Publié le 29 mai 2024, modifié le 29 mai 2024.
Par Christophe Romei

L’essor des téléphones GenAI : le guide essentiel

Publié le 29 mai 2024, modifié le 29 mai 2024.
Par Christophe Romei

La technologie des téléphones GenAI est à nos portes, promettant de révolutionner le marché des smartphones. Découvrez ce que sont ces appareils, leurs caractéristiques distinctives, et ce que l'avenir nous réserve.

Le Pixel 8 Pro de Google, lancé en octobre 2023, se distingue comme l’un des premiers smartphones à intégrer une intelligence artificielle (IA) générative. Cette technologie révolutionnaire ouvre de nouvelles possibilités pour les utilisateurs, en offrant des fonctionnalités inédites et en améliorant considérablement l’expérience utilisateur. L’arrivée de l’IA générative dans les smartphones marque un tournant majeur dans l’industrie. Cette technologie a le potentiel de révolutionner l’utilisation des smartphones et de créer de nouvelles applications inimaginables auparavant.

Fonctionnalités de l’IA générative dans le Pixel 8 Pro :

  • Amélioration des photos : L’IA générative permet d’optimiser les photos en temps réel, en ajustant automatiquement la luminosité, les contrastes et les couleurs pour obtenir des résultats parfaits.
  • Création de contenu : L’IA peut générer de nouveaux contenus à partir de simples requêtes textuelles, comme des images, des textes ou de la musique.
  • Assistanat intelligent : L’IA anticipe les besoins de l’utilisateur et propose des suggestions contextuelles, comme des itinéraires optimisés ou des résumés d’e-mails.
  • Traduction : La traduction automatique est plus fluide et précise grâce à l’IA, qui prend en compte le contexte et le style de la langue.

D’autres fabricants de smartphones devraient suivre l’exemple de Google et intégrer l’IA générative dans leurs prochains modèles. Cela pourrait conduire à une nouvelle génération de smartphones encore plus performants et intelligents. Dans le même temps lors de la keynote sur le lancement des nouveaux Ipad, Apple a rappelé aux spectateurs qu’il utilise l’intelligence artificielle dans ses produits depuis des années, y compris un moteur de traitement neuronal pour prendre en charge sa puce bionique A11. L’IA chez Apple ne se limite pas à un seul produit. Elle est intégrée de manière cohérente dans tout l’écosystème Apple

Apple a démontré une intégration stratégique et progressive de l’IA dans ses produits et services, assurant à ses utilisateurs des améliorations constantes tout en respectant la confidentialité des données. L’entreprise n’a pas seulement suivi le mouvement de l’IA, mais elle a souvent été à l’avant-garde de son développement et de son application.

  • La puce bionique A11, introduite avec l’iPhone X en 2017, incluait un moteur neuronal dédié aux tâches d’IA, montrant ainsi la vision à long terme de l’entreprise.
  • Siri, lancé en 2011, est l’un des premiers assistants vocaux à grande échelle, utilisant l’IA pour comprendre et répondre aux commandes des utilisateurs.
  • Les iPhones, depuis l’iPhone 11, utilisent des algorithmes d’IA pour améliorer la qualité des photos en temps réel. Des fonctionnalités comme le mode nuit, Deep Fusion et le HDR intelligent démontrent l’utilisation avancée de l’IA pour optimiser les images.
  • Apple a utilisé l’IA pour transformer l’Apple Watch en un outil de santé puissant. Des fonctionnalités comme la détection de la fibrillation auriculaire, le suivi de l’ECG et l’analyse du sommeil utilisent des algorithmes sophistiqués pour surveiller et analyser la santé des utilisateurs.
  • Contrairement à certains concurrents, Apple a mis l’accent sur la confidentialité en traitant de nombreuses tâches d’IA localement sur les appareils plutôt que dans le cloud.

Qu’est-ce qu’un téléphone GenAI ?

Le terme “smartphone GenAI” a commencé à gagner en popularité il y a environ six mois, apparaissant dans des rapports de grandes firmes de recherche marketing. Mais qu’entend-on par téléphone GenAI ?

En décembre dernier, Counterpoint Technology Market Research a publié un rapport définissant les téléphones GenAI comme “un sous-ensemble de smartphones AI utilisant l’intelligence artificielle générative pour créer du contenu original, plutôt que de simplement fournir des réponses préprogrammées ou accomplir des tâches prédéfinies”. Gartner a proposé une définition similaire en février, ajoutant que ces téléphones sont capables d’exécuter localement des modèles AI génératifs pour produire de nouvelles versions de contenus, stratégies, designs et méthodes.

