Publié le 15 décembre 2020.
Par La Rédaction

Apple a lancé en interne le développement de son premier modem cellulaire

Publié le 15 décembre 2020.
Par La Rédaction
Création : servicesmobiles

Création : servicesmobiles

Le composant remplacerait éventuellement les puces mobiles de Qualcomm. Le développement d'un modem cellulaire est un défi, les iPhones 12 avec la 5G utilisent des modems Qualcomm.

Le géant a entrepris depuis quelques années le fait d’avoir la maitrise de la conception de composants stratégiques comme les nouveaux processeurs M1 des derniers MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini. Apple va davantage contrôler sa fabrication, son calendrier, ses coûts, sa chaine d’approvisionnement, ses propres technologies et aller plus vite dans l’innovation ! Depuis 2010, avec le processeur principal A4 de l’iPhone 4 et de l’iPad, Apple avait amorcé le départ de sa production interne. Depuis, Apple a étendu ce travail aux processeurs des caméras, aux puces pour gérer les tâches d’intelligence artificielle et collecter des données de mouvement, ainsi qu’aux puces pour les montres Apple, les Apple TV et les AirPods.

Les modems sont l’un des composants les plus critiques d’un iPhone, car ils connectent l’appareil aux réseaux cellulaires afin que les utilisateurs puissent naviguer sur le Web, accéder aux applications et passer des appels téléphoniques. Pour que cela fonctionne partout, il faut des couches d’ingénierie spécialisée et un vaste savoir-faire industriel qui prend du temps à acquérir.

Le marché mondial des processeurs cellulaires a augmenté de 9 % d’une année sur l’autre pour atteindre 5,2 milliards de dollars au premier trimestre 2020.

Apple a commencé à construire durant l’année 2020 son propre modem cellulaire pour ses futurs appareils, une décision qui remplacerait les composants de Qualcomm. C’est le vice-président senior des technologies matérielles d’Apple qui l’a révélé. Apple poursuit ses investissements stratégiques à long terme, comme les puces qui sont un élément essentiel pour permettre à leurs produits de rester à la pointe et de s’assurer la maitrise de technologies innovantes pour son avenir.

Rappelons que le modem cellulaire est l’une des parties les plus importantes d’un smartphone, permettant les appels téléphoniques et la connexion à Internet via des réseaux cellulaires. Il est évident que l’acquisition à un milliard de dollars de l’activité de modem d’Intel en 2019 a aidé Apple à constituer une équipe d’ingénieurs en matériel et en logiciel pour développer son propre modem cellulaire. Pratique courante des rachats, posséder le capital humain (2 200 employés), les brevets (17 000) et l’innovation, pour aller plus vite. Le modem était l’une des rares puces sans fil conçues par la société, y compris la série W de l’Apple Watch et la puce ultra large bande U1 de l’iPhone pour des informations de localisation précises.

Apple veut rompre sa dépendance à l’égard de Qualcomm

À ce stade, un accord de brevet de 2019 entre Apple et Qualcomm comprend un accord de licence durant six ans. Qualcomm facture des frais de licence aux fabricants de téléphones basés sur les brevets qu’il détient, qu’ils utilisent ou non ses puces. Qualcomm a chuté de plus de 7 % à 144,28 $ en bourse la semaine dernière. Certains analystes doutent du potentiel de réussite d’Apple dans le développement d’un modem cellulaire et pensent que ce n’est en aucun cas assuré.

D’autant que Qualcomm excelle dans ce domaine dans quasiment tous les smartphones construits sur la planète. Qualcomm (capitalisation 165,45 Md$) gère des laboratoires qui reproduisent l’environnement que n’importe quel téléphone connaîtra partout dans le monde. Ses ingénieurs travaillent avec des opérateurs depuis des décennies pour régler leurs systèmes et s’assurer que tout fonctionne de manière synchronisée. Ces connaissances et cette expérience ont agi comme un obstacle pour que d’autres entreprises rompent leur mainmise sur cette partie très lucrative de l’industrie des semi-conducteurs.

Qualcomm est toujours leader sur le marché avec 42 % de part de revenus au premier trimestre 2020, suivi de HiSilicon avec 20 % et MediaTek avec 14 %. Les expéditions autour de la 5G représentaient près de 10 % du total des expéditions au premier trimestre 2020, mais ont capturé jusqu’à 30 % des revenus totaux. Qualcomm a consolidé sa position de leader sur le marché de la 5G avec ses produits 5G de deuxième génération, notamment le modem mince X55 et les SoC Snapdragon 765/G 5G. Strategy Analytics estime que Qualcomm a expédié plus de chipsets 5G au premier trimestre 2020 que la société n’en a expédié en 2019, grâce aux lancements importants de produits phares et de milieu de gamme 5G par ses clients, notamment Samsung, Xiaomi, Oppo, Vivo et autres. Qualcomm, par exemple, détenait plus de 90 % des parts au début de la 4G, mais la société est désormais confrontée à HiSilicon, MediaTeK, Samsung et Unisoc dans la 5G. Qualcomm occupe une solide position de leader 5G qui devrait non seulement se traduire par de forts gains de parts avec les principaux fabricants OEM de smartphones, mais également offrir une opportunité allant jusqu’à 1,5 fois de plus en dollars que sur un smartphone client 4G similaire.

Qualcomm dispose désormais de plus de 110 licences 5G

Apple n’est pas seul à vouloir détenir la maitrise de ses puces et processeurs, les efforts de Samsung LSI pour s’étendre au-delà de Samsung Mobile ont montré des résultats fructueux, l’adoption de la puce 5G par Vivo ayant bien progressé au cours du trimestre. La capacité de Samsung LSI à maintenir son ambition de puce 5G marchande reste cependant à voir.

Lire aussi
Article abonné

Brèves nouvelles Emobility S51

La révolution électrique est là et la façon dont nous naviguons dans le monde change à un rythme rapide. Nous suivrons les usages, les marchés...