Publié le 16 septembre 2019, modifié le 8 octobre 2019.
Par La Rédaction

L’addiction aux écrans pour les enfants, 3h par jour !

Publié le 16 septembre 2019, modifié le 8 octobre 2019.
Par La Rédaction

5h07 : C'est en France, le temps moyen que passe chaque jour et en dehors du travail, un adulte devant les écrans, nous sommes dans bien dans l’addiction aux écrans

5h07 : C’est en France, le temps moyen que passe chaque jour et en dehors du travail, un adulte devant les écrans, nous sommes dans bien dans l’addiction aux écrans . (contre 3h10 il y a 10 ans !). C’est vrai que les écrans ce sont dangereusement rapproché des yeux ces derniers années ! Le cinema en salle, puis la télévision dans le salon, l’écran d’ordinateur dans le bureau, le smartphone dans votre poche, la prochaine étape quasi franchi par les casque VR dans le salon, ce seront les lunettes d’AR sur nos nez !

Vous noterez que l’éducation de l’usage des écrans ne se fait pas tout seul, soit en regardant l’autre voir en mimant les réflexes des usages de la famille par exemple, si vos parents regardé le 20H à table, il y a de forte chance que vous reproduisiez plus-tard ce phénomène…

En lisant ce poste ci-dessous sur linkedin, je me suis demandé ce que n’avait pas fait les différentes industries qui ont installé les usages sur les écrans pour en arriver là ! Il y a surement pas mal de raison… Mais depuis l’arrivée d’internet personne n’a pris en charge la formation à cet outil, quasiment tout le monde c’est auto-formé tout seul !!! Personne pour mettre en perspective les dangers qui certe n’était pas détectable à cette époque, mais qui avec le temps aurait pu être largement ajusté aux usages. La base reste l’éducation des parents qui doit donner le ton dans l’usage du smartphone !

https://www.linkedin.com/embed/feed/update/urn:li:share:6577800836494180352

Ce que vient de faire (2018) Apple (Screen Time) et Google (Android Dashboard) en mettant sur les smartphones une applications qui analyse votre temps d’écran, les deux géants ont décidé d’agir enfin pour nous faire reprendre le contrôle du temps passé sur nos smartphones. Au début de 2018, deux investisseurs de premier plan à Wall Street ont exhorté Apple à prendre en compte le fait que les gens devenaient dépendants à leurs smartphones. En juin, la société a annoncé des plans d’outils pour aider les propriétaires d’iPhone à suivre et à limiter leur utilisation du téléphone et de celle de leurs enfants. Apple sur ce sujet est peut-être un peu border-line, c’est ce que souligne cette article du New York Times

Les recherches ont clairement montré que la créativité, la mémoire et la concentration chez les enfants étaient réduites à mesure que le temps passé devant un écran augmentait.

Selon les résultats de l’étude INCA3, pour l’ensemble des enfants de 3 à 17 ans, la durée moyenne journalière passée devant un écran est de 185 minutes, soit environ 3h par jour. Elle est plus élevée chez les garçons que chez les filles, l’écart étant significatif pour toutes les classes d’âge hormis pour les adolescents de 11 à 14 ans. Selon les résultats de l’étude INCA3, pour l’ensemble des enfants de 3 à 17 ans, la durée moyenne journalière passée devant un écran est de 185 minutes, soit environ 3h par jour. Elle est plus élevée chez les garçons que chez les filles, l’écart étant significatif pour toutes les classes d’âge hormis pour les adolescents de 11 à 14 ans.

2 livres sur le sujet

La civilisation du poisson rouge

Le poisson rouge tourne dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Les ingénieurs de Google ont réussi à calculer la durée maximale de son attention : 8 secondes. Ces mêmes ingénieurs ont évalué la durée d’attention de la génération des millenials, celle qui a grandi avec les écrans connectés : 9 secondes. Nous sommes devenus des poissons rouges, enfermés dans le bocal de nos écrans, soumis au manège de nos alertes et de nos messages instantanés. Une étude du Journal of Social and Clinical Psychology évalue à 30 minutes le temps maximum d’exposition aux réseaux sociaux et aux écrans d’Internet au-delà duquel apparaît une menace pour la santé mentale. D’après cette étude, mon cas est désespéré, tant ma pratique quotidienne est celle d’une dépendance aux signaux qui encombrent l’écran de mon téléphone. Nous sommes tous sur le chemin de l’addiction : enfants, jeunes, adultes. 17€

Les ravages des écrans

En s’appuyant sur de très nombreuses recherches et études scientifiques internationales, le grand psychiatre et spécialiste du cerveau Manfred Spitzer montre à quel point notre dépendance aux technologies numériques menace notre santé, tant mentale que physique. Elles provoquent chez les enfants et adolescents comme chez les adultes de nouvelles maladies et en rendent d’autres plus fréquentes : baisse des performances cognitives, troubles du sommeil, dégradation des capacités d’attention et de concentration, tendance à l’isolement et au repli sur soi, dépression, disparition du sentiment d’empathie, etc. Et même, chez les plus jeunes, baisse de la motricité et des capacités de perception.

Ce vaste tableau des connaissances scientifiques sur les effets des écrans, enfin traduit en français, a rencontré un immense écho en Allemagne et dans le monde entier où il a provoqué nombre de débats et de prises de conscience. Cette synthèse majeure s’articule à une réflexion critique profonde qui ne se contente pas de lancer l’alerte sur les cyberpathologies. Elle nous apprend aussi à nous en protéger et à agir à titre préventif. Une contribution absolument cruciale pour tenter d’éviter un désastre psychologique et social. 22€

Et la lumière bleue ?

Avec l’avènement des smartphones et l’augmentation du travail sur écran à l’école, les enfants passent moins de temps à l’extérieur. L’incidence de la myopie (connue sous le nom de myopie) a augmenté dans le monde et des études révèlent des corrélations possibles entre ces deux phénomènes.

On a pensé que l’exposition à la lumière naturelle ralentissait la progression de l’apparition des myopes et pouvait avoir un effet protecteur sur les enfants. Parallèlement à la montée en puissance dessmartphones, il y a eu une vague de surprescriptions de lunettes correctrices pour ce que l’on appelle la fatigue oculaire numérique et les filtres à lentilles bleus destinés aux jeunes enfants.

Les preuves de plus en plus nombreuses mettent en évidence le fait que ce n’est pas la lumière bleue émise par les écrans qui cause des problèmes visuels, mais la façon dont les enfants regardent les écrans. En effet, la principale cause de la plupart des symptômes de notre génération d’enfants dépistés est due à une affection appelée sécheresse des yeux, soutenue par l’American Academy of Ophthalmology (AAO). Lorsque vous lisez un livre, votre regard a tendance à être plus bas que lorsque vous vous concentrez sur un écran. Ce dernier se situe au-dessus du regard normal, ce qui provoque un élargissement des paupières. Une ouverture plus large crée une plus grande surface pour l’évaporation et donc un œil sec.

Conseils

– Rappelez à vos enfants de cligner souvent des yeux et de faire des pauses toutes les 20 minutes tout en faisant la mise au point à au moins 6 mètres pendant 20 secondes.
– Une règle sûre à mettre en œuvre à la maison est d’éviter l’utilisation de l’écran 1 à 2 heures avant le coucher.

Lire aussi