Publié le 3 décembre 2021, modifié le 3 décembre 2021.
Par La Rédaction

L’opérateur UK, BT, s’est fixé des objectifs impressionnants avec zéro émission !

Publié le 3 décembre 2021, modifié le 3 décembre 2021.
Par La Rédaction

Les industries des télécommunications et de l'informatique peuvent contribuer à moins de 1,5 % de toutes les émissions de carbone d'origine humaine.

Une valeur fondamentale du réseau mobile est sa fiabilité, ce qui signifie qu’il est disponible pendant 99,999 % du temps, ou sauf cinq minutes par an. Mais cela a un coût… Elle nécessite la duplication d’équipements et d’infrastructures, qui à leur tour consomment de l’énergie. Dans les zones rurales, en particulier dans les pays émergents, cela peut signifier l’installation de stations de base alimentées par leurs propres générateurs diesel. Les économies de coûts ont toujours stimulé la consommation d’énergie, mais dans le passé, la relation entre les dépenses d’investissement et les coûts d’exploitation n’était pas calculée en termes d’impact environnemental explicite. L’utilisation de combustibles fossiles fournit une énergie fiable et bon marché, néanmoins, les sources renouvelables sont moins fiables et doivent donc être alimentées par des batteries, ce qui les rend beaucoup plus chères.

Avec la réglementation et l’opinion publique comme forces motrices, les motivations de l’industrie des télécommunications sont en train de changer. Et l’équation devient plus facile à équilibrer. Les cellules solaires deviennent plus efficaces avec l’introduction des semi-conducteurs composés, ce qui signifie qu’il faut acheter moins de terres. Les prix des panneaux photovoltaïques baissent grâce à d’énormes augmentations de l’échelle de fabrication et les densités de puissance des batteries s’améliorent. Des technologies telles que les batteries à flux peuvent bien fonctionner avec les énergies renouvelables telles que l’énergie éolienne, solaire et marémotrice qui ne sont pas disponibles en permanence.

Accenture suggère qu’à partir de 2029, les décisions de retirer les anciens réseaux mobiles 3G et de migrer les clients vers la 5G réduiront la demande énergétique des réseaux mobiles, contribuant à la baisse globale de la demande énergétique de 10 % entre 2020 et 2030.

Le cas BT

L’entreprise (30 millions de foyers) prévoit d’être à zéro net d’ici à 2030 et d’exiger de ses fournisseurs et clients qu’ils fassent de même d’ici à 2040. C’est une étape ambitieuse, augmentant la mise par rapport à un objectif précédent de 2045. Au cours de la dernière année, BT a consommé 2,5 térawatts d’électricité – pour les opérations qui sont maintenant 100 pour cent renouvelables.

C’est une voie que l’entreprise suit depuis 30 ans, et elle a été l’une des premières à se fixer un objectif de réduction des émissions de carbone en 1992. En 2008, elle a entrepris de réduire l’intensité de ses émissions de carbone, le rapport entre les bénéfices et les émissions, de 80 %. Ayant atteint cet objectif de quatre ans début 2016, l’entreprise s’est fixé un nouvel objectif en ligne avec l’objectif le plus ambitieux de l’Accord de Paris, aligné sur une trajectoire de 1,5 °C. Cet objectif est de réduire l’intensité des émissions de 87 % supplémentaires avec une échéance au début de 2031.

L’opérateur travaille avec ses fournisseurs pour les aider à réduire leurs émissions de carbone de 42 % d’ici à 2030. BT peut désormais se vanter d’avoir réduit l’intensité des émissions de ses opérations de 57 % depuis 2016/17 et d’avoir réduit les émissions globales de carbone de 19 % dans sa chaîne d’approvisionnement sur la même période.

Lire aussi
Télécom

15 news premium “free” sur la 5G

Chaque mois, 1 newsletter est entièrement gratuite, c'est le cas pour celle d'aujourd'hui. Si vous souhaitez soutenir la démarche et que ça...
Télécom

Les réseaux non terrestres 5G

5G et réseaux non terrestres couvre en détail la communication par satellite qui peut potentiellement jouer un rôle important dans l'exploitation...