Publié le 13 octobre 2021.
Par La Rédaction

Digital Market Act : Qwant, DuckDuckGo, Ecosia et Lilo Vs Google (Android)

Publié le 13 octobre 2021.
Par La Rédaction

Une lettre ouverte porte à l’attention de Bruxelles l’abus de position dominante de Google sur le choix par défaut des moteurs de recherche sur les mobiles Android.

Tout en se livrant une concurrence naturelle pour offrir aux utilisateurs un large éventail de choix pour effectuer des recherches sur le Web, Qwant, DuckDuckGo, Ecosia et Lilo interpellent le législateur européen sur l’accaparement par Google des positions par défaut. Il y a quelques mois, en réponse à la décision de la Commission européenne sur la concurrence sur la plate-forme Android, Google a mis en place un menu de préférences qui permet aux utilisateurs de choisir leur moteur de recherche par défaut lors de la première configuration d’un appareil fonctionnant sous Android. Pourtant, malgré les récents changements, cette possibilité montre clairement ses limites, car :

Ce menu n’est affiché qu’une seule fois, au moment de la première configuration de l’appareil, dans le cadre d’un processus d’intégration conçu par Google, à un moment où les utilisateurs ne se posent pas la question du moteur de recherche qu’ils désirent choisir ;
S’ils décident plus tard de changer de moteur de recherche par défaut, ils doivent passer par une longue série de manipulations complexes et potentiellement décourageantes ou réinitialiser leur téléphone ;
Ce choix initial du moteur de recherche par défaut ne garantit pas à l’utilisateur que certaines applications ou services ne continueront pas à utiliser Google pour leur fonction de recherche.

Ainsi, Qwant, DuckDuckGo, Ecosia et Lilo préconisent (Lettre ouverte aux législateurs), dans l’intérêt des internautes, un menu de préférences correctement conçu et se tiennent disponibles pour y travailler de concert avec Google et la Commission européenne. Si le Digital Market Act ne parvient pas à résoudre ce problème fondamental, le statu quo se poursuivra, entravant la liberté de choix du consommateur européen.

Les arguments de Google

Les avocats de Google et le responsable de la concurrence de l’UE se sont affrontés au sujet des accords de distribution d’applications mobiles (MADA) de l’entreprise qui obligent les fabricants de téléphones (OEM) à préinstaller l’application Google Search et l’application de navigateur Chrome en échange d’une licence gratuite de Google Play. “Ce modèle de licence est ce qui a attiré les OEM vers la plate-forme Android, et ce qui a permis à ces OEM d’offrir une expérience utilisateur cohérente et de haute qualité au prix le plus bas possible, a déclaré l’avocat de Google“, Alfonso Lamadrid, au Tribunal.

L’avocat de la Commission, Carlos Urraca Caviedes, a rejeté l’argument, qualifiant les accords et autres restrictions de politique de la carotte et du bâton de Google envers les fabricants de téléphones. “Ces derniers ont aidé Google à s’assurer que ses concurrents n’atteindraient pas une masse critique pour contester sa domination”, a-t-il déclaré au tribunal. Urraca Caviedes a déclaré que ce que Google a fait « va au-delà de ce qui est nécessaire pour développer et maintenir la plate-forme Android ».

Un verdict pourrait tomber l’année prochaine !

Lire aussi
Tech

Wear OS un succès indéniable

Pour Samsung et Google, Wear OS est un succès indéniable, car il y a maintenant plus de trois fois plus d'appareils Wear OS actifs que l'année...