Publié le 22 octobre 2020.
Par La Rédaction

La 5G pour être connectés culturellement

Publié le 22 octobre 2020.
Par La Rédaction
Photo : Rotterdam Philharmonic Online

Photo : Rotterdam Philharmonic Online

L'industrie des arts et du divertissement a été l'une des premières choses affectées par la crise du coronavirus. Une connectivité 5G généralisée pourrait-elle nous maintenir connectés culturellement ?

Pendant deux jours via un événement en vidéo, Ericsson a interviewé de nombreuses personnes qui attendent beaucoup du réseau. De nombreuses cessions sur différents sujets comme la Culture. Avec le Covid-19, nous sommes dans une situation où les musées et galeries ont été les premiers à fermer. L’art et les objets historiques étaient comme la nuit au musée, entre eux !

La culture n’est pas seulement quelque chose de personnel, elle nous appartient à tous. Il interagit avec chaque partie de notre vie, nos passions, nos idées et nos innovations. Au cours des quatre dernières années, Ericsson s’est penché sur la manière dont les arts pourraient bénéficier de la technologie et, par conséquent, sur la manière dont la prochaine génération de connectivité, la 5G, pourrait transformer la culture. Et bien sûr, comment la culture peut façonner la 5G.

Cela a été conduit par un écosystème croissant d’experts passionnés par l’imbrication de ces mondes. Tout a commencé avec un projet intitulé Connected Culture, qui avait l’ambition de montrer comment les trois éléments sensoriels du toucher, de la vue et du son pouvaient être renforcés pour rendre toute expérience beaucoup plus immersive. Le point culminant de ce projet (2018) a été le premier concert 5G entre le professeur Mischa Dohler et sa fille, où, en raison de la connexion essentiellement en temps réel (ce que nous appelons une faible latence), Mischa pouvait jouer de son piano en Allemagne tandis que sa fille chantait à Londres.

Grâce à ce type de projets, il y a eu un intérêt croissant pour adopter ce que la 5G offre à la communauté des arts du spectacle, ce qui a déjà conduit à de nombreux exemples à travers le monde où des musiciens ont joué ensemble dans différents pays et villes, comme en Chine, en Suède et entre trois pays. Les opportunités ne se limitent pas uniquement aux arts de la scène, mais à tous les aspects de notre culture, des galeries aux musées. C’est pourquoi Ericsson a travaillé avec la National Gallery de Londres pour examiner comment nous pouvons interagir entre les mondes physique et virtuel de l’art pour inspirer plus d’engagement.

Le confinement a montré que la culture été au centre de bien des échanges sur les réseaux sociaux de la part des artistes ou des orchestres. Lorsque nous parlons de 5G, nous parlons souvent d’aspects techniques : débit de données plus élevé, latence plus faible, etc. Mais sortons-le de la technique et mettons-le en termes humains : la 5G supprimera ce décalage qui nous jette hors des expériences immersives. Cela nous donnera la possibilité de construire une plate-forme de co-création qui soit une véritable expérience bidirectionnelle, en prenant la spontanéité et l’ingéniosité dans le monde physique et dans le monde numérique. Et ce sont ces composants qui sont si essentiels lors de la création.

Lire aussi