Publié le 28 juillet 2020.
Par La Rédaction
App

Apple fait appel à une étude indépendante pour justifier le taux de commission de l’App Store

Publié le 28 juillet 2020.
Par La Rédaction
Photo : Apple

Photo : Apple

Face aux allégations antitrust et à la colère de certains développeurs d'applications, Apple a décidé de passer à nouveau à l'offensive. Le taux de commission de l'App Store d'Apple est similaire en ampleur à celui des autres magasins d'applications !

Pour la deuxième fois en autant de mois, la société a commandé une étude indépendante au Analysis Group, dans une tentative pas trop dissimulée de façonner l’opinion publique sur ses pratiques App Store. Selon un récent rapport Bloomberg, les développeurs tiers ont généré plus de 46 milliards de dollars de revenus pour Apple au cours du dernier exercice. Apple ne tire aucun revenu de 84% des applications de l’App Store ! Il existe de toute façon des points noirs sur l’App Store et une étude ne pourra effacer les demandes qui ne sont pas que financières des développeurs indépendants.

Apple souhaite mettre en avant son point de vue et les faits :

  • L’écosystème App Store d’Apple facilite les interactions entre les développeurs d’applications et près d’un milliard de propriétaires d’appareils Apple dans le monde.
  • Pour promouvoir son succès, Apple propose aux développeurs des services de distribution, de recherche et de révision, ainsi qu’un ensemble d’outils pour créer et monétiser les applications.
  • Apple investit également dans la sécurité de l’App Store et dans le développement des nouvelles technologies et fonctionnalités.
  • Apple ne facture pas aux développeurs de proposer chaque application individuelle sur l’App Store, de diffuser des mises à jour aux utilisateurs, ou pour accéder aux outils d’analyse d’applications, de marketing et de développement d’Apple.

Apple reçoit alors une commission des développeurs lorsque les utilisateurs téléchargent des applications payantes et effectuent des achats via l’application du contenu numérique, des services et des abonnements.

Taux de commission de l’App Store

En juin, juste à temps pour sa conférence annuelle mondiale des développeurs, Apple avait vanté les résultats d’une étude évaluant l’impact économique de l’écosystème App Store, qui avait révélé que l’App Store soutenait 519 milliards de dollars de factures et de ventes l’année dernière, et dont Apple n’a vu qu’un petit pourcentage. La semaine dernière, une autre étude du groupe d’analyse a comparé les pratiques de commission largement critiquées d’Apple à celles de la concurrence, concluant que le taux de commission de l’App Store d’Apple est similaire en ampleur à celui des autres magasins d’applications et des marchés de contenu numérique.

Apple facture une commission de 30% sur les ventes d’applications, les achats intégrés de contenu numérique et les abonnements effectués via les applications iOS (ces derniers passant à 15% après la première année), ce qui a attiré l’attention des autorités de la concurrence, en particulier dans les cas où Apple est en concurrence avec des fabricants d’applications tiers (par exemple, Apple Music vs Spotify).

Alors que certaines personnes pourraient être surprises qu’Apple, une entreprise de matériel informatique, se batte autant pour maintenir sa structure de commissions en place, le tableau suivant explique la détermination de l’entreprise à maintenir le statu quo. Selon la société d’analyse d’applications Sensor Tower, les dépenses de consommation sur l’App Store d’Apple et Google Play ont dépassé les 50 milliards de dollars au premier semestre 2020, les deux tiers de ce total étant dépensés sur l’App Store. En supposant que la majeure partie de ce total soit admissible à la commission d’Apple, cela représente environ 10 milliards de dollars de revenus pour les six premiers mois de 2020 seulement, ce qui, même pour Apple, n’est pas un changement mineur.

Autres Market Places

L’étude à fait le point sur d’autres market place de produit numérique comme le gaming. Les jeux représentent une part importante des applications mobiles, les marchés numériques de jeux vidéo sont une deuxième comparaison naturelle avec les magasins d’applications. En plus d’être vendus sur mobile, les plates-formes, les jeux vidéo sont également vendus via les magasins en ligne de console de jeux vidéo par les fabricants tels que Microsoft (Xbox), Sony (PlayStation) et Nintendo, ou via des plates-formes de distribution de jeux vidéo telles que Steam (propriété de Valve) et Epic Games Store pour les jeux sur PC.

Outre les jeux vidéo, une variété de contenus numériques est publiée par les plates-formes. Celles-ci sont souvent spécialisées et moins similaires à l’App Store d’Apple. Ces plates-formes qui distribuent du contenu numérique facturent généralement des commissions comprises entre 30 et 50%, comme indiqué ci-dessous. Alors que certaines de ces plates-formes prélèvent une commission sur les transactions payantes, d’autres prennent une commission sur les revenus publicitaires, ou les deux.

Lire aussi
Article abonné

Brèves nouvelles Tech S51

Voici notre veille Tech qui couvre les grandes marques, les paiements, la publicité, les smartphones, les applications, la réalité augmentée,...