Publié le 6 octobre 2020.
Par La Rédaction
App

L’avenir du vote sur mobile va démarrer !

Publié le 6 octobre 2020.
Par La Rédaction
Creation : @servicesmobiles - Photo : Elements Digital/Unsplash

Creation : @servicesmobiles - Photo : Elements Digital/Unsplash

La pandémie mondiale change les rythmes et les usages, voter avec son mobile va devoir s'imposer ! Aux USA, le débat fait rage...

Trente-deux États et le district de Columbia proposent une sorte de vote par Internet par télécopie, courrier électronique ou portail en ligne. Cependant, ils sont encore pour la plupart limités aux électeurs dans des circonstances spéciales. Les États-Unis organisent des élections présidentielles pendant une pandémie. De nombreux électeurs sont impatients de voter par correspondance, tandis que d’autres se méfient des bulletins de vote par correspondance. Presque tout le monde aspire à une méthode plus rapide et plus sûre pour voter sans s’exposer au SRAS CoV 2, le virus qui cause la Covid-19. Beaucoup se demandent pourquoi, si nous faisons tout le reste sur nos téléphones, y compris les opérations bancaires, nous ne pouvons pas voter avec eux.

Certaines communautés ont déjà essayé le vote mobile assisté par la blockchain, mais avec des résultats mitigés. De nombreux chercheurs US sont farouchement opposés au vote mobile. Est-ce que les nouvelles technologies peuvent nous aider à trouver un moyen plus sûr de voter ? C’est sans compter certaines menaces de sécurité inhérentes au vote assisté par mobile ou par blockchain.

La génération Y et la génération Z constitueront 37% de l’électorat 2020. La génération Z est la génération la plus diversifiée et la plus connectée numériquement aux États-Unis

Depuis avril dernier, Voatz, un service de vote conçu par blockchain, a réussi ses essais publics. C’est une plate-forme de vote électoral mobile, sécurisée via la biométrie intelligente, la vérification d’identité en temps réel et la blockchain pour l’irréfutabilité. Ils ont été financés par 12 investisseurs pour 9.3M$.

Pour utiliser le système Voatz, les électeurs téléchargent l’application sur leur iPhone ou smartphone Android. Ils scannent ensuite leur empreinte digitale et leur carte d’identité émise par le gouvernement et prennent un “selfie vidéo” pour authentifier leur identité avant de pouvoir toucher l’écran pour marquer leur bulletin de vote numérique. (Voatz dit qu’il supprime l’identité et les scans faciaux peu de temps après leur utilisation.) Après avoir voté, l’électeur reçoit un reçu par courriel de son bulletin de vote pour confirmer que ses choix ont été correctement marqués.

Mais certains sceptiques doutent qu’un système de vote électronique fonctionne et soit sécurisé. Les démocrates et les républicains ont utilisé ce service pour administrer avec succès les élections locales. Voatz a été utilisé en mai par les républicains de l’Arizona pour leur convention d’État. Voatz a de nouveau été utilisé en juin pour la Convention de l’État républicain du Dakota du Sud et pour la Convention de l’État démocratique du Michigan en août. Dans chaque cas, le service a été un succès et a rendu l’élection sûre compte tenu des recommandations de rassemblement pour lutter contre le Covid-19. La startup est prise sous le feu de la communauté Infosec pour ses opinions sur la recherche en sécurité et apparemment elle n’est pas neutre.

Aux US, Tusk Ventures est le premier fonds de capital-risque au monde à travailler et à investir uniquement dans des startups à forte croissance confrontées à des défis politiques et réglementaires. Ils ont créé Tusk Philanthropies qui finance et gère l’effort national pour permettre à chacun de voter aux élections sur son téléphone, créateur de la vidéo ci-dessous.

Il est temps sur smartphone

Les agents électoraux du monde entier doivent gérer à la fois les bulletins de vote papier et postaux. En revêtant des gants, des masques et beaucoup de désinfectant pour les mains, beaucoup remplissent fidèlement leurs devoirs, tout comme tant de travailleurs électoraux aux États-Unis. Le problème, c’est que la plupart des personnes qui font ce travail, en première ligne dans l’enceinte et dans le back-office, sont précisément les personnes les plus à risque d’infection – plus de la moitié des enquêteurs en 2018 avaient plus de 60 ans, selon la Commission d’assistance électorale des États-Unis (EAC).

Il est temps de permettre un vote plus accessible, plus sûr sur son smartphone… Peut-être que le Covid-19 est un appel au réveil.

Les startups technologiques électorales

Selon PitchBook, 421,63 millions de dollars ont été investis dans 27 startups technologiques électorales par 88 investisseurs. Une poignée de ces entreprises ont reçu un financement entre l’élection présidentielle de 2016 et le présent, en voici 6 :

Votem
Resistance Labs
Democracy Live
Voatz
EasyVote
The Tuesday Company

Cybersécurité

La cybersécurité reste un enjeu majeur. Voter en ligne pourrait signifier que des pirates, y compris des adversaires étrangers tels que la Russie ou la Chine, pourraient interférer ou manipuler l’élection à leur avantage. Plusieurs audits d’élections passées en ligne aux États-Unis ont révélé de nombreuses failles de sécurité. En fait, de nombreux pays ont essayé le vote électronique, mais beaucoup on jeté l’éponge, souvent pour des raisons de sécurité et de piratage possible y compris une cyberattaque !

Mais les outils sont bien présents pour organiser le vote sur le web et sur smartphone.

France

Il y a des précédents de vote électronique, le ministère des Affaires étrangères en 2009 a utilisé la plate-forme de vote électronique d’Atos Origin pour l’élection de l’Assemblée des Français de l’Étranger. En France, les élections professionnelles s’effectuent de plus en plus par vote électronique, ce qui suscite des débats dans le monde de l’entreprise.

Lire aussi