Publié le 9 juillet 2024.
Par La Rédaction

Prévention des conflits homme-faune au Kenya : l’IA et l’IoT comme remèdes inédits

Publié le 9 juillet 2024.
Par La Rédaction

L'Afrique abrite une faune exceptionnelle incluant notamment des lions, léopards, hyènes et éléphants. Cependant, il peut y avoir des complications pour les communautés vivant à proximité de ces habitats sauvages. Quels problèmes ces communautés peuvent-elles donc rencontrer ?

Conflit homme-faune : Une problématique complexe

Le monde sauvage et l’espace humain s’entremêlent de plus en plus, engendrant ce que l’on nomme le conflit homme-faune. Celui-ci se produit lorsqu’humains et animaux se disputent les mêmes ressources, avec parfois des conséquences dramatiques : attaques des animaux sur les personnes, destruction des cultures, tuerie du bétail, et dans une certaine mesure, représailles contre les bêtes. Le réchauffement climatique et la réduction constante de l’habitat naturel des animaux ne font qu’exacerber la situation.

La technologie, une solution potentielle

Dans ce contexte difficile, la technologie peut jouer un rôle salvateur. C’est ainsi que Vodafone, en collaboration avec Safaricom et le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), ont conjugué leurs forces pour créer une solution basée sur l’intelligence artificielle (IA). Leur objectif : fournir aux communautés locales un système de prévention et de dissuasion pour éloigner certains animaux et réduire les conflits.

Ces entreprises ont ainsi mis au point m-Twiga, du mot swahili pour “girafe”. Il s’agit d’une technologie innovante qui conjugue l’Internet des Objets (IoT) et l’IA. Après un premier test probant au parc Longleat Safari au Royaume-Uni, l’équipe a conduit un essai sur le terrain au Kenya, pays où de nombreux conflits homme-faune se produisent.

m-Twiga en action

Le fonctionnement de m-Twiga est simple mais efficace. Il s’agit d’un système de caméras à 360 degrés qui, grâce à l’IA, détecte et identifie les animaux à proximité. Lorsqu’un animal est repéré, le système envoie un SMS aux gardes forestiers pour les alerter de la présence de l’animal. Il déclenche également un dispositif de dissuasion, comme des lumières clignotantes ou des bruits spécifiques pour éloigner l’animal potentiel.

L’évaluation de la solution au Kenya a permis à l’équipe de développement de collecter une grande quantité de données sur les animaux dans leur habitat naturel. Ces informations permettent d’affiner le modèle d’IA pour identifier plus rapidement et efficacement les animaux potentiellement dangereux.

Protéger la planète par la technologie

Une fois les tests de m-Twiga terminés, l’équipe – composée de Vodafone, Safaricom et du WWF – envisage de développer davantage la solution. Par ailleurs, la collaboration avec le WWF a permis d’employer la technologie IoT pour résoudre d’autres défis liés à la biodiversité, démontrant une fois de plus que la technologie peut être au service de la protection de la planète.

 

Lire aussi