Les téléphones GenAI peuvent donc être définis par quatre caractéristiques principales :

  • Proposer des applications et outils d’IA générative, tels que des chatbots AI et des applications de génération et d’édition d’images.
  • Intégrer ces outils dans le système d’exploitation pour une utilisation fluide à l’échelle du système.
  • Disposer de processeurs spécialement conçus pour gérer des tâches AI complexes.
  • Être suffisamment puissants pour exécuter des modèles AI nativement sans recourir au cloud.

Ce qui ne constitue pas un téléphone GenAI

À la lumière de ces critères, peu de smartphones actuels peuvent être considérés comme de véritables téléphones GenAI. En effet, la plupart des smartphones disponibles aujourd’hui ne possèdent pas de puces conçues spécifiquement pour les tâches AI complexes. Par exemple, l’application ChatGPT sur un smartphone actuel traite vos requêtes sur les serveurs d’OpenAI, non localement sur l’appareil. De même, les applications de génération d’images s’appuient souvent sur des serveurs distants pour leur fonctionnement.

À ce jour, seuls les derniers modèles phares de Google et Samsung, comme la série Samsung Galaxy S24 et le Google Pixel 8 Pro, pourraient être qualifiés de téléphones GenAI. Ces appareils intègrent Gemini Nano, un modèle AI de Google capable de fonctionner directement sur le smartphone, à condition que le processeur soit assez puissant.

Même le dernier iPhone 15 Pro Max d’Apple ne peut être considéré comme un téléphone GenAI pour le moment.

L’avenir des téléphones GenAI

L’horizon des téléphones GenAI est en pleine expansion. Dès le mois prochain, Apple dévoilera iOS 18, qui pourrait introduire des fonctionnalités d’IA générative sur certains iPhones existants. Cependant, la capacité des puces Apple A-series à exécuter ces tâches localement déterminera si ces appareils pourront être classés comme téléphones GenAI. Les iPhones 16, prévus pour septembre, seront probablement les premiers téléphones d’Apple à être commercialisés comme tels. Il est probable qu’un iPhone doté d’IA pourrait également s’ajuster de manière automatique et transparente aux utilisateurs, en tenant compte du contexte de la voix, de l’audio, du langage naturel, ainsi que des images et des indices contextuels.

L’engouement autour des téléphones GenAI ne fait que commencer. Alors que les ventes de smartphones stagnent depuis des années, le boom de l’IA générative pourrait revitaliser ce marché. D’après Counterpoint, en 2024, seulement 11 % des expéditions de smartphones seront des téléphones GenAI. Toutefois, d’ici 2027, cette proportion devrait atteindre 43 %, avec une base installée mondiale dépassant le milliard d’appareils.

Les téléphones GenAI incarnent une avancée majeure dans la technologie des smartphones. Si les consommateurs adhèrent à ces innovations, cela pourrait relancer un marché en stagnation. Cependant, le succès de cette adoption dépendra de la capacité des fabricants à intégrer de manière transparente et efficace ces technologies dans des appareils accessibles au plus grand nombre.

L’avantage de l’usage d’un téléphone GenAI

La tendance des besoins de calcul se déplace du traitement en virgule flottante longue (FP) vers des représentations plus courtes en virgule flottante (short FP) ou en entier (INT), nécessitant moins de puissance de calcul. Le traitement de l’IA n’a pas besoin d’être entièrement centralisé dans des centres de données. Bien que l’entraînement des modèles d’IA se fasse encore majoritairement dans ces centres, de plus en plus d’inférences seront réalisées en périphérie (edge computing). Les CPUs modernes intègrent des cœurs neuronaux pour accélérer le traitement de l’IA en périphérie, réduisant ainsi les délais de réseau et la dépendance à la connectivité. Dans les 5 à 10 ans à venir, la majorité du traitement de l’IA se fera sur des dispositifs périphériques comme les téléphones, les PC et les appareils portables.

N’oublions pas que les GPUs soient essentiels pour l’entraînement de grands modèles, ils ne sont pas nécessaires pour l’inférence. D’ailleurs Google a indiqué que 2/5 du calcul est utilisé pour l’entraînement et 3/5 pour l’inférence, et à mesure que la base d’utilisateurs grandit, cette proportion se déplace de plus en plus vers l’inférence.

Autre développement à prendre en compte les réseaux des opérateurs qui vont devenir plus intelligents grâce à l’IA, permettant un traitement plus proche de l’utilisateur, y compris dans des petites unités au sein des stations de base. Le traitement local de l’IA deviendra de plus en plus crucial, notamment pour les agents et assistants personnels nécessitant un accès complet à nos données privées.

Bien que les GPU jouent un rôle central dans le développement de l’IA, le futur du calcul pour l’IA sera diversifié et distribué, impliquant une combinaison de différentes unités de traitement et une augmentation du traitement à la périphérie. Comprendre ces tendances est crucial pour prendre des décisions éclairées sur les investissements et les stratégies technologiques dans le domaine de l’IA.

Lire aussi