Publié le 29 novembre 2022, modifié le 29 novembre 2022.
Par La Rédaction

Elon Musk : “s’il n’y a pas d’autre choix, je ferai un téléphone alternatif”

Publié le 29 novembre 2022, modifié le 29 novembre 2022.
Par La Rédaction

Abandonneriez-vous votre téléphone et achèteriez-vous le nouveau smartphone d'Elon Musk s'il décidait d'en sortir un ?

Le propriétaire de Twitter, Elon Musk, a indiqué qu’il se lancerait à contrecœur dans le secteur de la fabrication de smartphones si sa société de médias sociaux était retirée des magasins d’applications respectifs d’Apple et de Google, à la suite de spéculations sur les plans des entreprises comme Apple. Divers commentateurs, dont CNBC , ont émis l’hypothèse qu’Apple et Google envisageaient d’abandonner Twitter en raison de violations potentielles des règles liées à la distribution de contenu ou de tout changement futur dans les options d’abonnement.

Dans le dernier d’une série de messages provocateurs publiés sur Twitter depuis la reprise de l’entreprise le mois dernier, l’homme d’affaires a indiqué qu’il recourrait à la fabrication de son propre téléphone portable si l’application était retirée des magasins officiels pour les appareils Apple et Android. Répondant à une question posée via la plateforme, il a déclaré : “J’espère bien que cela n’en arrivera pas là, mais, oui, s’il n’y a pas d’autre choix, je ferai un téléphone alternatif”. Le PDG de Twitter a affirmé aussi qu’Apple, désormais l’entreprise la plus puissante au monde, a “menacé de retirer Twitter” de l’App Store, mais il ne sait pas pourquoi. C’est peut-être vrai, mais des tensions se sont récemment accumulées entre les sociétés de Musk et de Tim Cook en ce qui concerne la modération du contenu. Peu de temps après, Phil Schiller, un Apple Fellow chargé de diriger l’App Store, a supprimé son compte Twitter après y avoir été actif depuis 2008.

Alors que Musk souhaite rendre Twitter moins dépendant de la publicité en orientant les utilisateurs vers son service d’abonnement Blue, les publicités ont généré près de 90 % des 5,1 milliards de dollars de revenus de Twitter l’année dernière, dont une bonne partie provient d’Apple, note Bloomberg. Pendant ce temps, “plusieurs agences de publicité et acheteurs de médias de premier plan” ont déclaré au Financial Times que presque toutes les grandes marques qu’ils représentent ont suspendu leurs dépenses sur la plateforme de médias sociaux, citant l’alarme face à l’approche ad hoc de Musk pour contrôler le contenu et la décision de supprimer bon nombre de ses équipe de vente d’annonces.

Le commentaire a fait le buzz prévisible sur la plateforme, provoquant des commentaires de fans et de critiques enthousiastes, et a été repris par un certain nombre de médias mondiaux.

Bien que l’idée ait été soutenue par certains en ligne, les grandes entreprises essayant de promouvoir des systèmes d’exploitation alternatifs ont eu du mal dans le passé. C’est tout aussi incroyable de voir le nombre de personnes qui parlent d’abandonner leur smartphone pour un téléphone théorique que Elon Musk ne s’est pas encore engagé à construire, ce qui prendrait probablement des années dans la conception, le développement et la distribution. Construire un smartphone avec un nouvel OS est accessible, d’autant que les entreprises d’Elon Musk sont toutes des softwares companies, donc rien n’est impossible, l’époque est aussi propice à de nouvelles aventures dans les OS, à suivre !

Retour en 2009

Peek, le fabricant de l’appareil de messagerie et de SMS Peek, avait lancé le premier appareil mobile Twitter au monde exclusivement sur Amazon.com. TwitterPeek promettait de libérer le frisson de Twitter en permettant à des millions de personnes de tweeter des nouvelles, des histoires et des idées intéressantes dès qu’elles se produisent, en temps réel, sans smartphone ni forfait de données coûteux. À l’époque, pour 99 $, y compris avec un service illimité, TwitterPeek offrait un prix qu’aucun smartphone ne peut égaler et une expérience utilisateur bien supérieure à la messagerie SMS Twitter avec un téléphone portable traditionnel. Mais cela fût un échec ! En 2012, Peek a annoncé qu’il allait mettre fin à la prise en charge de l’appareil Peek.

Peek s’est d’abord fait connaître avec le Peek, l’ordinateur de poche pour e-mail uniquement. La simplicité de l’appareil était destinée à plaire aux consommateurs qui ne voulaient pas la complexité et les coûts mensuels liés à la possession d’un smartphone, mais souhaitaient tout de même envoyer et recevoir des e-mails. En Europe, c’est Martin Varsavsky, fondateur de Fon, qui était présent sur l’event le Web en 2009, il avait présenté le Peekfon !

Lire aussi