Publié le 2 février 2022, modifié le 3 février 2022.
Par La Rédaction

Hacker en direct un satellite européen

Publié le 2 février 2022, modifié le 3 février 2022.
Par La Rédaction

Défiez la sécurité de l'espace avec la première démonstration de piratage de satellites en Europe.

À l’heure actuelle, près de 6 000 satellites tournent autour de notre petite planète. Environ 60 % d’entre eux sont des satellites obsolètes – des débris spatiaux – et 40 % sont opérationnels. Les systèmes satellitaires sont des infrastructures critiques capables de collecter et de transmettre des données utilisées sur Terre pour de nombreux services dont nous ne pourrions nous passer (météo, télécommunications, positionnement, science, etc.). Sur les 2 666 satellites opérationnels faisant le tour du monde en avril 2020, 1 007 étaient destinés aux services de communication, 446 étaient utilisés pour l’observation de la Terre et 97 à des fins de navigation/GPS.

L’espace devient la course des géants US. Avec 358 satellites lancés en avril, une partie de la mission de SpaceX est de renforcer les capacités de navigation et de fournir au monde un Internet spatial avec Starlink présent en France (abonnement à 100 €). En juillet 2020, la FCC a autorisé Amazon à lancer et à exploiter une constellation Internet de 3 236 satellites. Il y a aussi OneWeb qui a placé en orbite 34 nouveaux satellites de communication en 2020.

Mais aussi les gouvernements, les États-Unis exploitant près de la moitié de tous les satellites, soit 1 308 en avril 2020. La Chine est derrière les États-Unis avec environ 356 satellites. En troisième position, la Russie compte 167 satellites en service et le Royaume-Uni se classe quatrième avec 130 satellites. Le gouvernement britannique s’est engagé à investir 1,4 milliard de livres sterling pour augmenter le nombre de satellites britanniques dans l’espace dans le cadre de sa première stratégie spatiale de défense.

Bref, on comprend un peu plus cette initiative de hacker en direct un satellite européen ! Il y a quelques semaines le bureau des tests et de l’évaluation opérationnels du DoD (Department of Defense US) prévoyait de commencer une cyber-évaluation du système de contrôle au sol GPS. La constellation GPS de 31 satellites orbite autour de la Terre à une altitude de 20 000 kilomètres et est exploitée par l’US Space Force comme un service public mondial, diffusant des signaux de positionnement, de navigation et de synchronisation (PNT) qui sont essentiels au fonctionnement quotidien de l’économie civile et à toutes les facettes des opérations militaires.

Hack

Au cours de la prochaine décennie, Euroconsult estime que 990 satellites seront lancés chaque année. Cela signifie que d’ici à 2028, il pourrait y avoir 15 000 satellites en orbite. CYSEC, société spécialisée dans la protection des données, organise le premier hacking de satellite en Europe. Les hackers éthiques du monde entier sont invités à participer à Hack CYSAT, événement pour sensibiliser aux thématiques de cybersécurité dans l’espace. Le challenge : hacker en moins de 6 minutes OPS-SAT, un nano-satellite de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) rendu disponible aux participants à cette occasion.

CYSEC pense qu’il devient urgent de révéler les cyber-vulnérabilités des infrastructures, de les détecter et prévenir les attaques, dans un objectif de sécurisation de l’espace et des données confidentielles. L’entreprise a donc organisé un hackathon, sur l’ensemble des équipes participantes, un top 3 sera sélectionné par un jury de professionnels. Les équipes présenteront leur démo en direct sur le satellite lors de la conférence CYSAT, organisée à Station F (Paris), le 6 et 7 avril 2022.

CubeSat OPS-SAT

OPS-SAT est un cube de la taille d’une boîte à chaussures appartenant à l’Agence spatiale européenne (ESA). Lancé le 18 décembre 2019, OPS-SAT vole à une altitude de 515 km. Son objectif est de servir de “laboratoire volant” dans le seul but de tester et de valider de nouvelles techniques de contrôle de mission et de systèmes satellitaires embarqués. Plus de 100 entreprises et institutions de 17 pays européens ont enregistré des propositions expérimentales pour voler sur OPS-SAT. Le satellite est exploité depuis l’ESOC à Darmstadt, en Allemagne, et communique avec le contrôle de mission via un réseau de stations au sol réparties dans le monde entier.

Lire aussi