Publié le 30 janvier 2024, modifié le 17 mai 2024.
Par Christophe Romei

L’Europe face à un fossé de connectivité grandissant !

Publié le 30 janvier 2024, modifié le 17 mai 2024.
Par Christophe Romei

Vodafone tire la sonnette d'alarme : le fossé de la connectivité en Europe ne cesse de s'agrandir! A quoi devons-nous nous attendre ? l'Europe a une opportunité de plusieurs milliards d'euros pour digitaliser son industrie et être compétitive à l'échelle mondiale, mais ce prix dépend entièrement de la rapidité d'adoption. Dans le monde d’aujourd’hui, la numérisation est désormais en train de devenir l'un des pilotes les plus puissants et multiplicateurs de compétitivité.

Le groupe Vodafone a récemment exprimé son inquiétude concernant le retard technologique de l’Europe par rapport aux États-Unis et à la Chine, en particulier dans les domaines de la 5G autonome (SA), de l’intelligence artificielle (IA) et de la cybersécurité. Ce retard, selon l’opérateur téléphonique, pourrait potentiellement entraîner un déclin économique accru en Europe. Dans son rapport intitulé Why Telecoms Matters, Vodafone souligne que la digitalisation, propulsée par les technologies 5G, représente une opportunité de plusieurs billions d’euros pour l’Europe. Selon lui, elle pourrait stimuler l’innovation, le secteur industriel et les services publics. Cependant, l’opérateur souligne également que l’Europe est encore loin de réaliser ses objectifs numériques.

L’utilisation de la technologie numérique pourrait diminuer jusqu’à 20% des émissions globales de gaz à effet de serre d’ici 2030. Cela inclut des applications de connectivité avancée comme les compteurs énergétiques intelligents, les réseaux électriques modernisés et les systèmes de gestion urbaine intelligente, qui contribuent à réduire la consommation énergétique et à équilibrer la demande avec l’offre. Pour les agriculteurs et habitants des zones rurales, les technologies de connectivité de pointe joueront un rôle essentiel dans l’augmentation de la productivité agricole, le soutien à des pratiques durables et l’élargissement des opportunités de télétravail ou de travail flexible, qui étaient auparavant principalement accessibles uniquement aux résidents urbains.

Investissement rural

L’Europe rurale, abritant 20% de la population mais ne contribuant qu’à 14% du PIB, fait face à un défi majeur. La revitalisation des zones rurales en Europe n’est pas seulement une question de justice sociale ou d’équité territoriale, c’est une stratégie économique astucieuse. En optimisant le potentiel rural, l’Europe pourrait non seulement diversifier son économie, mais aussi créer un équilibre plus durable entre les zones urbaines et rurales. C’est une vision à long terme qui mérite toute notre attention. Une étude de la Commission européenne qui a révélé que 80 nouveaux emplois sont créé pour 1 000 nouveaux utilisateurs du haut débit dans les zones rurales.

Investir dans les technologies numériques pour l’agriculture peut aider à la fois à protéger l’environnement et à transformer de manière significative l’emploi et l’économie en milieu rural. Si seulement 20 % des terrains agricoles de l’Union Européenne adoptaient des pratiques d’agriculture durable et respectueuse du climat, cela pourrait générer un profit d’environ 10 milliards d’euros pour le secteur. Une étude montre que si 20% des agriculteurs européens se tournent vers cette agriculture durable d’ici 2030, cela pourrait augmenter leurs revenus collectifs de 1,9 à 9,3 milliards d’euros par an.

Le fossé de connectivité

Il existe actuellement, selon Vodafone, un “fossé de connectivité alarmant” entre l’Europe et ses concurrents. Cette conclusion provient d’une analyse des données gouvernementales et des études de diverses sociétés de recherche. En outre, le rapport de Vodafone souligne que cette situation pourrait être inversée si l’Europe priorise le déploiement de technologies comme la 5G autonome. En effet, selon Vodafone, la capacité à fournir des applications à faible latence et à découper le réseau pour les industries de toutes tailles pourrait revitaliser la base industrielle européenne. Cependant, le manque d’investissement dans la 5G autonome a laissé l’Europe avec un “manque à gagner de plusieurs milliards d’euros”, entravant ses efforts pour rattraper les avancées en matière d’IA et de cybersécurité.

L’IA et la cybersécurité : un défi pour l’Europe

Vodafone a constaté que 73% des grands modèles sont construits aux États-Unis et 15% en Chine, tandis qu’aucun pays européen n’héberge actuellement son propre système IA généraliste. De plus, l’adoption des technologies de l’information par les entreprises européennes, comme le cloud computing et la 5G, est également à la traîne.

D’autre part, Vodafone souligne l’avance de la Chine en matière de déploiement de la 5G autonome et du computing de bord pour les entreprises, ainsi que pour améliorer la productivité des employés. Enfin, Joakim Reiter, directeur des affaires extérieures et corporatives de Vodafone, a déclaré : “L’Europe a une opportunité de plusieurs billions d’euros pour numériser son industrie et concurrencer à l’échelle mondiale, mais ce prix dépend entièrement de la vitesse d’adoption”. Il a ajouté que le mandat quinquennal du prochain Parlement et de la Commission européenne devait permettre à l’Europe de rectifier le cap, de réinitialiser la réglementation des télécoms héritée du passé et de créer un cadre de marché unique qui attire les investissements nécessaires pour déployer la 5G autonome rapidement.

Cas d’usage avec la réalité augmentée

L’entreprise allemande Bosch utilise la réalité augmentée (AR) pour former ses nouveaux ouvriers et aider les techniciens d’atelier dans des tâches de réparation complexes. Avec leur propre plateforme d’AR, nommée “Common Augmented Reality Platform” (CAP), ils superposent des informations utiles directement sur les images que le technicien voit en temps réel. Cela comprend l’identification des problèmes et des instructions de réparation étape par étape. Une étude de Bosch a montré que cette méthode permet de gagner 15% de temps sur les réparations et réduit aussi les coûts de formation du personnel. La réalité augmentée et virtuelle offre de grandes possibilités pour l’industrie, en permettant aux travailleurs de se former dans des environnements immersifs sans danger. Elle offre aussi la possibilité de simuler et de prototyper rapidement, ce qui aide les industriels à innover et à développer de nouveaux produits tout en réduisant les erreurs de conception.

Enfin, Bosch mentionne que leurs applications d’AR fonctionnent désormais avec le nouveau Microsoft HoloLens 2. Bosch emploie environ 85 500 collaborateurs de recherche et développement dans 136 sites dans le monde, dont environ 44 000 développeurs de logiciels.

Lire aussi