Publié le 4 février 2020, modifié le 4 février 2020.
Par La Rédaction

La Space Tech avec le smartphone aux premières loges ! 5 entreprises disruptives

Publié le 4 février 2020, modifié le 4 février 2020.
Par La Rédaction

Les annonces et les lancements vont à grands pas pour cette industrie spatiale en pleine révolution depuis quelques années, la space tech devient accessible à beaucoup de startup.

Les annonces et les lancements vont à grands pas pour cette industrie spatiale en pleine révolution depuis quelques années, la space tech devient accessible à beaucoup de startup. IL est prévu de lancer plus de 24000 satellites, formant environ 80 constellations, bien souvent avec des plates-formes petites et nanosatellites permettent aux entités commerciales et de recherche de concevoir rapidement des charges utiles modulaires qui peuvent être déployées rapidement dans des démonstrations technologiques en orbite pour servir de catalyseurs technologiques ou de perturbateurs aux services terrestres existants.

L’utilisation de l’espace était auparavant une prérogative des gouvernements nationaux, elle ne l’est plus. Même si les nations poussent des hubs partout, le luxembourg, singapour, le Japon, le Royaume-Uni… pour être les premiers ! Les annonces et les lancements vont à grands pas pour cette industrie spatiale en pleine révolution depuis quelques années, la space tech devient accessible à beaucoup de startup.

Les capital-risqueurs ont investi 5,8 milliards de dollars dans 178 startups spatiales commerciales (SpaceTech) dans le monde l’année dernière, en hausse de 38% en dollars par rapport à l’année précédente, faisant de 2019 la plus grande année pour les investissements spatiaux privés, selon un nouveau rapport de la société de capital-risque Space Angels.Les États-Unis sont toujours le plus grand pays pour les investissements spatiaux, avec 55% du financement total de l’année allant aux entreprises américaines. Les startups spatiales au Royaume-Uni ont retiré environ 24% du total des fonds de 2019. Ce pays a connu une activité accrue dans le secteur au cours des dernières années et un complexe de lancement est en cours de construction en Écosse. Source

[Depuis 2009, il y a eu environ 25,7 milliards de dollars d’investissements dans le secteur des startups spatiales, environ 535 startups qui ont reçu un financement !]

Les microsatellites modernes peuvent réduire considérablement les temps et les coûts de développement des missions, permettant aux entreprises privées et aux instituts de recherche de se joindre à la course. La 23e conférence annuelle de la FAA sur le transport spatial commercial qui s’est tenue la semaine dernière montre l’ébullition du secteur !

De nombreuses start-ups sont créés partout dans le monde avec de nouvelles idées pour l’espace, notamment pour la connectivité et le smartphone est aux premières loges non seulement dans la conception des nano-satellites depuis 2014 (USA), mais aussi pour utiliser notamment l’Internet par satellite..

ONEWEB

OneWeb se prépare pour l’introduction initiale de son méga-constellation prévue des satellites LEO (orbite terrestre basse), avec la société confirmant qu’elle a prévu un premier lancement de 34 satellites la semaine prochaine, le jeudi 6 e Février.

Ce lancement, depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, marquera le début d’une campagne de lancement régulière au cours de 2020 alors que la société va de l’avant avec l’introduction de sa constellation complète de 648 satellites de première phase, l’une des plus grandes campagnes de lancement de satellites civils de l’histoire.Les 34 premiers satellites seront lancés à bord d’un véhicule Soyouz par Arianespace, qui placera les satellites sur une orbite polaire proche à une altitude initiale de 450 kilomètres. De là, l’engin spatial atteindra son orbite finale de 1 200 kilomètres pour fournir les premières connexions en direct dans le nouveau réseau de communication.

Le réseau fournira des services de connectivité en bande Ku aux terminaux des utilisateurs finaux, mais communiquera avec ses propres passerelles terrestres dans la bande Ka pour fournir des services commerciaux mondiaux complets pour le secteur maritime et d’autres secteurs tels que l’aviation, le gouvernement et les entreprises, en 2021.

KINEIS

Kineis permet aux utilisateurs de contrôler l’ensemble du système de localisation et de collecte d’informations, une offre unique sur le marché de l’IoT.Kineis utilise un chipset radio pour fournir une connectivité réseau satellite à n’importe quel appareil mobile. Il s’intègre parfaitement dans n’importe quel appareil, permettant la géolocalisation de n’importe quel objet dans le monde entier. Avec le chipset Kineis, les données sont collectées à partir des capteurs liés. De petite taille (7 mm x 7 mm), faible consommation d’énergie, facilité d’intégration, prix ultra compétitif et sa complémentarité avec de nombreux autres systèmes.

La constellation de nanosatellites supportant la connectivité Kineis est sans précédent. Il a été conçu sur mesure pour l’Internet des objets en coopération avec des partenaires stratégiques, Thales Alenia Space pour la gestion de projet, Nexeya pour le développement et la fabrication de plates-formes et Syrlinks pour la construction de charges utiles. Tous sont des acteurs majeurs du secteur spatial: des entreprises fiables et reconnues en qui nous avons une totale confiance. La constellation Kineis IoT sera en orbite en 2021. Bientôt, des millions d’appareils seront connectés.

Le prototype du nanosatellite Angels sera lancé en 2019. Six satellites ARGOS sont déjà en orbite, permettant aux initiateurs de projets IoT de tester leurs prototypes. Avec Kineis , tout objet bénéficiera de la connectivité IoT. Les sports de plein air, l’agriculture, la pêche artisanale, la logistique, la sécurité mais aussi la science sont autant de secteurs d’activités qui peuvent s’appuyer sur les services Kineis.

AXELSPACE

Jusqu’à présent, l’imagerie satellitaire à haute résolution a été un service coûteux. Grâce à la flexibilité et aux faibles coûts de la technologie des microsatellites, nous sommes désormais en mesure de générer des nouvelles valeurs grâce à une couverture mondiale de la Terre. Le projet AxelGlobe produira et accumulera des données d’imagerie de qualité du monde entier à un rythme sans précédent d’une fois par jour .

Axelspace met sa technologie de microsatellite de pointe au service des besoins commerciaux spécifiques avec un point de vue orbital 🙂

ASTROCALE

Astroscale, basée au Japon , qui développe une technologie pour éliminer les débris spatiaux.La startup utilisera les sommes levées (environ 100M$) au cours des trois prochaines années pour commercialiser ses services actifs d’enlèvement des débris et développer des canaux de vente mondiaux avec les opérateurs de satellites, les agences nationales et les acteurs de l’assurance. La société se prépare pour le lancement de sa mission pionnière de services de fin de vie par démonstration à échelle astronomique» (ELSA-d) plus tard cette année.

UNSEENLABS

start-up rennaise UnseenLabs qui cet été depuis la Nouvelle-Zélande, à mis sur orbite avec succès son premier nanosatellite. Celui-ci fait partie d’une constellation de 30 unités visant à détecter et localiser près de 95% de la flotte de navires en mer, heure par heure.

Lire aussi
Connect

NTT Docomo ferme son réseau NB-IoT

Bien que similaire à l'Internet que nous connaissons tous aujourd'hui, l'Internet des Objets (IoT) a des besoins assez différents. Rapidement,...