Publié le 18 juin 2021.
Par La Rédaction

Manque d’infrastructures numériques pour l’usage des comptes d’argent mobile

Publié le 18 juin 2021.
Par La Rédaction

Le manque d’infrastructures numériques pourrait laisser des millions de familles rurales dans la pauvreté. Le FIDA lance un appel d’urgence lors de la Journée internationale des envois de fonds à la famille.

C’est le paradoxe de nos sociétés, les uns vivent dans l’opulence des solutions numériques et des infrastructures, les autres avec des manques importants.

Malgré une augmentation considérable du volume des fonds envoyés par les personnes migrantes vers leurs pays d’origine par des moyens numériques en raison de la pandémie de Covid-19, des millions de membres de leurs familles vivant en milieu rural peinent à accéder aux services bancaires mobiles qui pourraient les aider à sortir de la pauvreté. Pendant la pandémie, les personnes migrantes ont montré qu’elles restaient déterminées à aider leurs familles et leurs communautés en utilisant plus que jamais auparavant les moyens numériques pour envoyer des fonds.

L’année dernière, les envois de fonds par téléphonie mobile ont augmenté de 65 % pour s’établir à 12,7 milliards d’USD. Cette hausse s’explique par l’abandon des espèces sous l’effet des mesures de confinement, qui ont limité le recours aux canaux informels et des règles de distanciation physique imposées aux expéditeurs comme aux destinataires. Malgré la récession mondiale causée par la pandémie, les personnes migrantes ont continué d’envoyer de l’argent à leurs familles. En 2020, ces envois de fonds ont atteint 540 milliards d’USD, soit un montant inférieur de seulement 1,6 % à celui enregistré l’année précédente.

Journée internationale des envois de fonds à la famille

Hier a eu lieu la Journée internationale des envois de fonds à la famille parfois désignée par l’acronyme anglais IDFR et adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle est donc célébrée le 16 juin. Cette journée met à l’honneur les plus de 200 millions de travailleuses et travailleurs migrants qui envoient de l’argent à plus de 800 millions de membres de leur famille dans leur pays d’origine. Elle souligne également la grande résilience des travailleurs migrants face à l’insécurité économique, aux catastrophes naturelles et climatiques, et à la pandémie. Désormais reconnue au niveau mondial, la Journée fait partie des initiatives majeures en vue de la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (objectif 20), qui préconise une réduction des coûts de transfert et une plus grande inclusion financière grâce aux envois de fonds.

Le FIDA lance un appel d’urgence

Si la pandémie a accéléré l’adoption des virements en ligne et des comptes d’argent mobile, elle a également mis en lumière l’omniprésence des inégalités femmes-hommes. D’après les données dont nous disposons, la probabilité qu’une femme possède un compte d’argent mobile est de 33 % inférieure à celle d’un homme. Nous devons nous atteler à combler cet écart en éliminant les obstacles qui empêchent les femmes d’obtenir et d’utiliser des services financiers mobiles. La GSMA œuvre dans ce sens dans de nombreux pays depuis plusieurs années mais en 2019, ce sont 432 millions de femmes de plusieurs pays qui ne sont toujours pas connectées !

Malheureusement, les familles vivant dans des zones rurales et reculées, où les envois de fonds sont cruciaux, accèdent difficilement aux guichets délivrant des espèces ou à d’autres solutions plus pratiques telles que les comptes d’argent mobile. Les pouvoirs publics et le secteur privé doivent investir de toute urgence dans les infrastructures numériques des zones rurales afin de remédier à ce problème.

Le FIDA qui est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies tire la sonnette d’alarme ! Depuis mars 2020, le FIDA dirige le Groupe de travail de la communauté des envois de fonds, composé de 41 organisations internationales, organes intergouvernementaux, groupes sectoriels, acteurs du secteur privé et réseaux d’organisations de la diaspora, qui s’emploie à faire face aux effets qu’a la pandémie de Covid-19 sur le milliard de personnes directement concernées par les envois de fonds.

Lire aussi