifiés en diabète qui connaissent la maladie et comprennent les médicaments et tous les effets secondaires font toute la différence dans la conversation. Elle élève la valeur de la conversation d’un point de vue émotionnel et clinique.

Binah, la startup a développé une application de surveillance des signes vitaux basée sur la vidéo pour les smartphones utilisant la puissance de l’intelligence artificielle. La technologie de Binah.ai permet d’extraire un grand nombre de signes vitaux et de mesures du stress mental basés sur l’analyse d’une vidéo prise avec n’importe quel appareil équipé d’un appareil photo (smartphone, tablette, kiosque, appareil photo embarqué…)

Lire aussi