Connect

Internet des objets, une croissance de 10% par an

Par le

Le marché de l’Internet des objets (IoT : Internet of things), malgré la place qu’il occupe dans les médias et dans les stratégies d’entreprise, n’en est encore qu’à ses débuts malgré les 11,2 milliards d’objets connectés dans le monde en 2017. IDATE DigiWorld publie sa base de données des marchés de l’IoT couvrant les plus grands marchés en Europe et dans le monde (dont le Brésil, les Etats-Unis, la Chine, le Japon…) et 14 marchés verticaux (agriculture, industrie, automobile, électronique, utilities, logistique, transport, commerce, smart home, smart city, sport, santé, communication, etc.).

« Nous prévoyons un taux de croissance de 10% par an, pour atteindre un parc de 35 milliards d’unités en 2030 », souligne Samuel Ropert, Lead analyst IoT « avec une zone Asie-Pacifique particulièrement dynamique puisqu’elle représente à elle seule déjà 48% du marché total en 2017. A tel point que nous nous attendons à voir la Chine passer devant les Etats-Unis en 2021. »

L’Europe aborde le marché avec des points forts différents selon les pays

En Europe, l’Allemagne prend le leadership grâce à ses positions fortes dans l’automobile, et l’industrie (notamment via l’initiative publique Industrie 4.0). Le Royaume-Uni se distingue particulièrement dans les secteurs du smart metering et de la sécurité. L’Italie se distingue par un leadership sur le marché du smart metering (lancé bien avant ses voisins Européens) suivi par la France et l’Espagne.Il est donc encore impossible de parler d’une prochaine maturité des marchés, d’autant que les différences sectorielles sont encore très fortes :

Le marché des Utilities (énergie, eaux…) est très en avance, porté par les réglementations nationales et les politiques publiques.
Encore balbutiant, l’automobile va devenir le second marché le plus important en 2030 porté par les réglementations (telle eCall en Europe) et bien sûr l’avènement des voitures autonomes.

En terme de technologie, l’accès Wireless standardisé (comme le WiFi et le Bluetooth), déjà dominant en 2017, restera en tête en 2030, en raison du fort développement attendu des applications grand public (maison connectée, de sport/wellness et de gadgets électroniques) et bien sûr de son faible coût. Mais c’est l’IoT cellulaire (via les normes NB-IOT, LTE-M et prochainement la 5G) qui devrait connaître la plus forte croissance (avec plus de 55% par an d’ici 2030), tandis que les technologies LPWA (LoRa, Sigfox) progresseront de 16% d’ici 2030.