Publié le 17 mai 2024.
Par La Rédaction

Les dangers de l’intelligence artificielle (IA) : manque d’éducation et désinformation

Publié le 17 mai 2024.
Par La Rédaction

Découvrez ce que les experts en technologie redoutent le plus à propos de l'IA !

Selon des spécialistes de l’IA de Liberty Global, Microsoft et EY, le manque d’éducation sur cette technologie pourrait être aussi néfaste que son potentiel à propager des informations erronées et des “deepfakes”. Lors d’une table ronde organisée par un groupe d’opérateurs mobiles, Harvey Lewis, associé chez EY, a exprimé ses inquiétudes quant à la capacité des systèmes éducatifs actuels à suivre le rythme de développement de l’IA. Cette situation pourrait mettre en péril une technologie que lui et les autres intervenants s’accordent à dire pourrait être un puissant vecteur de démocratisation.

IA : une opportunité pour tous et un défi pour l’éducation

Harvey Lewis, auteur du rapport “Wired for AI” pour EY, a souligné que l’IA offre la possibilité à “n’importe qui dans le monde” de créer “la prochaine grande chose”.  Le rapport “Wired for AI” souligne le rôle transformateur de l’IA dans le secteur des télécommunications, capable d’ajouter jusqu’à 15,7 trillions de dollars à l’économie mondiale d’ici 2030. L’adoption de l’IA pourrait améliorer l’efficacité de 50% des emplois aux États-Unis, dans l’UE, au Royaume-Uni et en Suisse, générant une capacité productive équivalente à 124 millions de travailleurs et 7 trillions de dollars de salaires annuels. Le secteur des télécommunications pourrait voir une augmentation de 35% de l’efficacité grâce à l’IA. Les recommandations incluent des investissements dans la 5G, des cadres éthiques, et la promotion de l’innovation. Les défis incluent les risques technologiques, culturels et réglementaires.

Il a noté que le secteur de l’éducation pourrait ne pas s’adapter assez rapidement à cette technologie. Jed Griffiths, directeur numérique pour le Royaume-Uni chez Microsoft, a partagé cette préoccupation, se demandant si l’industrie en fait assez pour informer les utilisateurs des avancées récentes et rapides de l’IA. Il a également exprimé des inquiétudes quant à la capacité de la communauté technologique à éduquer et à rassurer les gens au sujet de l’IA, un sentiment qu’il a qualifié de “un peu nerveux”. Malgré l’importance de la responsabilité individuelle, il a insisté sur la nécessité pour l’industrie de prendre les bonnes décisions pour mettre les utilisateurs à l’aise.

L’IA : un outil de transformation qui requiert une adaptation rapide

Enrique Rodriguez, directeur technique de Liberty Global, a soutenu que l’IA poussera les gens à s’adapter et à apprendre à repérer les informations erronées et les “deepfakes”, qui devraient selon lui se multiplier à mesure que l’IA progresse. Il a fait un parallèle avec les réseaux sociaux, qui ont aussi donné naissance à de fausses informations que les gens ont appris à démasquer. Malgré leurs préoccupations, les intervenants étaient globalement positifs quant au potentiel de l’IA pour libérer une vague de créativité dans de nombreux secteurs. Rodriguez a qualifié l’IA de “grande intersection” entre la créativité et la technologie, tandis que Griffiths a souligné son potentiel pour permettre à des personnes ayant des difficultés d’accès à l’informatique de l’utiliser, ouvrant ainsi la voie à “une toute nouvelle partie de notre main-d’œuvre” et de notre société.

Des compétences techniques et douces nécessaires pour exploiter l’IA

Griffiths a insisté sur la nécessité d’une certaine clarté quant à la définition de l’IA, rappelant que cette technologie existe depuis longtemps sous la forme de l’apprentissage automatique et de l’automatisation. Il a noté que l’IA générative semble être le mot d’ordre actuel et qu’à cet égard, les compétences douces sont pertinentes.

Pour Lewis, l’élément clé réside dans l’intégration de la technologie dans les systèmes éducatifs actuels. Il a souligné le potentiel d’intégrer l’IA dans les études d’arts et de sciences humaines, domaines où, selon lui, les compétences douces évoquées par Griffiths sont le plus susceptibles d’être trouvées, comme étant “fondamentalement importantes pour tirer le meilleur parti de la technologie”.

Lire aussi