Publié le 23 avril 2024.
Par La Rédaction

Centres de données et IA : vers une crise énergétique ?

Publié le 23 avril 2024.
Par La Rédaction

La demande croissante pour les centres de données accroît la consommation d'énergie de l'industrie technologique. La montée de l'IA fait doubler l'utilisation énergétique des centres de données d'ici 2030. Poussée par des exigences génératives insatiables en matière d'IA, la demande de puissance des centres de données entraînera un rationnement et des pannes d'électricité d'ici deux à quatre ans.

Face à l’urgence climatique, les grandes entreprises technologiques ont établi des objectifs climatiques de plus en plus ambitieux. Microsoft vise à devenir « carbone négatif » d’ici 2030 et envisage d’éliminer l’équivalent du carbone émis par l’entreprise depuis sa création d’ici 2050. Google et Meta projettent également d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2030. Nvidia compte utiliser 100 % d’énergies renouvelables pour ses opérations de type Scope 1 et 2 d’ici 2025. Même les entreprises axées sur les produits de consommation, comme Amazon et Apple, se fixent des objectifs similaires, visant respectivement la neutralité carbone d’ici 2040 et 2030.

Ces géants explorent diverses méthodes pour réduire leur empreinte carbone, allant de la fabrication propre à la capture du carbone, en passant par des initiatives internes telles que l’adoption de cuisines entièrement électriques. Toutefois, les objectifs climatiques de ces géants de la technologie sont mis à l’épreuve par leur consommation élevée d’énergie, notamment dans les centres de données et l’utilisation de modèles informatiques avancés, qui sont particulièrement gourmands en énergie. Selon les experts, cette industrie reste intrinsèquement énergivore, un défi majeur pour ces entreprises dans leur quête de réduction des émissions.

Une consommation électrique galopante

Actuellement, l’industrie technologique est un puissant aspirateur à énergie, principalement du fait de son exigence en centres de données. Ces colossales installations nécessitent une quantité phénoménale d’énergie pour maintenir leur système de refroidissement et assurer le fonctionnement des services cloud. Selon le département de l’energie, ces centres consomment de 10 à 50 fois plus d’énergie qu’un bâtiment commercial classique, faisant representer à eux seuls 2% de toute l’énergie utilisée aux États-Unis.

Une croissance de l’IA qui aggrave le problème

De plus, la croissance exponentielle de l’IA ne fait qu’aggraver ce problème, comme l’a souligné Greg Smithies, associé et co-responsable de l’équipe d’investissement en technologies climatiques chez Fifth Wall. En effet, le développement de l’IA entraîne une demande croissante en centres de données. Une étude de Newmark, une société de conseil en immobilier commercial, annonce un doublement de la consommation énergétique des centres de données d’ici 2030 par rapport à 2022.

Innovation technologique : des brevets pour l’optimisation énergétique

Dans ce contexte, plusieurs firmes tech ont déposé des brevets pour des systèmes visant à “gérer la consommation d’énergie dans les centres de données”. Nvidia propose d’identifier et de débrancher les serveurs sous-utilisés qui gaspillent de l’énergie; Intel envisage d’attribuer des quotas d’énergie propre à des tâches intensives spécifiques, tandis que Google a déposé une demande de brevet pour un système prévoyant et atténuant les opérations consommant beaucoup d’énergie carbonée.

Des solutions pour la transition vers des énergies propres malgré les défis

Malgré ces défis, plusieurs options s’offrent pour combler le fossé entre les énergies sales et propres. L’option classique est la batterie, souvent utilisée comme backup. L’hydrogène propre est une autre solution, principalement lors des cycles saisonniers. Par ailleurs, il existe également l’option nucléaire, notamment avec le développement de petits réacteurs modulaires. Gartner a publié un rapport sur le sujet pour que les chefs de produits des centres de données doivent évaluer les RMS nucléaires comme une source d’énergie fiable, sans émissions et dédiée pour maintenir la continuité et réduire la vulnérabilité. L’utilisation de petits réacteurs modulaires pour alimenter les centres de données pourrait fonctionner dès le début des années 2030

Les firmes Tech ont les ressources nécessaires pour effectuer de grands changements en investissant dans ces technologies, mais cela pourrait leur demander de dépasser leur propre chaîne de valeur. Malheureusement, il n’y a pas de solutions miracles ici. Nous devons vraiment tout faire.

Lire aussi