Publié le 20 février 2024, modifié le 20 février 2024.
Par La Rédaction

Quels sont les coûts de l’indépendance des puces électroniques ?

Publié le 20 février 2024, modifié le 20 février 2024.
Par La Rédaction

Découvrez les coûts cachés de l'indépendance des puces électroniques : un enjeu stratégique pour l'avenir de la technologie.

La quête d’indépendance des puces : une course aux armements technologiques

Le PDG de Nvidia, Jensen Huang, a suscité de grandes discussions cette semaine en annonçant que la recherche d’autonomie des États-Unis en matière de puces électroniques pourrait s’échelonner sur une période de dix à vingt ans. Cette affirmation est d’autant plus ironique que de nombreux spécialistes du secteur avancent une prédiction similaire concernant la Chine et son aspiration à l’autosuffisance dans ce domaine. La part des États-Unis dans la capacité mondiale de fabrication de puces a chuté de plus de deux tiers au cours des 30 dernières années pour s’établir à environ 12%. Pour inverser rapidement la tendance, le pays a mis en place le CHIPS and Science Act, accompagné d’un soutien financier de 52,7 milliards de dollars pour la R&D et les initiatives de fabrication de semiconducteurs sur dix ans.

La Chine face aux sanctions commerciales

En Chine, les sanctions commerciales dirigées par les États-Unis, restreignant l’importation de puces avancées ainsi que de machines de fabrication de puces contenant des pièces ou des logiciels américains, ont été le principal moteur d’une poussée massive pour développer une industrie des semiconducteurs de pointe. Ces sanctions ont également visé l’équipement en provenance du Japon et des Pays-Bas.

Selon un article de recherche de S&P Global Ratings, ces nombreuses restrictions vont certes freiner les progrès de la Chine pendant des années, mais elles vont également inciter le pays à “mobiliser ses ressources considérables dans une démarche à la manière d’un programme spatial” pour faire avancer le secteur.

Le défi de la Chine : rattraper son retard

S&P Global Ratings souligne que la Chine dispose d’une industrie des puces importante et mature, mais est incapable de produire des siliciums de pointe sans technologie importée. Les interdictions rendent la tâche encore plus difficile et plus urgente pour le gouvernement. En guise d’illustration, les entreprises mondiales leaders en matière de conception électronique, de conception de puces et de fonderies ont en moyenne quatre à sept fois plus de brevets que leurs homologues chinois, comme le souligne S&P Global Ratings.

La production de puces par des entreprises chinoises sur le continent ne satisfait toujours pas plus de 20% de la demande locale, ce qui nécessite des importations annuelles de plus de 400 milliards de dollars. En 2015, le pays s’est fixé l’objectif ambitieux d’atteindre 40% d’autosuffisance d’ici 2020 et 70% d’ici 2025, dans le cadre de ses objectifs plus larges de Made in China 2025.

S&P Global Ratings suggère que les restrictions commerciales pourraient retarder de plusieurs décennies la capacité des entreprises chinoises à produire les puces les plus avancées. Cependant, le gouvernement, motivé par ce qu’il considère comme des tactiques commerciales injustes, canalise ses ressources considérables à travers les secteurs public et privé pour réduire cet écart. Face à ce défi, le gouvernement préparait en septembre le lancement d’un fonds de 300 milliards de yuans (42,2 milliards de dollars) pour soutenir son industrie des semi-conducteurs, intensifiant ses efforts suite aux mouvements d’investissement aux États-Unis et en Europe.

Cependant, l’innovation ne suit pas toujours une ligne droite, comme l’indique le lancement par Huawei de son nouveau Mate 60 Pro équipé d’une puce 7nm produite localement. Le média Bloomberg a identifié les fournisseurs locaux comme Maxscend Microelectronics et Beijing OnMicro Electronics. Ces entreprises ont pris le relais des fournisseurs précédents, Skyworks Solutions et Qorvo, pour la fourniture des composants. TechInsights a noté que l’unité de puces de Huawei, HiSilicon, a conçu le Kirin 9000. Ce processeur principal du Mate 60 Pro a été produit par la Semiconductor Manufacturing International Corp en utilisant un processus de 7nm.

Cette sortie a créé une certaine agitation dans l’industrie quant à l’origine du processeur et à sa compatibilité avec la technologie 5G, notamment en raison de l’interdiction faite à Huawei d’importer des puces 5G. Les équipements utilisés pour fabriquer la puce, appartenant à la société d’État Semiconductor Manufacturing International Corp, sont des machines de lithographie en profondeur dans l’ultraviolet, qui sont désormais soumises à des contrôles plus larges.

La nouvelle de la naissance de ce dispositif a été une immense victoire en termes de relations publiques pour Huawei et le gouvernement, les acheteurs locaux se précipitant pour soutenir une marque nationale produisant des puces haut de gamme malgré les restrictions croissantes imposées par un États-Unis jugé oppressant.

Le coût potentiel de l’indépendance technologique

La quête de l’indépendance technologique pourrait entraîner d’importants coûts à long terme. La création de deux réseaux incompatibles générerait moins de valeur qu’un seul réseau mondial, freinant la croissance à long terme de l’ensemble du secteur technologique au cours des dix à vingt prochaines années.

S&P Global Ratings reconnaît que le soutien gouvernemental dans l’industrie peut faire une différence, mais souligne que la poursuite de l’intégration mondiale est cruciale. Il met en garde contre le fait que la poussée vers la localisation et l’escalade des restrictions pourrait s’avérer coûteuse à long terme, en particulier pour les consommateurs et les producteurs de puces du monde entier, car elle augmente les coûts, nécessite des dépenses supplémentaires et entrave le développement de l’industrie. Le coût de l’indépendance est extraordinairement élevé : résoudre les différences pour améliorer la coopération et maintenir les canaux d’approvisionnement ouverts n’attire pas l’attention des médias ou ne rapporte pas de points politiques, mais apporte des avantages significatifs que l’industrie de la technologie a pu constater pendant des décennies.

Lire aussi