Publié le 15 décembre 2011, modifié le 20 octobre 2014.
Par La Rédaction

Le marché des news readers et des agrégateurs est hyper encombré, comment être différent ?

Publié le 15 décembre 2011, modifié le 20 octobre 2014.
Par La Rédaction

 

Lancé le 12 décembre Youmag en Béta s'attaque à des applications existantes (Flipboard, Pulse,…). Un Challenger Français peut-il réussir ? 2 questions à Antoine Levêque co-fondateur de Youmag pour des éléments de réponse.

Quand on lance ce type d'application (readers, aggrégateurs de news) quels sont les impératifs du démarrage ?

Ce marché des news readers et des agrégateurs est hyper encombré. Je crois qu'il faut plus que jamais :

– Tenter de répondre de façon originale et différenciante à ce besoin latent qui émerge depuis 18 mois : une nouvelle façon de consommer les médias. Il faut que la réponse à ce besoin soit perceptible dès le lancement même si l'exécution n'est pas parfaite. C'est là que c'est très difficile. Parcequ'on a toujours envie de changer un dernier détail avant de se lancer. Qu'en fait c'est pas un détail et que l'on passe un mois dessus. Comme le dit un très bon article sur le sujet dans Techcrunch "you can’t spend forever perfecting your product" (http://tinyurl.com/blk9d5y) Parcequ'il ne sera jamais parfait, le produit ! Pour vous donner un ordre d'idée, nous en sommes à 30% de notre vision cible de juin 2012. Et la je ne parle que du périmètre fonctionnel, pas de la présence sur les devices.

– C'est toute raison d'être d'une beta. La beta n'arrive pas sans alpha, donc la beta qu'elle soit privée, publique ou semi publique, n'est pas la toute première confrontation de son produit au public. Ce n'est pas non plus la version "commerciale" du produit. Tout est une histoire de communication. Il faut oser présenter un produit imparfait, à la bonne audience : qui accepte de tester un produit imparfait, qui est en mesure de comprendre la direction dans laquelle nous allons. A l'heure où je vous parle, une version est en cours de validation sur l'appstore, elle est 4 fois plus rapide, répare un bug (vraiment) critique….mais il y aura toujours autre chose! La fin de notre beta sera marquée par la stabilisation des interfaces clients et l'arrivée à un périmètre fonctionnel minimum en deçà duquel nous ne pouvons pas prétendre "vendre" notre produit à une audience non-avertie.

– Le bonbon et l'emballage
Lors de premiers usages, on voit surtout l'emballage (le design, les animatiques, les choix ergos clés). On est toujours tenté de mettre la gomme sur ce premier sujet. Chez youmag, on a mis autant d'énergie sur l'emballage que sur le bonbon (chez nous, le moteur + l'equipe editoriale). Du coup on sort en beta sans être parfait ni sur l'un ni sur l'autre. C'est notre choix, on le trouve pérenne pour la suite. Maintenant je pense qu'il n'y a pas de règle sur ce point….

Comment on arrive à convaincre un éditeur de presse que cette Apps sera différente du marché ?

Le premier sujet est de prouver que, d'un point de vue des usages, ce type de produit n'est pas cannibalisant pour un éditeur de presse : contrairement aux autres acteurs, youmag ne permet pas de lire un titre / une source en entier. On accède à l'info par thème. youmag est une approche complémentaire au "contrat de lecture" que les lecteurs ont noué avec leur canard favori.

Ensuite, d'un point de vue business, l'éditeur doit aussi s'assurer qu'il n'y a pas de destruction de valeur. Sur le sujet de la pub, youmag, permet à un éditeur de presse de vendre lui même sa pub sur son inventaire (ses contenus) sur les écrans youmag. Il peut aussi choisir de laisser la régie de youmag vendre sa pub.

Sur la vente de contenus premiums à l'unité (les contenus des journaux et magazines qui sont en kiosque et donc payants), tout est une question de stratégie prix / contenu. L'Equipe n'a peut être pas intérêt à vendre des contenus de foot de son édition du jour à la découpe. Le foot étant son produit d'appel. D'un autre coté, beaucoup de gens passionnés par la voile n'achètent pas l'Equipe tous les jours chez leur marchand de journaux car la Voile occupe une très petite place dans le journal. En revanche, ils achèteraient volontiers un article de Voile à 20 centimes d'euros via l'inapp purchase de leur iPad

Enfin il faut faire exister les contenus des éditeurs dans youmag sans les dénaturer. Il est important de mettre en avant la marque media afin que le lecteur puisse clairement identifier cette dernière.

Lire aussi